Algerieinfo.com Forum
27/01/2020 - 20:38:12 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue sur le forum d'Algerieinfo.com qui respecte la liberté d'opinion et d'expression pour discuter librement, civilement, intelligemment et cordialement et merci d'avance de respecter le règlement du forum : respect des convenances, pas d'insultes, pas de dénigrement, pas de propos racistes, xénophobes ou calomnieux. Tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non pas des administrateurs, ou modérateurs, ou webmasters (excepté les messages postés par eux-même) et par conséquent ne peuvent pas être tenus pour responsables. Les administrateurs et modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensibles aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Les opinions exprimées dans le forum sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1] |   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Les sacrifices rituels d'humains des élites occidentales  (Lu 10160 fois)
kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« le: 24/04/2007 - 14:52:54 »

Les élites occidentales, qui dirigent actuellement la destiner du monde, pratiquent toujours des sacrifices rituels d'humains pour maintenir leur pouvoirs et puissances.

Ce n'est pas une blague mais une des réalités obscures de notre époque

Voir l'enquête ci-dessous :

http://www.livevideo.com/video/ConspiracyCentral/F2AF076974EE45719A83B999B1E30D85/illuminati-the-illuminati-s-.aspx

http://www.youtube.com/watch?v=9LEljS3ib84&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Eilluminatiarchives%2Eorg%2F%3Fcat%3D5

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aleister_Crowley

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sacrifice

http://www.bladi.net/forum/45277-enfants-africains-sacrifies-londres-lors-rituels/

http://www.tao-yin.com/archives/talibans_liberaux.html

http://bible-satanique.over-blog.com/article-814034.html
Signaler au modérateur   Journalisée

informaticien
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 118


« Répondre #1 le: 15/05/2007 - 14:33:01 »

 >:(

Les cas suivants ne representent que le sommet de l'iceberg :

Il faut exécuter publiquement (pour l'exemple) ces kidnappeurs et trafiquants (hommes, femmes) mais avant il faudra, biensur, utiliser tous les moyens  ;) pour avoir les noms de leurs commanditaires qu'ils faudra exécuter également publiquement en Algérie et à l'étranger (contrat) pas de pitiés pour eux.

Il faut que ces kidnappeurs, trafiquants et commanditaires  comprennent bien, que dans ces cas, les Algériens sont leurs pires ennemis et que c'est la mort brutale et froide qui les attend, ou qu'ils se cachent , s'ils touchent à leurs enfants.


BISKRA : Des enfants kidnappés pour passer de l'or en contrebande
par Mohamed Salah Boureni - Le quotidien d'Oran -  Mardi 15 mai 2007

Une mystérieuse affaire d'enlèvement d'enfants vient d'être élucidée, avant-hier, par les éléments de la Sûreté de wilaya de Biskra. C'est le comportement suspect d'un homme ayant la quarantaine accompagné d'une fille de 8 ans qui a attiré l'attention des policiers qui étaient présents, ce samedi dans l'après-midi, à la gare routière de Biskra. Les policiers avaient été alertés par des voyageurs ayant pris place dans le car devant les conduire vers la ville de Touggourt. L'homme en question, qui avait pris place dans le bus avec, à ses côtés, la fillette, avait soudain enveloppé la tête de cette dernière avec sa veste pour l'empêcher d'attirer l'attention sur eux. Mais, avant que le car ne démarre, un voyageur descendit du bus pour aller directement vers les policiers pour leur faire part de ses soupçons. Les agents de l'ordre réagirent vite et interpellèrent l'homme qui répondait aux initiales de B.A et qui leur présenta un passeport en cours de validité, qui révélait que celui-ci voyageait beaucoup surtout vers l'Afrique du Sud, la Gambie et d'autres pays d'Afrique. Interrogé sur la relation qui le lie avec la fille de 8 ans, celui-ci leur dira qu'il était son oncle mais l'enfant réagira en leur disant qu'il l'avait attendue à midi devant l'école pour lui dire qu'il allait l'emmener vers son père qui l'attendait à l'autre bout de la ville.

B A sera alors conduit au siège de la Sûreté de wilaya où ils sera interrogé. Les policiers qui avaient sur les bras une mystérieuse affaire de kidnapping de deux fillettes de 8 et 9 ans, enlevées le 8 avril dernier devant leur école, et retrouvées errantes trois jours plus tard dans la ville de Touggourt, finirent par élucider cette affaire puisqu'il s'avéra que les deux enfants avaient été enlevées par B A. Celui-ci finira finalement par avouer qu'il n'était pas à sa première tentative. Il niera toute intention sexuelle et toute intention de demande de rançon. Poussé dans ses derniers retranchements, l'homme avouera être sans profession et habitant la wilaya de Mila. Il dira aux policiers que l'essentiel de son activité résidait dans le trafic de l'or qu'il importait frauduleusement des pays qu'il a coutume de visiter. C'est alors qu'il avoua que les enfants qu'il enlevait, lui servaient de couverture pour passer sans encombre les barrages routiers. B A qui transportait des quantités appréciables d'or les cachaient dans les vêtements des enfants qu'il enlevait. Une fois arrivé à destination, il relâchait les victimes de son kidnapping dans la nature.

Il a été présenté, hier, devant le procureur de la République près le tribunal de Biskra qui l'a placé sous mandat de dépôt. Nous apprenons également que les éléments de la Sûreté de wilaya de Biskra ont arrêté, dans la nuit de dimanche à lundi, deux femmes en possession de trois kilogrammes de résine de cannabis.

Agissant sur renseignement, les policiers se sont dirigés à minuit vers le domicile où habitaient les deux femmes. Après perquisition, il découvrirent cette quantité de drogue. Les deux femmes ont été également présentées, hier, devant le procureur de la République qui les a placées sous mandat de dépôt.


AU MOINS QUATRE CAS ONT ÉTÉ SIGNALÉS CES DERNIERS JOURS
L’obsession du rapt d’enfant

Par Hakim KATEB - L'Expression - 12/05/2007
http://www.lexpressiondz.com/T20070512/ZA4-2.htm


Pas plus tard que la semaine dernière, un enfant a été porté disparu à la cité Sorecal, dans la banlieue est d’Alger.

Alerte rouge. Nos enfants sont en danger. Ils sont menacés par des «hordes» sans foi ni loi, qui les kidnappent pour leur ôter ce qu’ils ont de plus précieux: leur vie. Des sectes bien organisées les séquestrent pour les amputer de leurs organes qui seront vendus, par la suite, à des prix faramineux. Ce qu’on prenait auparavant pour un phénomène, ne touchant que les autres, est aujourd’hui à nos portes. Le phénomène est en passe de prendre des proportions inégalées.

Pas loin de la semaine dernière, un enfant a été porté disparu à la cité Sorecal, dans la banlieue est d’Alger. Aucune information n’a encore filtré sur le sort qui lui est réservé.

Un autre cas, relevé la semaine dernière, est celui d’un enfant de cinq ans, sorti de chez lui, au quartier dit Le Bateau Cassé, sis à Bordj El Kiffan, à Alger, et depuis, ses parents ne cessent de frapper à toutes les portes. Son portrait est accroché partout dans l’Algérois. Un autre cas, également, a été signalé, il y a plus de cinq ans, à M’kira dans la wilaya de Tizi Ouzou.

A ce jour, les parents ne perdent pas espoir. Même si parfois ils sont confrontés à un scepticisme démesuré, ils ne cessent de poursuivre leurs recherches. Des cas pareils sont relevés quasi quotidiennement à travers le territoire national, dans les zones reculées. A la fin de l’année 2005, la presse nationale avait fait état du démantèlement, à Tlemcen, d’un réseau de malfaiteurs qui volaient des bébés en Algérie pour les vendre à l’étranger. L’enquête menée par la police a fait ressortir que cette bande, composée de 13 individus, dont des femmes, s’est spécialisée dans le rapt d’enfants âgés entre 1 et 4 ans.

Certains éléments de ce groupe criminel, se chargeaient de voler les enfants, moyennant une somme de 1000 à 4000DA, tandis que d’autres s’occupaient de leur acheminement vers Oran, en se faisant payer 60.000 à 90.000DA. Le troisième groupe, enfin, se chargeaient de transporter les enfants kidnappés vers l’étranger. Quel est le sort qui leur est réservé? On l’ignore. Toutefois, à en croire certaines sources, ils sont destinés à des cliniques spécialisées, activant dans l’illégalité, qui amputera ces enfants de leurs organes.

La découverte du traitement des affections rénales, notamment, par la transplantation d’organes, a mis vite la puce à l’oreille des criminels pour s’organiser. Par ailleurs, face à la difficulté de trouver la pièce rare, certaines cliniques n’ont pas trouvé mieux que de recourir aux réseaux spécialisés dans le vol d’enfant. Dans certains pays, de par la pauvreté qui frappe la population, les paysans proposent carrément de vendre leurs organes.

Des annonces même sont publiées dans les journaux. Si dans ces pays, comme en Inde par exemple, aucune loi régissant ce genre de pratique n’a été élaborée, le cas n’est pas le même en Algérie où il existe une législation claire en la matière.

Néanmoins, là n’est pas le problème. Le talon d’Achille se pose à un autre niveau. En ce sens, il faut le reconnaître, dans ce malheur qui apparaît de plus en plus au grand jour, une part majeure de responsabilité incombe aux familles qui laissent leurs enfants traîner dans la rue. Car ce qu’on constate dans les grandes villes, c’est cette irresponsabilité qui ne dit pas son nom, remarquée chez certains parents. Que faut-il donc attendre pour mettre un terme à ce genre de pratique? Faut-il rester les bras croisés, et dire que cela n’arrivera qu’aux autres, jusqu’au jour où on sera touchés pour, enfin, daigner bouger le petit doigt et se lamenter sur son sort? Par ailleurs, comme un malheur ne vient jamais seul, le vol d’enfant, dans certains cas, trouve sa racine dans d’autres fléaux qui frappent inexorablement notre société. Nous entendons par-là, tous ces enfants de la rue «disgraciés». Ces derniers, en effet, constituent, somme toute, une proie facile.

Dans ce contexte, il convient de se demander sur le nombre de ces enfants qui sont jetés à la rue, accompagnés de leurs mères, par un géniteur inconscient. Parfois par des mères célibataires qui veulent s’en débarrasser, parce que, tout simplement, la société en a décidé ainsi.

Ceci est malheureusement une réalité désolante que nul ne peut contester, puisqu’elle est là quotidiennement. Il est vrais maintenant, que le code de la famille a, tant bien que mal, réglé le problème des mères jetées à la rue avec leurs enfants, obligeant le père à leur assurer le logement. Mais l’application n’est pas pour demain. Et en attendant, la responsabilité incombe, en fin de compte, à tous. Il faut redoubler de vigilance si l’on veut éradiquer ce mal qui risque de se propager davantage.

Algérie: Démantèlement d'un réseau d'enlèvements de bébés
La Tribune - 29/11/2005

C'est un important réseau d'enlèvements de bébés qui a été démantelé en Algérie. Les enfants enlevés étaient agés de un à douze mois et c'est une abjection de découvrir que de tels trafics existent.

C’est lors d’une tentative de rapt d’un bébé, dans la cité Guermouche, que la police judiciaire relevant de la Sûreté de daïra de Sebdou a réussi à mettre la main sur une jeune fille, Y. Z., âgée de 20 ans. Lors de son interrogatoire, celle-ci a déclaré appartenir à un réseau dense activant à l’échelle de l’Ouest algérien, notamment Béchar, Sidi Bel Abbès, Saïda, Oran et Tlemcen. 32 bébés, tel est le nombre des enlevés par cette organisation, a-t-elle déclaré à la police, qui a vite diligenté une enquête à travers toutes les compétences policières de l’Ouest.

Enlèvements et kidnappings de nouveau-nés et bébés, âgés entre un et douze mois, étaient la spécialité de cette bande dont les racines pourraient s’étendre jusqu’en outre-mer. D’ailleurs, les observateurs n’ont pas manqué de signaler que ce trafic d’enfants rapporte beaucoup si les ravisseurs conduisaient «cette innocence» en Europe, indiquant, de ce fait, qu’en France une opération similaire a éclaté le mois dernier et des bébés originaires de Bulgarie, où le trafic de ce genre existe depuis longtemps, ont été cédés à 10 000 euros. Des sources policières soulignent que les membres du réseau se trouvent partout dans l’Ouest algérien. Vu le nombre d’enlèvements, cette bande dispose sans doute de plusieurs moyens de transport et de contacts entre ses membres.

