Algerieinfo.com Forum
26/02/2020 - 20:18:29 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue sur le forum d'Algerieinfo.com qui respecte la liberté d'opinion et d'expression pour discuter librement, civilement, intelligemment et cordialement et merci d'avance de respecter le règlement du forum : respect des convenances, pas d'insultes, pas de dénigrement, pas de propos racistes, xénophobes ou calomnieux. Tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non pas des administrateurs, ou modérateurs, ou webmasters (excepté les messages postés par eux-même) et par conséquent ne peuvent pas être tenus pour responsables. Les administrateurs et modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensibles aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Les opinions exprimées dans le forum sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1] |   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Terrorisme d'état avec arme sismique : Mystérieuse vague meurtrière en Algérie  (Lu 17793 fois)
kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« le: 09/08/2007 - 13:20:10 »

Voila un exemple parmis d'autres du Terrorisme d'état

Au moins 12 innocents baigneurs Algériens ont été tués par une vague déferlante qui s'est abattue sur une plage de Mostaganem. Aucune activité sismique n'a pourtant été constatée dans cette région. Voila la vrai histoire de cette acte de terrorisme d'état :

Apparament plusieurs états terroristes ont réalisé leurs actes terroristes avec des armes non conventionnelles du type ARMES SISMIQUES à seulement 33 km au Nord Ouest de Mostaghanem  ??? juste au dessus de la faille sismique qui passe par ALGER (mais ou était l'armée Algérienne et ses nombreuses jumelles ;) ) et qui ont provoquer la mort d'au moins 12 civiles (baigneurs) désarmés Algériens. Le courage guerrier de ces état terroristes est vraiment remarquable  ;)

Il faut aussi bien comprendre qu'une arme sismique est une bombe utilisant une technologie nucléaire ou en partie qui permet de frapper à forte profondeur afin de détruire des bunkers souterrains. Elle peut aussi être employée pour provoquer des ondes de choc sismiques le long d'une faille sismique après une explosion en profondeur afin de détruire les bâtiments sur des dizaines de kilomètres de diamètre et le long d'une faille sismique. UNE ARME SISMIQUE EST CLASSEE DANS LA CATEGORIE DES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE (ADM)

Voir la vrai localisation de cet acte terroriste sur le lien suivant et IL N'EST PAS localisé en plein milieu du bassin méditerranéen  :
http://www.emsc-csem.org/index.php?page=current&sub=detail&id=52561#

Donc après l'attentat terroriste sismique de Mostaganem qui visé en realité la WILAYA D'ALGER ET LA CAPITALE ALGER de ces états terroristes, y aura t il d'autres attentats terroristes sismiques mais cette fois plus proche d'Alger, d'Oran, de Skikda, etc  Ah quel courage  ;)

Maintenant, ces aux "hommes" d'Algérie, s'il en reste, d'attaquer en justice pour l'exemple devant la Cour Pénale Internationale et la Cour Internationale de Justice ces états terroristes et voyous afin d'avoir une condamnation à ces actes terroristes et des indemnités aux familles des victimes car il y a eu tentative prémédité de génocide par arme de destruction massive

Je n'est pas encore abordé le problème de la contamination radioactive du littoral des Wilayas de Mostaganem, d'Oran, de Chlef, de Tipaza et d'Alger, car une arme sismique n'est en réalité qu'une arme nucléaire qui dégage enormément de résidus radioactifs nocifs pour les hommes, le littoral et la mer. Y a t il eu une analyse du taux de contamination radioactive des plages des Wilayas de Mostaganem, d'Oran, de Chlef, de Tipaza et d'Alger ?

Pourquoi ces états terroristes et voyous n'ont il pas fait leurs actes terroristes à 33 km aux larges d'Alicante ou de Toulon ou de Palerme

VOILA LA LOCALISATION EXACTE DE CETTE ACTE DE TERRORISME D'ETAT ( est ce n'est pas en plein milieu du bassin méditerranéen comme l'affirme le centre de Strasbourg, UN MENSONGE DE PLUS )

Source http://www.emsc-csem.org/index.php?page=current&sub=detail&id=52561#

Magnitude     mb 4.5
Region    NORTHERN ALGERIA
   
Date time    2007-08-08 at 21:26:29.4 UTC
Location    36.24 N ; 0.06 E
Depth    10 km
Distances    33 km NW Mostaghanem (pop 126,169 ; local time 22:26 2007-08-08)
36 km NW Sidi ali (pop 25,202 ; local time 22:26 2007-08-08)


IL FAUT SIGNALER QU'IL Y A D'AUTRES MENSONGES DANS CETTE AFFAIRE :

PREMIER MENSONGE : la date de cette attentat terroriste d'état par arme sismique  :-X

DEUXIEME MENSONGE : le nombre exacte des victimes ( morts et blessés)
  :-X

POURQUOI UNE "CERTAINE ALGERIE" N' OSE PAS DIRE LA VERITE, ELLE A PEUR DE QUI ET DE QUOI ?

DES PAYS ETRANGERS ONT-ILS DECLARE UNE GUERRE SECRETE A L'ALGERIE ? QUI SONT CES PAYS ETRANGERS ? ET POUR QUELLES RAISONS ?

LES ALGERIENS ONT LE DROIT DE SAVOIR POURQUOI ILS RISQUENT DE MOURIR A CAUSE DE SEISMES PROVOQUES PAR DES ARMES SISMIQUES ETRANGERES


*************************
Algérie : douze baigneurs emportés par une vague géante
jeudi, 9 août 2007  Lemonde.fr


La protection civile algérienne a annoncé, mercredi 8 août, la mort de douze baigneurs emportés par une vague géante sur une plage de Mostaganem...

La protection civile algérienne a annoncé, mercredi 8 août, la mort de douze baigneurs emportés par une vague géante sur une plage de Mostaganem, dans l’ouest algérien, vendredi. L’origine de la vague est inconnue et nourrit les débats des scientifiques et de la population locale.

L’hypothèse d’un essai scientifique en Méditerranée effectué par des pays de l’autre rive, comme l’Espagne, l’Italie ou la France est avancée. « On peut supposer qu’il s’agit d’une expérience scientifique d’armes non conventionnelles », explique le professeur Loth Bonatiro, spécialiste d’astronomie et de planétologie au Centre algérien de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag), cité dans les colonnes du quotidien algérien L’Expression.

L’hypothèse d’un mini-tsunami avancée par les habitants semblait peu plausible, dans la mesure où la vague n’a touché qu’une seule plage, celle dite du Petit-Port.

Une secousse sismique d’une magnitude de 4,6 sur l’échelle ouverte de Richter avait été enregistrée vendredi à 21 h 08 en plein milieu du bassin méditerranéen par le centre de Strasbourg, mais pas par le Craag, qui évoque un possible problème technique.


Algérie, 12 morts de Mostaganem : expérience militaire d’armement ?
jeudi 9 août 2007
www.radinrue.com le 9.08.2007 par : J.M.

Tragique fin de vacances pour 12 personnes qui sont mortes en Algérie, tuées par une vague géante dont la présence inexpliquée est restée sans aucune réponse de la part des autorités.

Pour de nombreux spécialistes, cette déferlante pourrait être liée à un essai scientifique d’armes non conventionnelles. Le drame, rendu public seulement maintenant a eu lieu vendredi dernier sur une plage de Mostaganem, dans l’ouest algérien, a indiqué mercredi la Protection Civile algérienne.

Un spécialiste d’astronomie et de planétologie au Centre algérien de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), le Pr Loth Bonatiro, a estimé que la déferlante pourrait avoir été provoquée par une expérimentation d’armes conventionnelles. Ces dernières ne sont ni biologiques, ni chimiques ou nucléaires. L’expérience aurait pu être menée en Méditerranée par la France, l’Italie ou l’Espagne.

"Il est cependant difficile de parler de tsunami, car un tel raz-de-marée est beaucoup plus large, alors que la vague de Mostaganem a touché une seule plage, la plage dite du Petit port", a-t-il ajouté. Accompagnant cette vague mortelle géante, le Centre de Strasbourg a noté une secousse sismique d’une magnitude de 4,6 sur l’échelle ouverte de Richter vendredi à 21h08 en plein milieu du bassin méditerranéen.

Algérie: une vague géante tue 12 baigneurs
LEXPRESS.fr - 9 août 2007

Un puissante vague a provoqué la mort de 12 baigneurs sur une plage de Mostaganem, en Algérie. La déférlante pourrait être liée à un essai scientifique d'armes non conventionnelles .