L’accusée a été présentée hier devant le procureur de la République. Le sujet est d’une grande actualité du fait que parmi tous les trafics, celui des enfants est certainement le plus ignoble et abject. Les enquêteurs n’ont pas manqué d’avancer que ce trafic de bébés pourrait élucider de nombreuses disparitions de nourrissons, et même leur éventuel acheminement vers les pays européens et maghrébins.

D’ailleurs, nul ne peut écarter des relations extérieures avec cette bande mafieuse qui a endeuillé des dizaines de familles.
Il est à noter que plusieurs individus sont activement recherchés et que des affiches seront distribuées même au niveau des aéroports.

http://www.wikio.fr/societe/droits_de_l'homme/droits_des_enfants
Signaler au modérateur   Journalisée
informaticien
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 118


« Répondre #2 le: 28/05/2007 - 12:47:50 »

Le bilan a été établi par les services de sécurité
41 enfants enlevés en quatre mois


Salima Tlemçani - El Watan - 28 mai 2007

Walid, Ameur et tout récemment Yacine. Trois noms d’enfants âgés respectivement de 12, 11 et 4 ans dont le tragique sort a marqué l’opinion publique.

Victimes d’enlèvement, Walid et Ameur ont été tués par leurs ravisseurs quelques jours seulement après leur rapt, alors que le sort du petit Yacine est encore inconnu, même si les enquêteurs gardent l’espoir de le retrouver sain et sauf. Les tragédies douloureuses comme celles vécues par les familles de ces trois enfants ne sont pas isolées et ont tendance à connaître chaque année une hausse. Les services de police, les plus concernés par le phénomène du fait qu’il touche principalement les grands centres urbains, préfèrent parler de disparition qui devient « à caractère inquiétant lorsqu’elle prend des proportions alarmantes », comme cela est le cas du petit Yacine, disparu depuis le 2 mai de son quartier situé à Bordj El Kiffan, à Alger. Les statistiques de la Sûreté nationale font état de 180 cas de disparition d’enfants durant la période comprise entre janvier et avril 2007. Parmi ce chiffre, 73 sont concernés par une cessation de recherche. « Il s’agit de cas élucidés par les services de police. Le reste, soit 107 cas, reste encore pendant. Souvent, les parents retrouvent leurs enfants, mais ne les signalent pas aux services de police. Au niveau des commissariats, les noms restent comme étant ceux de personnes recherchées dans l’intérêt des familles », déclare le commissaire Mme Messaoudène. Elle explique que souvent il s’agit de fugues plutôt que de disparitions. « C’est la période qui suit les résultats scolaires qui est la plus propice à ce phénomène. Lorsque les élèves se rendent compte qu’ils ont eu de mauvais résultats, ils décident de fuguer le temps que leurs parents s’inquiètent pour eux et oublient leur échec. Nous avons eu un cas où tout un groupe de lycéens, des camarades d’une même classe, a fugué. Les pires supputations ont été faites, mais à la fin, les adolescents sont revenus. Nous avons eu aussi des cas où le ravisseur et sa victime sont complices de l’enlèvement. C’est le cas d’adolescentes qui s’entendent avec leurs amoureux pour faire croire à un enlèvement suivi de viol. C’est l’expérience et le travail minutieux des enquêteurs des brigades des mineurs qui permettent de découvrir le pot aux roses et donc de faire la différence entre une disparition, un vrai kidnapping et kidnapping simulé. » Pour ce qui est des enlèvements d’enfants, note l’officier, les services de police ont enregistré, durant les quatre premiers mois de l’année en cours, 41 cas dont 28 filles et 13 garçons. Alger vient en tête avec 21 cas. « Tous ces rapts ont été traités par nos services et leurs auteurs présentés devant la justice », déclare Mme Messaoudène, précisant que malheureusement, 5 enfants, 3 filles et 2 garçons, ont été tués par leurs ravisseurs à M’sila, Sétif, Jijel et Tamanrasset.

Les ravisseurs connaissent leurs victimes

L’âge des victimes est compris entre 13 et 16 ans. « Généralement, les enfants ne sont pas enlevés pour être tués. Ce sont les circonstances, notamment la pression médiatique, qui poussent les ravisseurs à mettre fin à la vie de leurs otages pour s’en débarrasser. Souvent, le passage à l’acte est commis dans un délais très court. Dans nos statistiques, les enlèvements suivis d’agressions sexuelles sont comptabilisés dans la catégorie des violences sexuelles, du fait que la qualification est plus lourde que le kidnapping », explique Mme Messaoudène. Ainsi, elle affirme que durant les quatre premiers mois de l’année en cours, 563 enfants ont subi des violences sexuelles dont 358 filles et 205 garçons. Un chiffre en hausse par rapport à celui de l’année écoulée puisque les services de police ont enregistré, en 2006, 1474 cas d’abus sexuels sur enfants dont 799 victimes sont des filles et 675 sont des garçons. Les auteurs de ces violences sont dans la majorité des cas une connaissance des victimes. Leurs actes évoluent chaque année vers la perversion la plus répugnante. « Avant, il n’y avait que les viols dans la catégorie des agressions sexuelles. Aujourd’hui, avec la télévision, les pédophiles obligent leurs victimes à faire des actes contre nature, parfois en recourant à des objets ou à des gestes et pratiques inqualifiables. Nous sommes tout simplement devant des pervers de tout genre. » L’officier estime que les statistiques cachent souvent « un chiffre noir impossible à déterminer », mais qui reste « très relatif comparativement à ce qui se passe ailleurs dans le monde ».

18 enfants tués en 2006

Elle reconnaît que le nombre des enlèvements a tendance à augmenter chaque année, puisqu’en 2006, 108 enfants ont été kidnappés parmi lesquels 74 sont des filles et 34 des garçons. « Les filles sont généralement plus vulnérables et plus sujettes aux agressions sexuelles, le but recherché souvent par les ravisseurs. Durant la même période, 18 enfants ont été tués à la suite de leur rapt dont 12 garçons et 6 filles », précise notre interlocutrice. Au sujet des lieux privilégiés pour commettre ces crimes, les services de police constatent que les ravisseurs choisissent souvent les alentours de la maison familiale, des écoles ou l’itinéraire reliant les deux. Pour ce qui est des auteurs, les enquêtes ont montré que la famille vient en première position. L’enfant victime de rapt suit son ravisseur souvent parce qu’il s’agit d’une connaissance familiale. « Le cas du petit Walid de Kouba est très indicatif. C’est sa tante paternelle qui l’a enlevé par vengeance. Elle l’a étouffé en présence de sa fille âgée à peine de 10 ans et mis le corps inanimé dans une valise qu’elle a gardée chez elle. Personne n’a douté de la compassion de cette tante jusqu’à ce que, par hasard, le mari de celle-ci va informer le père de la victime du sort tragique de Walid. Pour ce qui est du tragique sort de Ameur, âgé de 11 ans, enlevé en janvier dernier à El Eulma, wilaya de Sétif, et retrouvé mort trois jours plus tard, les auteurs, toujours en fuite, sont parmi l’entourage professionnel du père. Ils ont demandé une rançon, mais 48h plus tard, n’ayant pas eu de réponse, ils ont tué l’enfant. » Mme Messaoudène reste catégorique concernant les rumeurs sur les vols d’organes des enfants victimes d’enlèvement. « Nous n’avons jamais enregistré de tels cas. Ce sont des rumeurs sans fondement. La faisabilité d’un tel acte est réduite à néant. Il faut des moyens techniques très sophistiqués pour enlever un organe et le maintenir en vie et le transplanter sur un autre corps. Les gens croient qu’on peut arracher un rein, le mettre dans un sachet, le placer dans un réfrigérateur puis attendre qu’un acquéreur se présente pour l’acheter. C’est inimaginable », explique l’officier. Pour elle, plutôt que de « rester braqué sur ce genres d’allégations », il est plus urgent et utile de sensibiliser les citoyens, notamment les parents, sur une plus grande vigilance. « Les causes réelles de ces enlèvements ou disparitions restent en premier lieu le manque de vigilance de la famille, mais aussi la passivité des citoyens », dit-elle. Pour étayer ses propos, elle cite les cas de tentatives de rapt ayant échoué grâce à la réaction rapide et au civisme de certains citoyens. « Nous avons arrêté par exemple un homme qui venait d’enlever une petite fille devant son école. Il l’a prise dans un taxi, puis dans un bus, où un jeune l’a dénoncé après avoir remarqué que la victime était terrorisée et ne cessait de pleurer. » Mme Messaoudène insiste beaucoup sur l’inconscience de certains parents qui laissent leurs enfants en bas âge jouer dans la rue ou faire seuls le trajet jusqu’à l’école. « Comment un enfant de 4 ans peut-il être autorisé à jouer dans la rue ? La rue est un danger pour les enfants, lesquels doivent être surveillés en permanence. Nous avons eu un cas par exemple d’un père qui faisait ses courses dans une supérette. Lorsque sa petite fille avait besoin d’aller aux toilettes, son ami, propriétaire des lieux, lui a proposé d’accompagner la petite pour lui permettre de finir ses courses. Le soir, au moment où la maman changeait les couches de son nouveau-né, la petite fille décrit les parties génitales de son agresseur en lui racontant ce que ce dernier l’a obligé à faire. Un choc pour la mère qui informa son mari, et une plainte a été déposée. Elever des enfants est une lourde responsabilité que les parents doivent assumer », déclare Mme Messaoudène. Elle reconnaît cependant qu’il existe une catégorie d’enfants qui inventent des histoires dignes de scénarios de films de Hitchcock. Ces enfants ne se révèlent pas aussi innocents qu’ils ne le paraissent. A ce titre, elle rappelle le drame vécu par une institutrice dans une grande ville du pays, il y a quelques mois seulement. « Une de ses élèves âgée de 7 ans a raconté à ses parents avec des détails inouïs les abus dont elle aurait été victime comme par exemple se mettre à nue, lécher les souliers de l’institutrice, enfin faire des choses inimaginables. Il a fallu des semaines d’enquête pour que les policiers découvrent à la fin que ce n’était que mensonge. » Notre interlocutrice met l’accent sur la nécessité de campagnes de sensibilisation quotidiennes, ainsi que de programmes sur le sujet au niveau des établissements scolaires. « Il ne suffit pas d’avoir un code pénal répressif, parce que nous avons beau avoir les meilleurs textes au monde en matière de protection, lorsque leur application n’est pas respectée, tout est voué à l’échec. La protection de l’enfance ne doit pas être une préoccupation uniquement le 1er juin, à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, mais tout au long de l’année. Les services de police ne peuvent à eux seuls faire face à ce fléau qui doit être pris en charge en amont par la société civile », déclare la commissaire Mme Messaoudène.
Signaler au modérateur   Journalisée
kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« Répondre #3 le: 11/11/2007 - 19:53:26 »

 ::)
Cette gravissime affaire nous rappelle que des fanatiques et commanditaires des méthodes sadiques de l'Unité 731 version FR sont toujours à l'oeuvre

http://en.wikipedia.org/wiki/Unit_731
Voir les quelques méthodes sadiques de l'Unité 731 http://www.charonboat.com/cgi-bin/ItemView.cgi?id=133

http://judicial-inc.biz/1.Oblack_market_in_organ_harvesting.htm

Arche de Zoé : que faisaient Nicolas, Cécilia et François dans cette galère ?

Mardi 06 Novembre 2007 par Thierry Meyssan*
source http://www.alterinfo.net/Arche-de-Zoe-que-faisaient-Nicolas,-Cecilia-et-Francois-dans-cette-galere-_a13220.html
http://www.voltairenet.org/article152777.html

Des citoyens français intoxiqués par la propagande atlantiste ont été convaincus qu'un génocide se déroulait au Darfour et qu'ils pouvaient sauver des enfants d'une mort certaine. Ils ont financé l'équipée de « l'Arche de Zoé » qui a tenté d'enlever des enfants au Tchad. Étrangement, lorsque la presse s'est emparée de cette affaire, le président Sarközy n'est pas venu au secours des enfants victimes, ni des familles d'accueil abusées, mais des voleurs d'enfants. Pour protéger qui ?

La presse française ne manque pas un éditorial pour brocarder le président tchadien Idriss Déby qui a accusé sans retenue l'association humanitaire l'Arche de Zoé d'avoir tenté d'enlever des enfants pour satisfaire des pédophiles et se livrer à un trafic d'organes. Simultanément, elle loue le président français Nicolas Sarközy, qui s'est immédiatement déplacé au Tchad pour faire baisser la tension et rapatrier plusieurs prévenus.

L'ombre de Cécilia (Sarközy)

Le Figaro s'est fait l'écho de la colère de la nièce d'un des bénévoles de l'Arche de Zoé incarcéré au Tchad : ce sapeur-pompier aurait été abusé par les dirigeants de l'association qui lui aurait fait croire que l'opération de sauvetage des enfants était patronnée par Cécilia Sarközy [1].

Mais le quotidien n'indique pas de quelle manière les dirigeants de l'Arche de Zoé avaient pu convaincre les bénévoles d'un tel patronage s'il n'existait pas.

Et si ce patronage était imaginaire, pourquoi le président Sarközy s'est-il cru obligé de monter immédiatement en première ligne ? [2]

Un Sarközy peut en cacher un autre

L'objet social de l'association l'Arche de Zoé est d'« intervenir en faveur des enfants victimes du tsunami du 26 décembre 2004, à Banda Aceh (Sumatra, Indonésie) pour leur permettre de retrouver des conditions de vie décentes par des programmes sanitaires, sociaux et éducatifs ; développer, mettre en œuvre et coordonner des programmes de réhabilitation de l'environnement familial et social de ces enfants ; développer tout programme en adéquation avec les besoins des enfants et de leur environnement de manière à favoriser le retour à l'autonomie, de façon plus générale ; mettre en œuvre toute action permettant de venir en aide aux enfants en difficulté, en détresse ou victimes de catastrophes naturelles ». Comme ne le laisse pas devenir cet énoncé humanitaire, l'association est une initiative d'un organisme semi-public français, Paris Biotech Santé. Il a été fondé conjointement par l'Université Paris-V Descartes, l'INSERM, l'École centrale de Paris, et l'ESSEC, et dispose de tous les agréments officiels nécessaires. Son objet est de soutenir des projets de création d'entreprises dans le domaine du médicament, des dispositifs médicaux et des services aux malades [3]. Paris Biotech Santé gère un immeuble de 3 200 m2, dont 2 500 m2 de laboratoires, à l'hôpital Cochin. Ces installations ont été inaugurées en grande pompe, il y a trois semaines par le maire de Paris (Bertrand Delanoë) et le président de la Région Île-de-France (Jean-Paul Huchon) [4].

Il résulte de ce montage que la finalité ultime de l'Arche de Zoé est de tester des programmes sanitaires sur des enfants en difficulté dans le tiers-monde en vue de leur développement commercial.

Les liens organiques de l'Arche de Zoé et de Paris Biotech Santé sont attestés par l'avis de création de l'association publiée au Journal officiel de la République française du 2 juillet 2005. Il précise : « Siège social : 23, rue Hallé, 75014 Paris. Courriel : lefebvre.s@parisbiotech.org ».

Au demeurant, Stéphanie Lefebvre, contact légal de l'Arche de Zoé est aussi la directrice adjointe de Paris Biotech Santé.

Contacté par téléphone, Paris Biotech Santé indique que seul son directeur, le professeur Olivier Amedée-Manesme, est habilité à répondre à la presse et que celui-ci n'est pas joignable. C'est dommage car il aurait été en mesure d'indiquer quel avis le Comité d'évaluation de Biotech Santé a émis sur le programme Arche de Zoé. Un Comité d'évaluation où siège le docteur François Sarközy, médecin pédiatre. Contacté à son par téléphone, le secrétariat de François Sarközy nous assure qu'il transmet notre question et nous rappelera.

François Sarközy est politiquement proche de son frère aîné, le président Nicolas Sarközy, au point que celui-ci, lorsqu'il était maire de Neuilly et ministrede l'Intérieur, l'avait fait nommer médiateur dans le conflit social de l'hôpital américain de Neuilly [5].

Le Figaro le présentait au lendemain de l'élection présidentielle comme l'une des 100 personnalités qui compteraient désormais « au coeur de la future équipe de France » [6]. Le média sarközyste (excusez le pléonasme) précisait : « Ce pédiatre de 48 ans, vice-président du Conseil de surveillance d'une société de biopharmaceutique, s'est beaucoup rapproché de son grand frère Nicolas lors de la campagne, notamment à l'occasion de séjours brefs mais studieux dans la maison de François, en Provence. » De son côté, Le Nouvel Observateur indique : « Autant Nicolas Sarkozy entretient des relations orageuses avec son frère aîné Guillaume, un temps vice-président du Medef, autant il se sent proche de François, un pédiatre devenu manager. C'est chez lui que Sarkozy a reçu ses amis, le soir de son discours "fondateur" du 14 janvier, et c'est dans sa maison du Midi qu'il s'est parfois réfugié pendant la campagne. » [7]. Le Monde note : « Le frère cadet de M. Sarkozy a été beaucoup vu au cours de la campagne. C'est chez lui, dans sa maison des Alpilles, que l'ex-ministre a passé de nombreux week-ends ces derniers mois. En l'absence de Mme Sarkozy - qui n'a été officiellement présente au côté de son mari que le 14 janvier et le 22 avril, et enfin dimanche 6 mai sur le podium dressé place de la Concorde, à Paris, au soir de la victoire -, il a symbolisé une présence familiale autour du candidat. Interrogé un jour sur le sens de sa présence, François Sarkozy, soucieux de lever toute ambiguïté, avait précisé : "Je ne le soutiens pas, je l'accompagne". » [8]

François Sarközy est aussi une personnalité influente des médias. Ainsi Libération lui a attribué un rôle dans l'éviction de Robert Namias de la direction de TF1 au lendemain de l'élection présidentielle [9].

À la rubrique « François SARKÖZY de NAGY-BOCSA », le Who's Who in France indique : « Interne des Hôpitaux de Paris en pédiatrie (1983-85 et 1987-89), Assistant au laboratoire de physiologie respiratoire de l'hôpital Trousseau à Paris (1989-90) ; aux laboratoires Roussel-Uclaf : Chef de projet international pour les antibiotiques (1990-93), Directeur du développement clinique international (1994-95), Responsable du développement international (1995) ; au groupe Hoechst Marion Roussel : Vice-président, Directeur de la gestion du portefeuille et des projets en développement international à Bridgewater (États-Unis) (1996-98), Directeur médical et pharmaceutique pour la France (1998-99) ; Président-directeur général du Centre international de toxicologie (1998-99) ; Directeur médical pour la France à Aventis (1999-2000), Associé du Cabinet de conseil en stratégie et en organisation devenu AEC Partners (depuis 2001), Président d'AEC Partners Inc. (depuis 2006) ; Vice-président, Membre du conseil de surveillance de BioAlliance Pharma (depuis 2005) »

Bio Alliance Pharma termine ses expérimentations humaines pour le lancement de médicaments luttant contre des maladies opportunistes du cancer et du HIV, Loramyc, Lauriad et Transdrug [10].

Le monde étant petit, en 2006, le principal client de François Sarközy à AEC Partners est le syndicat français de l'industrie pharmaceutique (LEEM), lequel emploie aussi Stéphanie Lefebvre de Paris Biotech Santé et de l'Arche de Zoé, via LEEM-Recherche.

Thierry Meyssan
Journaliste et écrivain, président du Réseau Voltaire.

[1] « La nièce d'un des Français détenus dénonce les mensonges de l'association », par Angélique Négroni, Le Figaro, 3 novembre 2007.

[2] « Nicolas Sarkozy en première ligne dans l'affaire de l'Arche de Zoé », AFP, 4 novembre 2007.

[3] « Paris Biotech : un cocon protecteur pour jeunes entreprises de la santé », AFP, 3 octobre 2006.

[4] « Inauguration de la pépinière d'entreprises Paris Santé Cochin », AFP, 17 octobre 2007.

[5] « Fin de la grève du personnel de nuit à l'Hôpital américain de Neuilly » et « Accord direction/personnel de nuit à l'Hôpital américain de Neuilly », AFP, 17 et 28 février 2006.

[6] « Les 100 noms qui vont compter » par Yves Derai, Le Figaro, 12 mai 2007.

[7] « Aujourd'hui, ce sont eux qui incarnent la fameuse "rupture" - Les 100 de Sarkozy », par Hervé Algalarrondo, Le Nouvel Observateur, 10 mai 2007.

[8] « Eux aussi ont fait gagner Sarkozy », Le Monde, 8 mai 2007.

[9] « ...Des rides, et c'est pas fini » par Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, Libération du 22 mai 2007.

[10] « BioAlliance Pharma Names Francois Sarkozy as Vice-Chairman of its Supervisory Board ; Healthcare Industry Professional Brings Further Operational and International Experience to Specialty -


**********************

Mise au point de Paris Biotech Santé

Samedi 10 Novembre 2007

En réponse à notre article « Arche de Zoé : que faisaient Nicolas, Cécilia et François dans cette galère ? » , Paris Biotech Santé a publié le communiqué suivant :

« Nous tenons à préciser que Paris Biotech Santé n'a aucun lien de quelque nature que ce soit, avec l'Arche de Zoé. Des propos affabulateurs ont été véhiculés dans certaines communications écrites et n'ont aucune réalité. Nous rappelons en effet que les activités de Paris Biotech Santé sont entièrement dédiées à l'aide à la création d'entreprises dans le domaine de la santé humaine.

Les projets accompagnés et soutenus par Paris Biotech Santé sont scientifiques, dans le domaine du médicament, du dispositif médical et du service aux patients et ce en France. La liste de ces projets ainsi que des différents partenaires et soutiens de Paris Biotech Santé est publique et consultable sur le site Internet de Paris Biotech Santé.

Les dépenses engagées ne concernent que les projets choisis par un comité d'évaluation, composé de membres indépendants qui évaluent les projets soumis à titre gracieux.

Dans le cadre du dispositif légal, les comptes de Paris Biotech Santé sont audités par les autorités de tutelle. Ils sont contrôlés par un expert comptable et un commissaire aux comptes.

On ne peut que regretter ces propos erronés et les amalgames inexacts faits par certains affabulateurs de par le fait qu'un salarié de Paris Biotech Santé à titre professionnel, soit également et indépendamment, à titre personnel, membre de l'Arche de Zoé. »

NOTE DE LA RÉDACTION (voltairenet.org) :

Paris Biotech Santé, qui n'avait pas souhaité répondre à nos questions avant la publication de notre article, a choisi une étrange ligne de communication. Au lieu de déclarer avoir été abusé par l'Arche de Zoé, au même titre que les familles d'accueil, il assure n'avoir aucun lien d'aucune sorte avec l'association, souligne que ses statuts ne lui permettent d'agir qu'en faveur de la création d'entreprises dans le domaine de la santé humaine et que ses dépenses ne peuvent être engagées qu'après avis favorable de son Comité d'évaluation.

Vu que nous n'avons jamais mis en cause Paris Biotech Santé au motif que sa directrice adjointe est responsable de l'Arche de Zoé, mais pour toute autre chose, ce communiqué ne fait qu'accroître notre perplexité. En effet,
(1) la Zoe's Ark Foundation Inc. à Melbourne a préalablement publié avoir reçu une dotation financière de Paris Biotech Santé,
(2) l'adresse courriel légale de l'association est domiciliée à Paris Biotech Santé.