Une puissante déferlante a tué 12 baigneurs vendredi dernier sur une plage de Mostaganem, dans l'ouest algérien, a indiqué mercredi la protection civile algérienne. Aucune explication officielle n'a été fournie sur l'origine de cette vague géante.

Un spécialiste d'astronomie et de planétologie, le Pr Loth Bonatiro, a estimé que la déferlante pourrait avoir été provoquée par une expérimentation d'armes non conventionnelles - c'est-à-dire non biologiques,  chimiques ou nucléaires - en Méditerranée. La France, l'Italie ou l'Espagne procèderaient de temps à autre à ce type d'expérimentations. A 33 KM AU LARGE DES COTES ALGERIENNES  ??? , VOILA UN AUTRE REGGANE voir ESSAIS NUCLEAIRES FRANÇAIS DE REGGANE  VIDEO L'EXPERIENCE NUCLEAIRE SOUTERRAINE DE REGGANE

"Il est cependant difficile de parler de tsunami, car un tel raz-de-marée est beaucoup plus large, alors que la vague de Mostaganem a touché une seule plage, la plage dite du Petit port", a-t-il ajouté.
Une secousse sismique d'une magnitude de 4,6 sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistrée vendredi à 21h08 en plein milieu du bassin méditerranéen par le centre de Strasbourg, mais pas par le CRAAG, peut-être à cause d'un défaut de fonctionnement de ses instruments de détection.

Mystérieuse vague meurtrière en Algérie
V.F. (lefigaro.fr) avec AFP.
Publié le 09 août 2007

La puissante déferlante qui a tué douze baigneurs sur une plage de l’ouest du pays suscite beaucoup d’interrogations.
 
Selon certains témoins, la vague ressemblait à un mini tsunami. Vendredi dernier, douze baigneurs ont été tués par une puissante déferlante qui a touché la plage de Mostaganem, dans l’ouest algérien. Mais ce n’est que cinq jours plus tard que la protection civile algérienne a communiqué l’information.
 
Qu’est ce qui a causé cette vague ? Pour le moment, aucune explication officielle n'a été donnée.
 
Si le centre de Strasbourg a relevé une secousse sismique à 21h08 le même jour, le Centre de recherche algérien d’astrophysique, lui, n’a rien enregistré. Cette absence d'enregistrement pourrait être due à un défaut de fonctionnement des instruments de détection du Centre. Selon le professeur Loth Bonairo, « il est difficile de parler de tsunami, car un tel raz-de-marée est beaucoup plus large, alors que la vague de Mostaganem a touché une seule plage, la plage dite du Petit port".
 
Des essais d’armes non conventionnelles ?
 
Pour ce scientifique, spécialiste d'astronomie et de planétologie au Centre algérien de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), la vague pourrait avoir été provoquée par une expérimentation d'armes conventionnelles en Méditerranée.
 
Le phénomène "pourrait avoir eu pour origine un essai scientifique et on peut supposer qu'il s'agit d'une expérience scientifique d'armes non conventionnelles", a-t-il expliqué. Et d’ajouter que la France, l'Italie ou l'Espagne procèdent de temps à autre à ce type d'expérimentations.


Interrogations sur une vague meurtrière en Algérie

Par Arnaud Vaulerin avec AFP
LIBERATION.FR : jeudi 9 août 2007

Vendredi, 12 baigneurs ont été tués par une vague déferlante qui s'est abattue sur une plage de Mostaganem. Aucune activité sismique n'a pourtant été constatée dans cette région.

C'est une énigme. La cause de la puissante déferlante qui a provoqué vendredi la mort de 12 baigneurs sur une plage de Mostaganem, «le Petit port», dans l'ouest algérien, reste encore inconnue jeudi.

«Les instruments du Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (Craag, un institut algérien) n'ont pas enregistré d'activité sismisque au large de Mostaganem vendredi 3 août, précise Hamou Djellit, chef du département études et surveillance sismique. Donc, en aucun cas, il ne s'agit d'un tsunami.» Le Craag n'avance pour l'heure aucune explication argumentée.

Un séisme d'une magnitude de 4,6 sur l'échelle de Richter a bien été enregistré à 21h08 (23h08, heure de Paris) vendredi par le Réseau national de Surveillance sismique de Strasbourg (Rénass), mais il était localisé en plein milieu du bassin méditerranéen, à proximité de la Grèce.