Nous réitérons donc nos questions au professeur Olivier Amedée-Manesme : « La dotation financière de Paris Biotech Santé a t-elle été approuvée par le Comité d'évaluation ? Pour quelle raison Paris Biotech Santé a accordé une domiciliation légale à l'Arche de Zoé ? ». Et notre question au docteur François Sarkozy : « Avez vous approuvé le programme Arche de Zoé au sein du Comité d'évaluation de Paris Biotech Santé où vous siégez ? ».


http://www.voltairenet.org/article152874.html

**********************

''Arche de Zoé'' Le député Ngarlejy YORONGAR écrit à Sarkozy

Ngarléjy Yorongar dit à Sarkozy d'avoir une autre approche de la Convention entre le Tchad et la France en matière de l'extradition
Source http://www.alterinfo.net/-Arche-de-Zoe-Le-depute-Ngarlejy-YORONGAR-ecrit-a-Sarkozy_a13368.html


Fédération, Action pour la République
(Far/Parti Fédération)
BP 4197 N'Djaména
Tchad
N°030/FAR/CEF/2007

Excellence Monsieur Nicolas Sarkozy
Président de la République
Objet : Votre déclaration du 6 novembre 2007

Excellence Monsieur,

«J'irai chercher ceux qui restent quoi qu'ils aient fait» dites-vous. «Quoi qu'ils aient fait», en insistant pour être clair et bien compris. Vous narguez les Tchadiens qui sont à vos yeux moins que vos chiens, qui demeurent toujours des esclaves et qui ne méritent ni dignité ni respect comme les traitaient vos ancêtres.

Venez les chercher, Excellence Monsieur Nicolas Sarkozy, puisqu'ils ont accompli des actes qui méritent la médaille d'honneur. Puisqu'ils n'ont enlevé et séquestré que des enfants nègres, bons pour les réseaux notamment des pédophiles, des voleurs d'organes humains, des proxénètes et des laboratoires d'expérimentation.

Nous savons ce qui vous fait présentement courir.

Vous paniquez depuis le jour où vos compatriotes dignes de la médaille d'honneur à leur décernée ont été arrêtés à Abéché. Mieux, après que vous ayez réussi à les kidnapper avec la complicité de M. Idriss Déby pour les ramener en France, alors qu'ils ont à peine été entendus par le Doyen des Juges d'instruction chargé de la procédure.

N'est-ce pas, Excellence Monsieur Nicolas Sarkozy, vous voulez étouffer cette affaire dans l'œuf pour éviter le déballage de vos protégés?

En voici quelques raisons:

Nous soumettons à votre sagacité, le dossier que nous a fait parvenir un de vos compatriotes:

Rappelez- vous de ce rapport sur l'"Aide humanitaire, trafic d'enfants et terrorisme international" à l'OIPC-INTERPOL en 2004 publié depuis trois ans déjà sur l'Internet ! Voir également "Rapt international d'enfants"entre autres!

Votre frère cadet, François Sarkozy en plein dans le «merdier» !

C'est ce qui vous fait perdre la tête ces jours-ci.

«J'irai chercher ceux qui restent qoi qu'ils aient fait » clamez-vous hier, 6 novembre 2007, à qui veut vous entendre. On ne peut que s'en féliciter.

Maintenant à quoi la précipitation de notre Napoléon du Troisième Millénaire est-elle due ?

Dr François Sarkozy, votre frère cadet est-il lié, aux Pieds nickelés de l'humanitaire pour que vous soyez aux toutes premières loges des dessous de la « lamentable équipée » de l'Arche de Zoé.

En effet, on en croit à la bonne presse, la secrétaire générale de l'Arche de Zoé, n'est autre que la très respectable Stéphanie LEFEBVRE, une vielle connaissance du M. Eric BRETEAU, initiateur de l'opération foireuse «Children Rescue» au Tchad. Les deux protagonistes se connaissent, dit-on, depuis 15 ans.

Or, Mme Stéphanie LEFEBVRE est la directrice adjointe de Paris Biotech Santé comme vient de le révéler le Journal chrétien. Et François Sarkozy, votre frère cadet, figure, avec Stéphanie LEFEBVRE, parmi les membres du Comité d'évaluation de ce prestigieux organisme voué à la recherche biomédicale et à la santé. On est émerveillé.

En effet, le parcours de votre frère est éloquent: M. François Sarkozy a été nommé vice-président du conseil de surveillance de «Bio Alliance Pharma» en janvier 2006.

Cet organisme dit Bio Alliance Pharma est une «société biopharmaceutique d'innovation, spécialisée dans le développement et la commercialisation de nouveaux produits thérapeutiques focalisés sur le cancer, les infections graves (VIH)... » peut-on lire en ligne.

C'est là un domaine que connaissaient bien les infirmières bulgares en Libye.

En parallèle, votre frère cadet, le Dr François Sarkozy, 47 ans, occupe depuis 2001 un poste d‘associé au sein d‘AEC Partners.

Qu'y fait-il ? Votre frère cadet y est très actif. La preuve, tout l'intéresse: le développement de stratégies marketing et médicales au niveau international, le management de projets et ressources, la prospection et la négociation de produits, la commercialisation de nouveaux produits et le management de la transition lors de fusions et réorganisations.

Pédiatre de formation, votre frère cadet, le Dr François Sarkozy, est un bourreau de boulot ! Encore bravo. Avant cela, pendant la période 1990-2000, votre frère cadet, Dr François Sarkozy, fut successivement directeur médical France pour Aventis Pharma et directeur médical et pharmaceutique France pour Hoechst Marion Roussel.

Et, pendant trois ans, votre frère cadet, Dr François Sarkozy est, dans ses hautes fonctions pharmaceutiques,posté aux Etats-Unis.

Félicitations! Bravo !

Sachant qu'auparavant, Dr François Sarkozy est, chez Roussel-Uclaf, directeur du développement international, responsable du développement clinique international et chef de produit au niveau mondial pour les antibiotiques.

De 1983 à 1990, votre frère cadet, Dr François Sarkozy, a occupé un poste d‘assistant au sein du département de physiologie respiratoire à l‘AP-HP. Un partenaire attitré de Paris Biotech Santé (et de l'Arche de Zoé?). C‘est également au sein de l‘AP-HP que François Sarkozy a réalisé son internat en pédiatrie (Interne des Hôpitaux de Paris). Le Dr Sarkozy possède aussi un MBA obtenu auprès de l‘INSEAD, si l'on en croit Bio Alliance Presse le 5 janvier 2006 dans un communiqué de presse.
Que fait exactement Bio Alliance Pharma où siège votre frère cadet Dr François Sarkozy ?
La compagnie a développé des médicaments comme le Doxorubicin Transdrug® pour traiter des maladies décrites comme mille fois plus virulentes en Asie du Sud-est et dans l'Afrique sub-saharienne, si l'on prête foi à Boursorama.

D'autre part, pour développer ces remèdes, la société a fait appel à des expérimentations sur des patients, comme, par exemple, pour le Loramyc, 540 patients sur 40 sites répartis entre les Etats-Unis, le Canada et l'Afrique du Sud, peut-on lire sur Smartbrief.

Coïncidence, Eric BRETEAU, ses coauteurs et complices de l'Arche de Zoé voulaient «évacuer» 10.000 orphelins du Darfour vers la France, le Canada et les Etats-Unis.

Quant à AEC Partners où siège votre frère cadet, Dr François Sarkozy, son plus riche client est le géant américain Pfizer, leader mondial de l'industrie pharmaceutique, spécialiste entre autre du traitement de la maladie d'Alzheimer, «Grande Cause nationale » de la République française en 2007.

ll n'y a bien entendu aucun rapport entre le fait que votre frère cadet, Dr François Sarkozy ait pour plus riche client le géantisme Pfizer et le fait que la maladie d'Alzheimer devienne grande cause nationale de la France après votre brillante élection à la tête de la France, ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit !

Au printemps, un petit pays africain géographiquement proche du Tchad, attaque devant la justice internationale le fameux Pfizer qui aurait «effectué en 1996 de façon illégale l'essai clinique d'un médicament appelé Trovan Floxacine sur 200 enfants atteints de méningite à méningocoque», selon de multiples sources au dessus de tout soupçon.

Selon Afrik.com, le géant américain aurait donc en 1996 «secrètement utilisé des enfants comme cobayes dans les tests d'un médicament ». 2,75 milliards de dollars d'indemnités sont réclamés à l'inventeur du Viagra, car « 11 enfants sont morts (5 ont pris le premier produit, 6 le second) et de nombreux autres ont subi des séquelles: surdité, paralysie, lésions cérébrales ou cécité», si l'on en croit Afrik.Com du 21 mai 2007, alors que c'est le très américain The Washington Post qui a déterré l'affaire.

Pour reprendre les termes du Journal chrétien, Parisbiotech, où bossent dur Stéphanie LEFEBVRE, secrétaire générale de L'Arche de Zoé et votre frère cadet, le Dr François Sarkozy, «n'est pas une histoire d'amateurs; ils sont très professionnellement organisés et ne manquent pas de fonds et de soutiens en tout genre. Ils n'avaient donc aucun mal pour organiser et financer l'opération « d'évacuation» menée par l'Arche de Zoé au Tchad ».

Gilbert Léonard de constater dans les colonnes de l'organe de presse en question: La «petite» association «Arche de Zoé» semble avoir préparé cette opération avec beaucoup de relations d'influence et de moyens techniques et financiers. Fin de citation.
Voilà, pour éclairer vos lanternes, l'extrait d'un dossier que m'a envoyé un de vos compatriotes pour me permettre de comprendre le pourquoi de votre agitation.
Libre à vous de donner ordre à votre armée qui est séparée de la nouvelle prison que juste par une rue.

Permettez-moi, Excellence Monsieur Nicolas Sarkozy,de vous rappeler que vous passez complètement à côté de la convention entre la République du Tchad et la République Françoise. Vous avez une lecture erronée des dispositions de cette convention.

En effet, l'article 45 de cette convention relatif à l'extradition dispose sur les sujets à extrader que :

«1)- Les individus qui sont poursuivis pour crimes ou délits punis par les lois des Parties contractantes d'une peine d'au moins un an d'emprisonnement.

L'extradition peut être refusée «si les infractions ont été commises en tout ou partie sur le territoire de l'Etat» (article 49, alinéa c)..

Pour le cas d'espèce c'est un crime contre l'humanité de ces enfants. Donc, impossible de les extrader, M. Nicolas Sarkozy.

Pour vous, des Français bon teint comme les Breteau ne doivent pas être emprisonnés et jugés par des juges « nègres juges tchadiens».

Veuillez agréer, M. le Président, l'assurance de la fierté de M. Idriss Déby d'avoir un ami comme vous.

N'Djaména, le 7 novembre 2007
Le député Ngarlejy YORONGAR

**************

Tchad: L'interview exclusive du Député Yorongar au sujet de l'Arche de Zoé, Idriss Déby, éclaboussé

Vendredi 16 Novembre 2007
gerard.gutknecht@club-internet.fr

http://www.alterinfo.net/Tchad-L-interview-exclusive-du-Depute-Yorongar-au-sujet-de-l-Arche-de-Zoe,-Idriss-Deby,-eclabousse_a13566.html
http://www.alwihdainfo.com/articles/voir_art.php?numart=9135&categorie=articles

«Cécilia ex-Sarkozy, Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA, Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA et Idriss Déby Itno d'AMDJARASSE de KORNOY, sont pris la main dans le sac rempli d'innocents bébés tchadiens destinés aux réseaux de pédophiles, d'organes humains, de proxénètes, de cobayes en Europe, en Amérique etc.».

L'Indépendant: Quelle est votre réaction par rapport à l'affaire Arche de Zoé ?

Ngarlejy Yorongar: Je suis profondément choqué et humilié dans mon amour propre. C'est l'humiliation et un choc inacceptables que nous imposent M. Eric Breteau, ses coauteurs et complices d'avoir kidnappé, séquestré, tenté de vendre ces gamins grâce à l'ordre de mission établi par le même Breteau. Le summum de cette humiliation est atteint par M. Nicols Sarkozy de NAGY-BOCSA qui le plaque à la figure des Tchadiens, des Africains et du monde entier en nous ramenant des siècles en arrière, siècles de la traite négrière dont les plaies sont encore et toujours béantes. Et que des gens comme le Président Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA et Gilles Desesquelles de l'Union européenne rêvent en leur for intérieur de la restaurer en ce troisième millénaire.

L'Indépendant: Comment appréciez-vous le comportement des Autorités tchadiennes face aux pressions de la France et qu'aurez-vous fait si vous étiez au gouvernement ?