Hamou Djellit se contente d'évoquer l'hypothèse d'un «glissement sous-terrain ou sous-marin important», en attendant les résultats d'études complémentaires qui devraient préciser l'heure du déferlement, la hauteur et la largeur de la vague meurtrière.

Un ancien chercheur du Craag, Loth Bonatiro, avait affirmé mercredi que la vague «pourrait avoir eu pour origine un essai scientifique et on peut supposer qu'il s'agit d'une expérience scientifique d'armes non conventionnelles». Il avait déclaré à l'AFP que la France, l'Italie ou l'Espagne procèdent de temps à autre à ce type d'expérimentations.

Hamou Djellit précise que ce chercheur n'est plus membre du Craag depuis 2003 et que ces propos n'engagent que lui.

Mercredi, une secousse de 5,5 au large de Mostaganem a été enregistrée par le Rénass de Strasbourg. Sans conséquence sur la côte.

Une vague géante d'origine inconnue a tué douze baigneurs en Algérie
LEMONDE.FR avec AFP | 09.08.07 |

La protection civile algérienne a annoncé, mercredi 8 août, la mort de douze baigneurs emportés par une vague géante sur une plage de Mostaganem, dans l'ouest algérien, vendredi. L'origine de la vague est inconnue et nourrit les débats des scientifiques et de la population locale.

L'hypothèse d'un essai scientifique en Méditerranée effectué par des pays de l'autre rive, comme l'Espagne, l'Italie ou la France est avancée. "On peut supposer qu'il s'agit d'une expérience scientifique d'armes non conventionnelles", explique le professeur Loth Bonatiro, spécialiste d'astronomie et de planétologie au Centre algérien de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag), cité dans les colonnes du quotidien algérien L'Expression.


Une vague tue 12 baigneurs
NOUVELOBS.COM | 09.08.2007 |

Des essais d'armes non conventionnelles en Méditerranée pourraient être la cause du mini-tsunami survenu vendredi sur une plage de Mostaganem, en Algérie.

Une vague d'origine inconnue a tué 12 baigneurs vendredi 3 août sur une plage de Mostaganem, en Algérie, selon les indications de la protection civile algérienne de mercredi.
Selon le Pr Loth Bonatiro, spécialiste d'astronomie et de planétologie au Centre algérien de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), le mini-tsunami pourrait être dû à une expérimentation d'armes conventionnelles en Méditerranée.

Un essai scientifique à l'origine de la déferlante

La vague "pourrait avoir eu pour origine un essai scientifique et on peut supposer qu'il s'agit d'une expérimentation d'armes non conventionnelles en Méditerranée." Le Pr Loth Bonatiro a ajouté que la France, L'Italie ou l'Espagne procédaient à des essais semblables.

"Il est cependant difficile de parler de tsunami, car un tel raz-de-marée est beaucoup plus large, alors que la vague de Mostaganem a touché une seule plage, la plage dite du Petit port" a-t-il précisé.
Le centre de Strasbourg avait enregistrée vendredi une secousse sismique au milieu du bassin méditerranéen d'une magnitude de 4,6 sur l'échelle de Richter. Le CRAAG n'avait rien détecté.
Loth Bonatiro attribue cette absence d'enregistrement à un défaut de fonctionnement des instruments de détection du Centre.

L'hypothèse d'un mini-tsunami avancée par les habitants semblait peu plausible, dans la mesure où la vague n'a touché qu'une seule plage, celle dite du Petit-Port.

Une secousse sismique d'une magnitude de 4,6 sur l'échelle ouverte de Richter avait été enregistrée vendredi à 21 h 08 en plein milieu du bassin méditerranéen par le centre de Strasbourg, mais pas par le Craag, qui évoque un possible problème technique.


Un mini-tsunami à Mostaganem cause la mort de 12 personnes
Il a frappé la plage du Petit-Port vendredi

Liberté - Jeudi 09 Août 2007
http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=81366

Une puissante déferlante d'origine inconnue a provoqué, vendredi dernier, la mort de 12 baigneurs, dont trois mineurs, sur une plage de Mostaganem, dans l’ouest, a indiqué, hier, la Protection civile. 

Aucune explication officielle n’a pu être obtenue quant à l’origine de cette vague géante, présentée comme un mini-tsunami par des habitants de la ville contactés par l’AFP.

Les familles des victimes avaient réclamé au lendemain du drame toute la vérité sur les circonstances de la mort tragique de leurs enfants.

De son côté, le Pr Loth Bonatiro, spécialiste d’astronomie et de planétologie au Centre algérien de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag), a estimé qu’“il est difficile de parler de tsunami, car un tel raz-de-marée  est beaucoup plus large, alors que la vague de Mostaganem a touché une seule plage, la plage dite du Petit-Port”, a-t-il ajouté.

Une secousse sismique d’une magnitude de 4,6 sur l’échelle ouverte de  Richter avait été enregistrée, vendredi dernier, à 21h08 en plein milieu du bassin  méditerranéen par le centre de Strasbourg, mais pas par le Craag.


Phénomène sismique en Algérie
Par Nahla Rif , El Watan
 
Le séisme du 21 mai 2003 qui a frappé la région de Boumerdès et d’Alger aura marqué un grand tournant dans l’histoire de la sismicité en Algérie.
dimanche 9 janvier 2005.

Par sa force, sa magnitude - 6,8 sur l’échelle ouverte de Richter -, les pertes humaines qu’il a engendrées et les dégâts considérables qu’il a occasionnés, ce séisme sera ainsi devenu « le plus meurtrier qu’ait connu la région algéroise, notamment depuis plusieurs siècles (1716), et le second événement majeur ayant affecté l’Algérie du Nord après celui d’El Asnam du 10 octobre 1980 (in La Lettre du CRAAG. Numéro spécial, juillet 2003) ».

Le risque sismique est désormais une vérité qui vient mettre - trop tard ? - un terme aux réticences et au laxisme de tous bords. La prise de conscience s’est doublement imposée aux pouvoirs publics et aux citoyens des régions du Nord qui n’ont plus guère le choix que de vivre avec. La réduction du risque, à travers l’acte de bâtir en particulier, implique les secteurs sans exclusive « parce qu’il doit, insistent les experts, impérativement être intégré de façon permanente dans le développement socioéconomique du pays ». Et pour cause. Alger est, depuis le séisme du 21 mai 2003, classée zone III et passe ainsi de zone de sismicité moyenne à élevée - le territoire national est divisé en 5 zones de sismicité croissante (zone zéro, zone I, IIa et IIb et zone III). Aujourd’hui encore, beaucoup continuent à s’interroger sur les conséquences dramatiques de ce tremblement de terre.

Aurait-on pu éviter ces victimes ? Aurions-nous pu prévoir, prévenir ce séisme ? La première question interpelle de fait tous les acteurs impliqués dans l’acte de bâtir ; la seconde « triture » tous ceux qui espèrent encore percer le secret des séismes. Néanmoins, les décisions prises par les pouvoirs publics au lendemain de la tragédie ont directement trait à la réduction du risque comme garant de préservation des vies humaines à travers, entre autres, le renforcement des capacités des structures scientifiques pour une meilleure évaluation de l’aléa, l’évaluation de la vulnérabilité du bâti (expertise, confortement et réhabilitation), des mesures pour un meilleur aménagement du territoire, des mesures dans le domaine de la construction (révision du RPA et de la carte de zonage) et la prise en charge du risque par les assurances (la Cat Nat). Revenant à la question liée à l’éventuelle prévision de ce phénomène naturel, les chercheurs du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), pour ne citer que ces derniers, répondent que « l’une des premières conclusions que nous avons pu tirer suite au séisme du 21 mai est qu’Alger n’était pas (et n’est plus, ndlr) à l’abri.

Ce qu’il faut savoir aujourd’hui, c’est que la faille existant au large de Zemmouri-Boumerdès, qui est à l’origine du séisme et qui était jusqu’alors inconnue - les séismes modérés à faibles de la région de Boumerdès étaient essentiellement liés au contexte tectonique local - est capable de générer un séisme d’une magnitude de 6,8 sur l’échelle ouverte de Richter.