Ngarlejy Yorongar: J'ai honte de M. Idriss Déby Itno d'AMDJARASSE de KORNOY et son équipe. M. Idriss Déby Itno d'AMDJARASSE de KORNOY complice de M. Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA se comporte comme les roitelets des siècles de la traite noire qui vendaient leurs propres fils, filles, maman, papa, frères, sœurs, tantes et oncles etc., contre les gadgets et autres babioles tels le fusil, vin, rhum, sel, parures etc. M. Idriss Déby offre nos bambins de 0 à 9 ans pieds et poignes liés aux réseaux de pédophiles, de voleurs d'organes humains, de proxénètes et de cobayes contre son maintien au pouvoir. C'est une complicité insupportable comme au temps de l'esclavage. Ca me fait vomir comme tous les autres Tchadiens à l'exception bien sûr de M. Idriss Déby et son entourage de sangsues. Il n'a même pas honte de verser les larmes de crocodiles» l'autre jour à la télé à Abéché.

L'Indépendant: En tant qu'élu du peuple qu'est ce que le Député fédéraliste que vous êtes exigez de l'exécutif tchadien pour son rôle dans cette affaire ?

Ngarlejy Yorongar: D'abord, en tant que Député, j'entends me constituer partie civile aux termes des dispositions de la constitution en son article 116 qui dispose que «Le député représente la nation toute entière». Mais, en attendant, je me suis, à travers la Fondation pour le Respect des Lois et des Libertés (FORELLI) dont j'assume la présidence, constitué partie civile depuis le 5 novembre 2007 par voie d'intervention. Cette constitution enregistrée sous le n°064/JO-1er CAB/07 du 6 novembre 2007 au Cabinet du Doyen des Juges d'Instruction (premier Cabinet) est transmise par celui-ci au Procureur de la République pour ses réquisitions, sous le n°088/JO-1er CAB/07 du 9 novembre 2007 comme le font fréquemment les associations de tous genres notamment celles du pays de M. Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA. Et ce, conformément à l'article 285 du code de procédure pénale qui dispose que «La voie principale pour l'exercice de l'action civile consiste soit en une citation directe devant la juridiction de jugement soit en une constitution de partie civile devant le juge d'instruction». C'est ce que j'ai fait devant le Doyen des Juges d'instruction qui a la charge de l'affaire en déclarant mon élection de domicile par lettre du 12 novembre 2007 aux termes des dispositions de l'article 292 de ce code. Alors, j'attends. Toutefois en tant que Député qui représente le peuple tchadien, je déposerai ma constitution au courant de cette semaine puisque l'Etat tchadien dont les fonctionnaires et auxiliaires sont impliqués dans cette affaire ne peut et ne doit pas se constituer partie civile. A moins que les manipulations prennent le dessus sur le droit.

L'Indépendant: Avez-vous un reproche à adresser au peuple français et son gouvernement ?

Ngarlejy Yorongar: Les Africains et singulièrement les Tchadiens ont tendance à faire de l'amalgame en mettant le peuple français dans le même sac que le gouvernement français. Ce n'est, pas mon cas. Pas normal. Le comportement d'un Jacques Chirac ou celui d'un Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA n'a, absolument, rien avoir avec celui d'un peuple français très aimable. Les gouvernants français ne demandent jamais l'avis du peuple français pour agir en son nom. Comme Dieu, que n'a-t-on pas fait au nom des peuples dont les Français. Est-ce que le tandem Déby-Kassiré demande l'autorisation au peuple tchadien pour accepter l'intervention des forces françaises au Tchad sous le parapluie des Nations-Unies et de l'Union Européenne ? Donc s'en prendre aux journalistes européens qui viennent faire leur travail d'information comme je l'ai vu hier, le 9 novembre 2007, quand j'entrais au Palais de Justice, ce n'est pas sérieux de la part des auteurs de tels actes. Tous les Français ne ressemblent pas à M. Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA et tous les Européens ne sont pas forcément mauvais. Donc, pas d'amalgame s'ils vous plaît. Nos jeunes ont l'obligation d'exprimer leur ras-le bol, mais pas à s'en prendre à des innocents parce qu'ils sont blancs. Ceux qui poussent la roue de la violence doivent se rappeler qu'ils étaient européens notamment français jusqu'au 11 août 1960, date de l'accession du Tchad à l'indépendance. Ce qui fait courir M. Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA, c'est que les Sarkozy sont impliqués dans cette affaire dès le départ. Pris, la main dans le sac, les Sarkozy veulent, à tout prix, étouffer cette affaire dans l'œuf pour limiter les dégâts sur leur famille. Ainsi, en date du 3 novembre 2007, Mme Angélique Négroni du journal, Le Figaro, s'est fait l'écho de la colère de «la nièce d'un des bénévoles de l'Arche de Zoé incarcéré au Tchad. Ce sapeur-pompier aurait été abusé par les dirigeants de l'association qui lui aurait fait croire que l'opération de sauvetage des enfants était patronnée par Mme Cécilia Sarkozy», qui devrait être dans l'avion de M. Breteau pour Abéché, n'eut été son problème de divorce. Rappelez-vous que Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA, est également, en plein dans le «merdier» ! C'est ce qui explique l'énervement de son frère aîné lors de sa fracassante déclaration de guerre du 6 novembre 2007aux accents napoléoniens et au style stalinien en Bretagne en route pour un voyage officiel aux Etats-Unis : «J'irai chercher ceux qui restent quoi qu'ils aient fait» clame-t-il avec colère, «QUOI QU'ILS AIENT FAIT» aux gamins du Tchad insiste-t-il pour prouver qu'il ne plaisante. Après son épouse Cécilia Sarkozy devenue depuis ex-Sarkozy pour avoir obtenu le divorce, c'est le tour du Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA, son frère cadet de foncer les yeux fermés aux côtés des Pieds nickelés de l'humanitaire (Arche de Zoé alias Children Rescu). Une fois le scandale éclaté, cela pousse M. Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa aux premières loges des dessous de la «lamentable équipée» de l'Arche de Zoé. Voici quelques bonnes adresses des Sarkozy pour vos confrères tatillons qui aiment vérifier ces informations que j'ai mises à votre disposition pour être publiées dans édition du 6 au 13 novembre 2007. Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA est lié à Mme Stéphanie LEFEBVRE (lefebvre.s@parisbiotech.org) directrice de Parisbiotech.org et Mme Catherine Grandazzi (catherine_grandazzi@yahoo.fr), responsable de Maia (www.maia-asso.org) et secrétaire générale du collectif des familles pour les orphelins du Darfour (COFOD). C'est une association 1901 déclarée à Paris (www.cofod.fr), toutes deux sont des vielles relations de M. Eric BRETEAU, Président et initiateur de l'opération foireuse «Children Rescue» au Tchad. Les deux protagonistes se connaissent, dit-on, depuis 15 ans. Or, Mme Stéphanie LEFEBVRE est la directrice adjointe de Paris Biotech Santé (http://www.parisbiotechsante.org/jo/1/). Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA a été comme vous le savez vice-président du conseil de surveillance de «Bio Alliance Pharma» et associé au sein d‘AEC Partners (http://librafrique.com/index.php?option=com_alphacontent§ion=1&cat=1&task=view&id=59&Itemid=41) «Pédiatre de formation, Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA fut successivement directeur médical France d'Aventis Pharma, directeur médical et pharmaceutique France de Hoechst Marion Roussel, directeur du développement international, responsable du développement clinique international et chef de produit au niveau mondial pour les antibiotiques chez Roussel-Uclaf, assistant au sein du département de physiologie respiratoire à l‘AP-HP. C‘est également au sein de l‘AP-HP que Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA a réalisé son internat en pédiatrie (Interne des Hôpitaux de Paris), titulaire de MBA obtenu auprès de l‘INSEAD, si l'on en croit Bio Alliance Presse du 5 janvier 2006 dans un communiqué de presse. Que fait exactement BioAlliancePharma où travaille dur Dr François Sarkozy de NAGY-BOCSA ? La compagnie a développé des médicaments comme le Doxorubicin Transdrug® pour traiter des maladies décrites comme mille fois plus virulentes en Asie du Sud-est et en l'Afrique sub-saharienne, si l'on prête foi à Boursorama. D'autre part, pour développer ces remèdes, la société a fait appel à des expérimentations sur des patients, comme, par exemple, pour le Loramyc, 540 patients sur 40 sites répartis entre les Etats-Unis, le Canada et l'Afrique du Sud», peut-on lire sur Smartbrief. «Coïncidence, M. Eric Breteau, ses coauteurs et complices de l'Arche de Zoé voulaient «évacuer» 10.000 orphelins du Darfour vers la France, le Canada et les Etats-Unis. Quant à AEC Partners» où siège Dr François Sarkozy, de NAGY-BOCSA «Son plus riche client est le géant américain Pfizer, leader mondial de l'industrie pharmaceutique, spécialiste entre autre du traitement de la maladie d'Alzheimer, «Grande Cause nationale» de la République de M. Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa en 2007. ll n'y a bien entendu aucun rapport entre le fait que son frère cadet, Dr François Sarkozy ait, pour plus riche client, le géantisme Pfizer et le fait que la maladie d'Alzheimer devienne grande cause nationale de la France. Au printemps, le Nigeria attaque devant la justice le fameux Pfizer qui aurait «effectué en 1996 de façon illégale l'essai clinique d'un médicament appelé Trovan Floxacine sur 200 enfants atteints de méningite à méningocoque», selon de multiples sources au dessus de tout soupçon. Selon Afrik.com, le géant américain aurait donc en 1996 «secrètement utilisé des enfants comme cobayes dans les tests d'un médicament». 2,75 milliards de dollars d'indemnités sont réclamés à l'inventeur du Viagra, car 11 enfants sont morts (5 ont pris le premier produit, 6 le second) et de nombreux autres ont subi des séquelles: surdité, paralysie, lésions cérébrales ou cécité», si l'on en croit Afrik.Com du 21 mai 2007», alors que c'est le très américain The Washington Post qui a déterré l'affaire. Pour reprendre les termes du Journal chrétien, «Parisbiotech, où bossent dur, Mme Stéphanie LEFEBVRE, secrétaire générale de L'Arche de Zoé et Dr François Sarkozy le frère cadet de M. Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa, cette histoire, n'est pas une histoire d'amateurs; ils sont très professionnellement organisés et ne manquent pas de fonds et de soutiens en tout genre. Ils n'avaient donc aucun mal pour organiser et financer l'opération « d'évacuation» menée par l'Arche de Zoé au Tchad. La «petite» association «Arche de Zoé» semble avoir préparé cette opération avec beaucoup de relations d'influence et de moyens techniques et financiers». «Je tiens à vous informer que l'AFP de Loire-Atlantique rapporte les propos tenus par un couple d'accueil, M. ET Mme Haivian et Cécile Hervy :«Nous, on a témoigné parce qu'on veut que la vérité soit établie, et malgré des représailles, si ce couple ose parler à la presse». Et Mme Cécile Hervy d'affirmer avoir reçu un coup de fil anonyme de «représailles».«On a été convoqué pour une réunion; le 1er septembre, avec 300 personnes, où on nous a indiqué que si on voulait continuer; il faut verser pour les frais médicaux et la logistique»,, complète Mme Cécile Hervy.. Au cours de cette réunion», ajoute-t-elle. «Eric Breteau avait réponse à tout et il avait l'air de savoir où il allait… On envisage de porter plainte pour abus de confiance, mais pas pour escroquerie».conclut-elle.

L'Indépendant: Par rapport à la lecture faite par M. Nicolas Sarkozy, quelle est votre lecture de la convention judiciaire qui lie le Tchad à la France ?

Ngarlejy Yorongar: En effet, M. Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA a fait une lecture erronée voire intéressée des dispositions de cette convention notamment l'article 45 relatif à l'extradition: «Les individus qui sont poursuivis pour crimes ou délits punis par les lois des Parties contractantes d'une peine d'au moins un an d'emprisonnement». L'extradition à laquelle il fait allusion peut être refusée par le Tchad pour le présent cas parce que «… les infractions ont été commises en tout ou partie sur le territoire de l'Etat» tchadien (article 49, alinéa c). A moins que M. Idriss Déby continue à céder aux pressions de son ami en accédant à sa demande d'extradition de ces criminels contre l'humanité infantile.