Il y en aura forcément un autre, mais l’on ne sait pas quand ! Il est en substance important de rappeler que depuis 1365 nous n’avions jamais enregistré d’activité sismique en dehors de la région de Thénia. C’est dire que cette nouvelle structure active a mis des siècles à se produire, et elle en mettra peut-être tout autant pour se manifester à nouveau. » M. Hamdache, chercheur au CRAAG, chargé de la communication depuis le 21 mai 2003, tient, pour sa part, à mettre en relief le fait que le nord de l’Algérie n’a toutefois, jusque-là, connu que des séismes modérés. Les séismes forts dépassent, selon lui, la magnitude 7 sur l’échelle ouverte de Richter. Abordant la question relative à l’appréhension par la population de ce phénomène, il estime que « le CRAAG agit comme un maillon pour démystifier le phénomène du séisme qui ne doit pas être perçu ni vécu comme une fatalité ». Il est important de retenir que les dégâts engendrés dans la zone épicentrale -plus grand nombre de pertes en vies humaines (2274 morts...), les effets des surfaces (liquéfaction, rupture de berges d’oueds et glissements de terrain), les effondrements et les basculements d’immeubles renseignant sur ladite faille - ont impulsé la nécessité de lancer dès août 2003 un projet dans le cadre de la coopération algéro-française en vue de topographier le fond marin dans cette zone. Cette nouvelle donne aura requis la réactualisation de la carte de l’aléa sismique incorporant les dernières données et la carte de zonage sismique.


Information sur les armes de destruction massive de type armes sismiques :

http://www.jp-petit.org/TSUNAMI/dam_busters.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arme_sismique
http://forums.futura-sciences.com/archive/index.php/t-26486-l-arme-climatique-et-tsunamis.html
http://forums.futura-sciences.com/archive/index.php/t-101603-consequences-sismiques-d-un-essai-nucleaire.html
http://forums.futura-sciences.com/thread101603.html
http://eost.u-strasbg.fr/pedago/fiche1/magnitude.fr.html

Signaler au modérateur   Journalisée

Prince
Newbie
*
Hors ligne

Messages: 1


« Répondre #1 le: 06/01/2008 - 17:21:01 »

Bonjour tout le monde,

Avant toute chose je me dois de dire que je suis trés informé sur le sujet. Je suis en premier lieu trés étonné de voir l'importance qui a été accordé à un évènement que l'on peut qualifer de canular plutot qu'autre chose. L'auteur de l'article  va même jusqu'à citer le CSEM pour justifier "un gros mensonge" médiatique.
Signaler au modérateur   Journalisée
informaticien
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 118


« Répondre #2 le: 29/05/2008 - 19:32:04 »

Voila le début de la 3 ème guerre mondiale provoquée par les vrais terroristes

China Orders Strike Against US For Catastrophic Earthquake

By: Sorcha Faal, and as reported to her Western Subscribers
http://www.whatdoesitmean.com/index1104.htm - May 30, 2008

A voir
http://youtube.com/watch?v=InV0cVH6KZc
http://www.youtube.com/watch?v=%20KKMTSDzU1Z4
http://www.whatdoesitmean.com/index1104.htm


Russian Foreign Ministry reports are stating today the Prime Minister Putin’s ‘sudden’ diplomatic trip to France was made at the behest of China’s President Hu in order to ‘warn’ the European Union not to become involved with the US following what is widely expected to be a ‘retaliatory strike’ against the United States, and who the Chinese military has blamed for the catastrophic May 12th earthquake that has killed nearly 90,000 human beings.

Chinese and Russian Military scientists, these reports say, are concurring with Canadian researcher, and former Asia-Pacific Bureau Chief of Forbes Magazine, Benjamin Fulford, who in a very disturbing video released from his Japanese offices to the American public, details how the United States attacked China by the firing of a 90 Million Volt Shockwave from the Americans High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP) facilities in Alaska.

So powerful was this Shockwave, Britain’s Times Online News Service is reporting that the entire atmosphere over the Chinese earthquake zone became mysteriously changed 30 minutes prior to the 8.0 Magnitude Trembler

“Can clouds predict earthquakes? YouTube has footage of strange multicoloured clouds seen just before the recent earthquake struck Sichuan province in China.

The first impression is of a rainbow smeared on to small scraps of clouds, a phenomenon best known in a circumzenithal halo. This is created when sunlight shines through cirrus clouds full of tiny hexagonal ice crystals shaped like plates. The crystals behave like glass prisms, splitting the light into a bow with the colours of the spectrum, often brighter than a rainbow.

But one puzzle is that the colours in the Chinese clouds were upside down from a normal circumzenithal halo – red pointing towards the horizon and blue towards the Sun, instead of the other way round.”