L'Indépendant: Que savez-vous des 74 gamins déjà convoyés en France ?

Ngarlejy Yorongar: Pour le cas d'espèce il s'agit non pas d'une tentative d'enlèvement, mais d'un enlèvement, séquestration, tentative de vente des 103 gamins interceptés par la justice d'Abéché et vente éventuelle des soixante-quatorze (74) gamins déjà convoyés en France. Donc, il est impossible d'extrader ces malfrats. C'est pourquoi, M. Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA estime que les Français bon teint comme les Breteau ne doivent pas être arrêtés, placés sous mandat de dépôt, jugés et condamnés par de «vulgaires nègres juges et esclaves du Tchad», «quoi qu'ils aient fait aux bébés du Tchad» comme c'est le présent cas. A cet effet, la copie de la lettre adressée par le Secrétaire Général du Réseau des ADH du Tchad (RAT) au Procureur Général mentionne qu'une plainte a été dressée contre Arche de Zoé en septembre 2007 par ce Réseau. Cette lettre décrit le trajet emprunté par M. Alain Péligat un des responsables de Children Rescu et les soixante-quatorze (74) enfants kidnappés, lesquels sont embarqués dans un avion qui atterrit; le 17 septembre 2007, à Mourmelon-Le-Petit (aéroport militaire). Ensuite, ils ont emprunté le train N 39881 (deuxième classe) à 06 heures 34 minutes pour la gare de Chalons. De Chalons, ils ont pris le TGV 02778 (toujours en deuxième classe) pour la gare de Paris Est où ils sont arrivés à 08 heures 00. De là, un véhicule N 15 les embarque pour ensuite disparaître dans la nature. Pour prouver sa bonne foi, le Réseau produit un papier qui mentionne un dossier N QZOKZK suivi d'un mot manuscrit mal écrit et le nom de M. Alain PELIGAT, responsable de collectif des familles pour les orphelins du Darfour (COFOD), un «machin» créé par M. Breteau. Est également annexe à cette lettre de Réseau, une liste de vingt-cinq (25) enfants de 3 à 9 ans répartis comme suit: sept (7) bambins considérés comme disparus ayant devant leurs noms, leur âge et leur village, puis dix huit (18) autres gamins enregistrés dans les camps des réfugiés sont considérés également comme disparus. Ce papier mentionne, en outre, l'âge de chacun de ces enfants. Pour toutes fins utiles, les parents d'une fillette née vers 2001 et d'un garçon né vers 2003 viennent de me saisir pour les aider à les retrouver. Ces deux petits enfants portés disparus après le passage d'un véhicule faisaient paître le troupeau de moutons aux alentours de Farchana (Adré) semblent se retrouver sur cette liste. En dépit de toutes ces révélations, les Sarkozy de NAGY-BOCSA, leurs alliés et leurs lobbies qui, pourtant s'agitent, vous diront, la main sur leur cœur, qu'ils ne sont pas au courant de cette affaire. Pour les démentir, je livre à votre sagacité une lecture tirée du journal, Le Nouvel Observateur, du 7 novembre 2007 : «M. Eric Breteau raconte à qui veut l'entendre, dans des réunions avec les prétendues familles d'accueil en ces termes.. l'Elysée est derrière lui, que le président Sarkozy, empêtré dans sa politique d'immigration, si mal vue en Afrique, cherche à monter un coup médiatique pour se redorer le blason. Mais, chut... il ne faut rien dire. C'est top secret. Au cours des réunions avec les familles (d'accueil), il fait même courir le bruit qu'un représentant de l'Elysée est dans la salle. Mieux, Cécilia suit le dossier.

Après les infirmières bulgares, elle veut sauver des enfants du Darfour. Le président la soutient… Une opération «confidentiel défense»... A deux reprises, ils (les Breteau) empruntent les avions de l'armée française qui font le taxi entre N'Djamena et Abéché. Le 19 septembre, vingt personnes de Children Rescue embarquent à bord d'un Transall militaire avec 1,7 tonne de matériel et de médicaments. Sur place, elles vont se ravitailler à la supérette de la base. Les militaires leur fournissent du kérosène pour leur avion privé, un Piper PA-32 (…) qui achemine les enfants depuis la ville d'Adré..». En plus de l'article de Mme Angeline Négroni de Nouvel Observateur du 7/11/07, lisez «Nicolas Sarkozy en première ligne dans l'affaire de l'Arche de Zoé», AFP du 4/11/07, «Paris Biotech: un cocon protecteur pour jeunes entreprises de la santé», AFP du 3/10/06, «Inauguration de la pépinière d'entreprises Paris Santé Cochin» ,AFP du 17/10/07, «Fin de la grève du personnel de nuit à l'Hôpital américain de Neuilly» et «Accord direction/personnel de nuit à l'Hôpital américain de Neuilly», AFP du 17 et 28/2/06, «Les 100 noms qui vont compter» par Yves Derai, Le Figaro du 12/5/07, «Aujourd'hui, ce sont eux qui incarnent la fameuse "rupture" Les 100 de Sarkozy», par Hervé Algalarrondo, Le Nouvel Observateur du 10/5/07, «Eux aussi ont fait gagner Sarkozy», Le Monde du 8/5/07, «Des rides, et c'est pas fini» par Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, Libération du 22/5/07, «BioAlliance Pharma Names Francois Sarkozy as Vice-Chairman of its Supervisory Board; Healthcare Industry Professional Brings Further Operational and International Experience to Specialty Pharma Company», par Business Wire, 5/1/06 etc. Cette triste histoire de rapt d'enfants par M. Breteau et consorts me rappelle une autre histoire bien tchadienne celle-là lors que j'apprends par le journal, La Tribune de Genève, du 2/11/07 que «La responsabilité tchadienne établie: Idriss Deby a rencontré le Président de l'association Arche de Zoé», M. Eric Breteau. Il faut rappeler qu'au Tchad également des multiples kidnapings des gamins et gamines, des hommes robustes et des femmes solidement fortes, originaires principalement du centre et du sud du pays ont été opérés de la même manière par les militaires membres de la famille de M. Idriss Déby pour en faire des esclaves destinés aux divers travaux domestiques notamment les travaux champêtres, le puisage d'eau, à la recherche des foins pour les chameaux, des bois de chauffe etc. (lire Tchad, le procès d'Idriss Déby, témoignage à charge, Editions l'Harmattan, septembre 2003, par Ngarlejy Yorongar). Tout comme les Sarkozy, les Déby sont parfaitement au courant de ce qui allait se passer. «M. Idriss Déby et président de l'Arche de Zoé, Eric Breteau, se sont rencontrés courant septembre» précise la Tribune de Genève. «Le rendez-vous a eu lieu en catimini en début de soirée dans la résidence privée d'Idriss Déby à N'Djamena», en dehors de l'agenda officiel» Et Maître Collard, avocat des Breteau de se faire plus précis: «Si cela est vrai, ça confirme ce que nous disons la vérité depuis le début de l'affaire. A savoir que l'opération était connue des autorités tchadiennes et françaises et que l'interdiction soudaine qui s'est abattue sur la réalisation de cette opération est une énigme». Eric Breteau qui était effectivement au Tchad en septembre aurait passé un accord avec le président. A l'appui de cette thèse, notre interlocuteur avance que c'est le palais présidentiel qui a délivré l'autorisation d'atterrir au Boeing 747 affrété par l'Arche de Zoé. Abéché étant considérée comme une zone de guerre, il ne pouvait pas en être autrement» confirme le journal. «L'avion n'aurait pas pu décoller puis atterrir sans un plan de vol directement approuvé par le président (…). Plusieurs personnes évoquent le rôle joué depuis Paris par Abacar Manany, conseiller spécial d'Idriss Déby. Décoré de la Légion d'honneur par Jacques Chirac en 2005, ce diplomate aurait tout mis en oeuvre pour que Paris et N'Djamena stoppent l'opération et la réprouvent, de part et d'autre, avec la même vigueur. Il reste que le rendez-vous jusque-là tenu secret entre Idriss Déby et le président de l'Arche de Zoé soulève de nouvelles questions. Idriss Déby dit que son gouvernement a été trompé et que l'association a menti sur ses intentions. Qu'avait-il été convenu en septembre»? Il reste que le rendez-vous jusque-là tenu secret entre Idriss Déby et le président de l'Arche de Zoé soulève de nouvelles questions. Idriss Déby dit que son gouvernement a été trompé et que l'association a menti sur ses intentions. Qu'avait-il été convenu en septembre? Un secret pour personne. L'Arche de Zoé n'a jamais caché que son intention était de rapatrier un maximum d'enfants. Ce n'était un secret pour personne, ni en France ni au Tchad. Aujourd'hui, dix-neuf personnes (neuf Français, sept Espagnols, deux Tchadiens et un Belge) sont poursuivies pour «enlèvement de mineurs». Aucune n'a pu encore s'exprimer librement sur le fond de l'affaire. Du côté de la mission diplomatique du Tchad à Genève, on refusait hier «d'infirmer» ou de «confirmer» qu'il y avait bien eu une rencontre en septembre entre Idriss Déby et Eric Breteau. Il y a parfois des opposants qui essayent de récupérer cette affaire pour dire n'importe quoi», se bornait-on à commenter. Si c'est le cas, les opposants se trouvent aussi dans les rangs de l'actuel gouvernement». Ce sont des blessés de guerre. Des enfants à évacuer d'urgence. Un stratagème monté par Eric Breteau et ses disciples. Une ruse grossière, guignolesque. Le pompier d'Argenteuil a transformé des enfants bien portants en estropiés rescapés de l'enfer du Darfour. Faux bandages sur la tête, perfusions aux bras, pansements maculés de Betadine. Une mise en scène digne d'un mauvais film. Il a aussi organisé un autre truquage, tout aussi grave. Il a inventé une fausse immatriculation pour son association de choc, Children Rescue, la couverture de son raid tchadien. L'ONG affirme être inscrite auprès de la Préfecture de Police de Paris, mais fournit aux autorités locales un faux numéro d'enregistrement. Officiellement, l'Arche de Zoé, elle, est bien inscrite à la Préfecture de Paris sous le n°05/2346/00171/192. Children Rescue apparaît, elle, sur ses documents sous le matricule 05/2386/0271/592. Pratiquement le même ? Un habile faux pour brouiller les pistes et user de ce passe-droit en territoire tchadien pour berner tout le monde, ONG installées, sur place, incluses. En fait, Children Rescue est un fantôme administratif. L'association n'a jamais été enregistrée. Mais les Rambo de l'humanitaire n'ont que faire de la paperasse et des chicaneries bureaucratiques. Ils sont en mission. Rien ne doit l'empêcher d'aboutir. Ni le gouvernement français, ni ces ONG trop sages qui respectent les lois locales, ni les autorités tchadiennes qui ne doivent se douter de rien. Pour embarquer les enfants vers «la liberté et la sécurité», l'équipée est montée comme une opération des services secrets. L'appareil qui doit transporter les 103 enfants ? fi a des allures d'avion furtif : un Boeing 757 de la compagnie charter espagnole Girjet, garé en bout de piste, caché derrière un terre-plein sur le petit aéroport d'Abéché. Parti de Madrid, il a changé de nationalité en cours de route. Il devient islandais au Tchad. Le scénario de «l'exfiltration» est simple : les passagers monteront à bord au petit jour, à l'abri des regards, grâce à une échelle de fortune fabriquée par Children Rescue. Pour rejoindre l'appareil, le convoi empruntera une piste isolée, afin de contourner la base française et les zones habitées. Départ à la sauvette. Quasi clandestin. Le commando n'a pas le choix. Il est en «résistance contre la lâcheté des hommes. Ont-ils seulement conscience qu'ils sont en train d'organiser une forme de rafle, de razzia» ? En effet, Children Rescue n'est enregistré nulle part. Ni en France, ni au Tchad. Juste une site Internet logé aux Etats-Unis. En dépit de tout ce qui précède, il est prévu qu'une haute personnalité française fasse le déplacement pour accueillir ces petits enfants tchadiens volés à leur arrivée à l'aéroport militaire prévu à cet effet. Ce déplacement aura, pour seul but, de réaliser un coup médiatique dans le dessein du lancement des forces françaises basées au Tchad, muées en forces en de l'Union Européenne avec le parapluie et la bénédiction des Nations-Unies comme en Côte d'Ivoire. Comme deux larrons en foire, MM. Idriss Déby d'AMDJARASSE de KORNOY et Nicolas Sarkozy de NAGY-BOCSA s'entendent parfaitement sur tous ces détails. Manque de pot, un tout petit disfonctionnement dans l'opération les a tous fait prendre la main dans le sac. En se cachant tantôt chez un de ses très proches parents tantôt dans son jardin privé pour recevoir M. Breteau, M. Idriss Déby ne veut pas que cette audience figure pas son agenda officiel de la Présidence de la République. Tout comme, en infiltrant l'Arche de Zoé par son épouse, Cécilia, et par son frère cadet, Dr François Sarkozy de NEGY-BOCSA, M. Nicolas Sarkozy de NEGY-BOCSA veut ficeler cette opération grâce aux multiples liens que les organisations diverse et autres laboratoires de recherches et d‘expérimentation dirigés par son frère cadet ont tissé avec l'Arche de Zoé alias Children Rescu, M. Nicolas Sarkozy de NEGY-BOCSA veut contrôler, avec force détails, cette opération de grande médiatisation en cette période où l'affaire du Darfour est montée en épingle par la communauté internationale pour le besoin de la cause. Cette opération de vol d'enfants tchadiens, comme l'affirme M. Eric Breteau, devrait lui permettre de redorer son blason terni par sa politique d'immigration en Afrique et surtout par sa déclaration tonitruante de Dakar, juste en face de la maison des esclaves. Alors qu'instruit par son Ministère à la suite d'un procès-verbal d'audition accablant en date du 10 août 2007 pour M. Breteau établi par un officier de police judiciaire de la brigade de protection des mineurs, l'Ambassadeur de France au Tchad, M. Bruno Fournier passe outre pour mettre à la disposition de M. Breteau des avions et installations français tant à N'Djaména qu'à Abéché. Ceci étant, pourquoi toutes ces agitations, panique et dérobades des Sarko qui ont laissé faire ce Breteau et ses compagnons? Et pourquoi les larmes de crocodiles des Déby qui l'ont reçu en catimini sur le tapis rouge dans leurs jardins privés ou résidence secondaire pour éviter les traces de cette audience à la Présidence? Suivez mon regard… Et «wait and see» le feu et les morceaux choisis que va cracher M. Breteau comme il l'a promis dans ses différentes cellules notamment à Abéché et à N'Djaména en présence de ses co-détenus gênants tels que les membres de l'équipage et des journalistes, si, d'aventure, les Sarkozy et autres Déby ne se démerdent pas à les sortir de ces cochonneries appelées pompeusement prisons au Tchad. Et alors, tant pis pour celui qui l'a reçu dans ses jardins privés et résidence secondaire ou celui qui l'a laissé fréquenter son ex-épouse pour le besoin des trafics d'influence et de chantage. Cette triste histoire risque d'inspirer au moins deux films aux titres évocateurs comme : «Pour voler les gamins tchadiens, Déby et Breteau sautent en duo sur les appartements et jardins privés de Farcha». Et «Sarko promet sauter sur la prison de première classe d'Amsénéné pour y chercher Breteau et tous ceux qui restent pour les ramener en France, quoi qu'ils aient fait aux bébés tchadiens» (à suivre)


**************

L'ACHE DE ZOE AVAIT-T-IL VRAIMENT BESOIN D'UN « ARCHE DE NOE » ( NAGY BOCSA 1er) POUR ECHAPPER AUX AUTORITES TCHADIENES ET A SA JUSTICE SOUVERRAINE ?
source http://www.alterinfo.net/L-ACHE-DE-ZOE-AVAIT-T-IL-VRAIMENT-BESOIN-D-UN-ARCHE-DE-NOE-NAGY-BOCSA-1er-POUR-ECHAPPER-AUX-AUTORITES-TCHADIENES-ET-A-SA_a13370.html

On se sert de l'humanitaire et des ONG qui se retranchent derrière un vain mot qui ne veut plus rien dire dès lors que le sort de ces enfants côtoyant les affres de la misère, y compris les enfants qui n'ont pas le droit de combattre et de faire la guerre selon les conventions de Genève n'intéressent personne et sûrement pas les pays qui s'affichent en première ligne en faisant un tapage médiatique et qui ne cherchent en réalité qu'à instrumentaliser ces conflits à des fins personnels n'ayant aucun rapport avec l'humanitaire.

Tout comme BHL (Bernard Henri LEVY) qui attend indubitablement la fin des massacres pour se rendre au DARFOUR et faire des siennes pour boycotter les jeux olympiques de Pékin en raison de la violation des droits de l'homme. Pourquoi aller chercher très loin puisque les atteintes aux droits de l'homme et le terrorisme à l'encontre de la population palestinienne sans défense sont coutumières et demeurent les piliers incontournables de la politique raciste et belliciste des dirigeants sionistes, n'est ce pas Mr BHL ?
Les conflits ethniques qui sévissent au DARFOUR et qui ne datent pas d'aujourd'hui n'ont jamais mobilisé l'ONU, les ONG et les organisations des droits de l'homme dans cette partie du monde déshérité. La propagande médiatique a élevé et transcendé les rivalités tribales et ethniques en un génocide pour permettre aux malintentionnés d'exercer une mainmise systématique aux relents néocolonialistes.

Indécent, inadmissible et intolérable, c'est le moins qu'on puisse dire lorsqu'on voit comment la civilisation occidentale traite l'Afrique en procédant à des rapts d'enfants et que leurs ravisseurs s'en sortent à si bon compte grâce au « médiateur » Sarko qui a sauvé la mise à toute une entreprise criminelle composé de journaliste, commandant de bord, hôtesse de l'air et « humanitaires » d'une ONG qui a failli à sa mission et privilégié une toute autre activité répugnante contraire au code de déontologie professionnelle.
On est droit de s'interroger sur les raisons pour lesquelles Nicolas Sarkozy n'a pas eu le moindre mot ou une seule parole de compassion pour les 103 enfants tchadiens qui ont failli voir leur vie basculer du jour au lendemain en se retrouvant déracinés, privés de leur cordon ombilical dans un pays inconnu et dont le sort aurait pu se retrouver dans des réseaux mafieux et pédophiles ? Eh, oui, tout ce beau monde qui s'est mobilisé pour s'impliquer dans une opération qui n'avait rien d'humaniste ou d'humanitaire nous interpelle sur les véritables raisons de cette opération ou les responsables qui ont fait fi des formalités de sortie des malheureux captifs ont de surcroît laisser le gouvernement de N'djamena dans l'ignorance totale des vraies intentions inavoués, car inavouables de l'Arche de Zoé. Bravo, l'ingérence humanitaire de KOUSHNER qui a porté des fruits d'un goût très amer.
Lors de sa venue à N'Djamena, pourquoi Nicolas Sarkozy dont l'engouement pour la libération des journalistes, des hôtesses de l'air et de leur rapatriement vers leur pays d'origine a primé avant toute autre considération et consécration humanitaire, n'a-t-il pas eu un seul mot de sympathie pour les mères, les pères et les familles qui se sont vus dupés et dépossédés de leurs enfants par des français sans scrupules en mal de faire fructifier leur profit par des actes frauduleux et crapuleux au mépris de l'humanitaire? A Abéché, la colère des parents des "orphelins" était à son paroxysme, des parents qui ne comprennent pas pourquoi leur progéniture leur a été volé, pour les convoyer sous d'autres cieux et dans le but de les donner à des familles d'accueil en France alors que les objectifs réels sont à chercher ailleurs.

- L'ARCHE DE LA HONTE ET DE LA PERVERSION

Aucune indulgence pour les membres de l'Arche de Zoé et son président qui croit encore que cette opération illégitime consistant à voler des enfants de façon frauduleuse faisait partie des activités inhérentes à l'Arche de Zoé. Force est de constater que toute cette opération avait pour but de satisfaire des pédophilies et de se livrer à un trafic d'êtres humains qui était destiné à des « fins humanitaires » alors que le temps d'humaniser l'esclavage est révolue ainsi que la traite négrière infantile.

Comment concevoir que l 'Arche de ZOE qui s'est illustré par des turpitudes, comme les négriers occidentaux l'ont fait pendant plus de 400 ans, c'est-à-dire s'arroger le droit d'aller 'voler' des enfants en Afrique tout en méprisant toutes les règles de droit et en bafouant les droits élémentaires des enfants, fussent-ils orphelins. Et le comble dans tout cela, c'est que les autorités Tchadiennes assuraient n'avoir pas été au courant de cette entreprise humanitaire qui consistait à extirper de leurs sols, des enfants pour des destinations inconnues et pour quel usage ? Il devient de plus en plus clair que derrière ces associations et ONG qui parlent au nom de l'humanité ou de l'humanitaire, se cachent de grands business qui profitent à quelques individus sans scrupules et ou la souffrance des africains reste une affaire très juteuse encore aujourd'hui pour les occidentaux et les Français en particulier qui ne veulent pas entendre parler de concurrent potentiel dans cette entreprise lucrative.

Pourquoi la presse qui s'est emparée de cette affaire s'est rangé du côté de son président Sarkozy qui n'est pas venu au secours des enfants victimes, ni des familles d'accueil abusées, mais des voleurs d'enfants ?. Les défenseurs de l'Arche perdue de Zoé, ces voleurs indignes d'enfants embourbés dans le cambouis, , ou plutôt dans le déluge, côtoyant la misère et qui n'arrive plus à voguer, osent donner des leçons malgré tous les méfaits de leurs protégés. Décevant, accablant et affligeant.
Cette ONG au lieu d'être une association humanitaire au sens des conventions de Genève a bel et bien failli à sa mission en enlevant des enfants pour une toute autre raison autre que les initiatives humanitaires et tout en faisant fi des procédures administratives et diverses formalités dont elle ne s'est pas acquitté au Tchad. Cette ONG qui se présente être un refuge pour les enfants se complait à lancer tardivement un cri d'alarme face aux crimes au Darfour. Force est de constater que si de très nombreux rapports des Nations Unies et de diverses ONG ont dénoncé les atrocités commises sur les populations civiles, les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité perpétrés par certaines factions de Khartoum, les rivalités entre les différentes factions n'intéressent personne et sûrement pas le French doctor qui ose induire en erreur la communauté internationale en parlant de génocide. Au Darfour, le droit humanitaire n'a pas plus de valeur que les droits de l'homme et l'Arche de Zoe est davantage intéressé par le rapt d'enfants plutôt que de venir au secours des populations en détresse.

Après la Bosnie et le Rwanda, les massacres de Szcebreniza l'ONU et la communauté internationale démontrent, une nouvelle fois, qu'elles ne peuvent pas arrêter le massacre. Sur place depuis quatre ans, leur incapacité à faire respecter les droits de l'homme et à protéger les populations civiles coûtent tous les jours en vies humaines et les ONG ne se mobilisent dans une confusion qu'une fois les forfaits des criminels accomplis. Une simple visite de Khartoum permet de mesurer combien les Nations Unies et les grandes entreprises internationales font vivre l'économie de la ville, à un niveau bien supérieur que les villes et villages du Darfour.

Une nouvelle fois la diplomatie et la politique onusiennes ont échoué car la connivence et le fait de ne vouloir rien faire demeuraient incontestablement leur crédo ! La Chine est dans les faits un véritable complice des crimes contre l'humanité commis au Darfour soucieuse de protéger ses principaux sources d'approvisionnement en pétrole et a joué à merveille la carte du VETO. Si beaucoup réclament aujourd'hui le déploiement des Casques Bleus au Darfour, il n'en demeure pas moins que la volonté commune à l'unanimité n'existe pas. Cette volonté de mobiliser toutes les énergies permettrait, parait-il, de protéger les populations civiles. Il ne faut surtout pas se leurrer car aucun pays occidental n'est prêt aujourd'hui à dépenser de l'argent et à risquer la vie de ses soldats pour une guerre qui n'est pas la sienne. Les Casques Bleus n'interviendront au Darfour que dans quelques années, après de longues négociations avec Khartoum, après des millions de morts et encore si le jeu vaut bien la chandelle pour se fourvoyer sur ce terrain là.

Finalement, à quoi servent les déclarations universelles des droits de l'homme et des droits de l'enfant, à la convention de Genève de 1949, aux conventions de 1951 et 1989 définissant les droits des enfants réfugiés de guerre. Toutes ces conventions sont caducs, inapplicables sur le terrain et tous ces pays qui agissent à contrario du droit d'asile reconnu dans la convention de Genève ne sont ni plus ni moins qu'une vague entreprise de fumistes et de fumiers qui auraient pu sauver les enfants du Darfour en les évacuant des zones de massacres et en leur offrant le droit d'asile en Europe ou en Amérique mais en verrouillant les portes d'accès en Europe, ce continent se rend coupable de massacres sans ayant voulu porter l'aide requise aux populations sinistrés et aux enfants victimes de graves exactions, des enfants censés être protéges par les conventions de Genève et qui sembleraient nulles et non avenues.

Le premier ministre FILLON a déclaré que l'armée française au Tchad a été «abusée». L'ancien président de MSF affirme de son côté que Kouchner porte une «responsabilité morale» dans l'affaire de l'ARCHE DE ZOE qui se cache derrière une association humanitaire œuvrant au secours des enfants depuis le Tsunami du 26 décembre 2004, qui aurait motivé le lancement d'une opération d'évacuation des enfants orphelins du Darfour.

Il est clair que cette organisation qui s'est dissimulée sous une fausse identité pour obtenir les autorisations et les transports qui étaient nécessaires pour acheminer les enfants menait des activités incompatibles avec ses fonctions et les objectifs réels de cette ONG. Comment prétendre que cette ONG n'aurait finalement que fait son devoir alors que d'autres responsables et coupables ont assurés l'opération controversée par la mise à disposition, de cette ONG, d'avion, des carburants prêtés par l'armée française et certains agents tchadiens?...

Le pilote belge appartenant au 3ème âge, retraité qui devrait être poursuivi pour complicité aurait simulé un malaise cardiaque pour échapper à la justice tchadienne alors qu'aujourd'hui ce convoyeur d'enfants kidnappés est de retour en Belgique et passe des jours paisibles.

Pour mémoire, il est bon de se rappeler que l'arche de Zoé qui est une association française régie par une loi de 1901 et qui s'est donné pour objectif l'aide aux enfants orphelins, l'aide humanitaire s'est illustré par des méthodes scandaleuses portant un préjudice certain au code de déontologie et à l'éthique professionnelle et surtout à sa raison d'être.

Le 25 octobre 2007, plusieurs bénévoles et responsables de l'association qui accompagnaient un groupe de 103 enfants sur le point de quitter le Tchad et sans être pourvu des autorisations requises, sont arrêtés par les autorités du pays, de même que les membres d'équipage de l'avion affrété à cet effet auprès d'une société espagnole. Ils sont soupçonnés par les autorités locales de s'être livré à un enlèvement d'enfants.

Le président tchadien, Idriss Deby, affirme que les enfants concernés ne sont pas orphelins et qu'ils ont pu être « enlevés » pour alimenter « des réseaux pédophiles », et pousse même son argumentation en parlant de réseau de trafic d'organes. L'association évoque quant à elle une opération destinée à « évacuer vers l'Europe des enfants orphelins du Darfour », victimes de la guerre civile qui sévit dans cette région.

- DE L'INGERENCE HUMANITAIRE AU DESASTRE HUMANITAIRE

Il est clair que la véritable fonction de l'Arche de Zoe visant à porter secours à des enfants en danger a détourné sa véritable vocation en enlevant des cobayes pour des expérimentations médicales et les livrer aux réseaux pédophiles. Cette ONG devrait être poursuivie pour exercice illicite de l'activité d'intermédiaire en adoption de mineurs ou de placement en vue d'une adoption.

D'après une enquête menée conjointement par l'Unicef, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et le Comité international de la Croix-Rouge, 85 % des enfants que transportait L'arche de Zoé ne sont pas orphelins (75 % ont leurs deux parents, 10 % en ont un) et les trois quarts sont tchadiens (des ethnies Masalit et Zaghawa) alors à qui profitait ce juteux trafic lucratif si l'opération n'avait pas été suspendu par les autorités tchadiennes ?. Et puis pourquoi n'avoir jamais affiché les véritables intentions ce cette ONG dans cette opération de banditisme ? Pourquoi l'objectif primordial n'a jamais été mis en avant et pourquoi les responsables n'ont jamais affiché l'objectif final de leur opération, ni à leur personnel, ni aux gens qui leur ont confié les enfants, ni aux enfants eux-mêmes" ?. "Ils ont menti à tout leur staff", qui comptait au total plus de cent personnes.

Est-ce que les enfants que les membres de cette organisation ont voulu en faisant fi des procédures administratives rapatrié des enfants orphelins (ce qui est loin d'avoir été le cas ou bien au contraire, ces victimes abusées ont-il été réellement victimes d'un kidnapping sachant qu'il est prouvé que les membres ignoraient si ces enfants étaient orphelins de père et de mère et s'ils été soudanais ou pas ?. On n'a même pas pris le soin d'effectuer les vérifications d'usage, preuve est que cette opération couvrait en réalité un trafic d'enfants pour alimenter des réseaux déjà présents dans l'Hexagone. S'agit-il d'un trafic d'enfants auquel s'est livré cette ONG ou dans la même lignée à un trafic d'organes ? Il est patent de constater que la tentative d'évacuation de centaines d'enfants était "abusive" et faisait courir un risque sur l'action des associations présentes au Darfour.

Bernard Kouchner aurait tenu ces propos : "Agir sans règles" dans l'humanitaire "n'est pas ma vision", certes, lui qui a fait du droit d'ingérence un subterfuge et un viatique pratique pour s'immiscer dans les affaires intérieures des Etats. KOUSHNER EST responsable au même titre que les autres incriminés de la tournure qu'a pris les événements quand l'Arche de Zoé a enlevé illégalement des enfants sous couvert d'une opération illégitime et sans l'aval des autorités tchadiennes. Selon Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, qui a dénoncé "l'inconséquence" du discours des associations et des intellectuels sur la situation au Darfour a d'ailleurs précisé sans nuance qu'une responsabilité morale très lourde pesait effectivement sur Bernard KOUSHNER, le chantre du droit d'ingérence. Dans cet imbroglio, le pilote belge Jacques Wilmart, incarcéré à N'Djamena pour "complicité d'enlèvement de mineurs" dans l'affaire de l'Arche de Zoé, a fait un malaise cardiaque le 8 novembre au soir et a été transféré à la base militaire française, a déclaré à l'AFP son avocat Jean-Bernard Padaré. Ce pilote a acheminé depuis la frontière tchado-soudanaise à Abéché, dans l'est du Tchad, une partie des 103 enfants que l'association française Arche de Zoé entendait emmener en France quand cette opération très controversée a été interrompue, le 25 octobre, par les autorités tchadiennes. Ce pilote aurait simulé en réalité un malaise cardiaque pour ne pas être poursuivi pour complicité dans l'affaire des rapts d'enfants et afin que les autorités tchadiennes s'attendrissent sur son sort. Ce pilote qui porte une responsabilité très lourde a affirmé à l'AFP avant son arrestation avoir acheminé des enfants "très mal en point" de la frontière jusqu'à Abéché.

- SARKOZY, UN NOVICE VOYOU EN POLITIQUE

Si le président SARKOZY a obtenu la libération de ceux qui ont participé dans cette grave crise politique à forts relent de « mission humanitaire insolite », la libération des journalistes français et des hôtesses espagnoles ne devraient pas pour autant donner un coup de frein pour tout ce qui ont trempé dans cette affaire. On invoque même la comparution de ces journalistes et des hôtesses que SARKO a libéré sans tenir compte des charges pesant sur eux et de surcroît il se permet de vouloir donner des consignes impératives au président tchadien, faisant comme à l'accoutumée de la surenchère pour extrader tous les coupables afin de pouvoir les juger en France. Le TCHAD demeure le seul pays ou se sont passés ces tristes événements pour déterminer la responsabilité des uns et des autres par l'entremise de son appareil judiciaire, seul apte, compétent et habilité à traduire tous les protagonistes de cette sordide affaire que le président français mythomane voudrait outrepasser ses fonctions en se substituant au président tchadien et à sa justice, ne redoutant pas de transgresser la légalité internationale et de violer les institutions du Tchad. Faut-il rappeler au néophyte NAGY BOCSA1er alias « Le Chacal » que l'article 49-C de la convention entre le Tchad et la France indique explicitement que « l'extradition est refusée quand une infraction est commise en tout ou en partie sur le territoire de l'Etat requis ». La convention de coopération judiciaire signée entre la France et le Tchad n'envisage pas la possibilité que des actes délictueux opérés dans un pays puissent être jugés dans un autre même si l'accusé en est un ressortissant.

Sarkozy, connu sous le sobriquet de NAGY BOCSA 1er, président d'une république bananière et Escroc indétrônable ne pensait qu'à lui en parlant de l'augmentation du pouvoir d'achat. 140%, c'est l'augmentation salariale la plus forte jamais octroyée à un homme en France depuis Mathusalem (en fait le chiffre officielle serait de 172 % au lieu de 140 %). On est en droit de penser que le rapatriement des journalistes et des hôtesses de l'air impliqués dans cette opération a dû être chèrement négocié et aurait pu susciter chez SARKO des largesses, voire plus de concessions encore plus conséquentes de la part du président tchadien qui aurait eu le couteau sous la gorge.

Pourquoi SARKOZY voulait à tout prix sauver des geôles tchadiennes des malfrats et soi-disant des humanitaires qui ont manifestement mené des activités incompatibles avec leur fonctions alors que même des comités de soutien se sont mobilisés pour venir en aide aux kidnappeurs, ou même la presse française s'est permis le luxe de brocarder le président tchadien et préféré des relations orageuses avec le président Idriss Déby ?.

Pourquoi SARKO affiche-t-il une telle solidarité avec des « délinquants », des contrevenants qui pourraient se voir condamnés au Tchad pour tentative d'enlèvement d'enfants et escroquerie en disant avec force qu'il ira les chercher quoi qu'ils aient fait ?

Tâchons de garder en mémoire ces propos de toute beauté, d'une extrême gravité qui ne feront qu'écourter le mandat d'un imposteur, arriviste et d'un criminel qu'un avenir pas très prometteur pourrait freiner l'ascension d'un dangereux mégalomane qui ne cesse de déblatérer des horreurs qui lui coûteront très chers car cet intrus se croit au temps de la colonisation ou des colonies et cherche dans l'arrogance, l'illusion de la force et de la grandeur et se voit si haute qu'elle risque de trébucher à tout moment. :

« J'irai chercher tous ceux qui restent, quoi qu'ils aient fait ». Car « le rôle du chef de l'Etat est de prendre en charge tous les français ». Enfin!! Les ONG et la "bonne conscience" occidental révélés au grand jour. Une véritable mascarade et dire que le gouvernement espagnol, pour se donner bonne conscience aurait proposé de financer l'éducation des 103 enfants tchadiens pour laver sa mauvaise conscience dans son implication de ce trafic juteux et qui ne connaîtra point de rupture de stock. C'est un aveu même des autorités espagnoles qui aurait reconnu que l'arche de Zoe se livrait effectivement à des trafics d'enfants puisque l'Espagne qui a aussitôt proposé que son pays finance l'éducation des 103 enfants que l'association voulait transporter en France a rappelé que le trafic d'enfants est absolument inacceptable. L'acte de repentance ou le mea-culpa, si cela en sont, sont inacceptable eux aussi car il ne saurait être mis à contribution sur la misère humaine et la détresse des enfants vivant dans la guerre, la pauvreté, la famine, la lèpre, la tuberculose et l'analphabétisme. Si Sarkozy n'est pas l'homme de la repentance, c'est l'homme qui fera plonger la France dans une tourmente indescriptible et la guerre lorsque des conflits majeurs éclateront.

Minou99
Militant des droits
de l'homme
Le 11 Novembre 2007

Dimanche 11 Novembre 2007
SEDDIKALI2007@YAHOO.FR

********************
Signaler au modérateur   Journalisée

Pages: [1] |   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2011, Simple Machines
SMFAds for Free Forums
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.113 secondes avec 21 requêtes.