Russian scientists are further speculating that the United States strike against China was ‘exactly timed’ to coincide with the dangerous experiments ongoing at Large Hadron Collider for the European Organization for Nuclear Research (CERN), and which we had previously reported on in our May 13th report titled “CERN ‘Nailed Heart Of Earth’ With China Quake, Chilean Volcano”.

Russian Military Analysts note that though China’s Military has ordered is vast submarine fleet to ‘disperse’ throughout the Pacific Ocean, the Chinese ‘attack’ against the United States would, most likely, take a form of economic warfare instead of an actual clashing of forces.

More disturbing, however, in these reports is China’s urging of both Syria and Turkey not to allow more water into mighty rivers of the Euphrates and Tigris, which the Iraqis are warning are running dry due to the severe drought in that war-torn Nation.

The importance of this latest move by China is the newly signed Defense Pact signed between Iran and Syria which would allow Chinese Military Forces permission to use Iranian territory to come to the aid of Syria.

It should be further noted that the Christian Bibles New Testament Book of Revelations (Chapter 16, Verse 12) prophesied that the Euphrates will dry up in preparation for the Battle of Armageddon and would be crossed by an Eastern Army of 200 million soldiers, of which in our World today only China is able to field and have the ability to reach by land alone.

As the United States and China battle for their very survival in a World becoming increasing volatile due to the rapidly growing shortages of both food and fuel, one does indeed wonder if the End Times are now upon us all. 

**************

Bush, Cheney et Cie accusés de crimes de guerre dans un dossier du FBI

Par Bill Van Auken  - Le 28 mai 2008
WSWS
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9101


La révélation la plus étonnante d’un rapport de 370 pages de l’inspecteur général du département de la Justice américain est que des agents du FBI avaient officiellement ouvert un dossier de « Crimes de guerre », documentant la torture dont ils avaient été témoins à la prison de Guantanamo Bay, avant de recevoir l’ordre de l’administration de cesser d’écrire leurs rapports.

Le World Socialist Web Site, ainsi que des groupes de défense des droits humains et d’autres opposants de la répression et du militarisme américains, ont longtemps insisté que les actes de l’administration Bush (le déclenchement de guerres d’agression, les assassinats, l’enlèvement et la séquestration sans procès de civils et, le plus répugnant de tous, la torture) constituaient des crimes de guerre selon toute interprétation légitime des décrets et traités internationaux de longue date.

De voir cependant cette évaluation confirmée par l’inspecteur général du département de la Justice, le seul responsable majeur n’étant pas directement subordonné à la Maison-Blanche, et par des agents du FBI, une agence qui n’est pas particulièrement reconnue pour être intéressée aux questions de droits démocratiques, est un signe du caractère endémique de ces crimes et de la crise qu’ils ont engendrée au sein du gouvernement des Etats-Unis et de l’élite dirigeante américaine en son ensemble.

Le rapport établit clairement que la torture fut ordonnée et planifiée en détail aux plus hauts niveaux du gouvernement, y compris la Maison-Blanche, le conseil national de sécurité, le Pentagone et le département de la Justice. Les tentatives de faire cesser ces pratiques, sur une base légale ou pragmatique, par des individus à l’intérieur du gouvernement furent systématiquement contrées et les preuves de ces activités criminelles dissimulées.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de la Maison-Blanche face à ces nouvelles révélations. Les réactions d’autres agences directement impliquées dans les crimes commis à Guantanamo ont donné une idée du sentiment général d’impunité dans lequel la torture décrite dans le rapport de l’inspecteur général se poursuit à ce jour.

« Il n’y a rien de nouveau là-dedans », a affirmé le porte-parole du Pentagone Bryan Whitman. Un porte-parole du département d’Etat à quant à lui décrit les accusations contenues dans le rapport comme étant « assez vagues ».

Assez vagues ? On peut se demander qu’est-ce que ce porte-parole qualifierait d’explicite. Le rapport contient des pages et des pages de témoignages d’agents du FBI sur les pratiques sadiques et répugnantes à Guantanamo.

À un endroit le rapport affirme : « [Un agent du FBI] se rappelait que, à un certain moment durant l’interrogatoire, l’officier militaire “versa de l’eau” dans la gorge d’un détenu qui était assis. Il affirma qu’il pensait que le but de cette pratique était de faire croire au détenu qu’il se noyait, et ainsi le forcer à fournir l’information souhaitée par l’interrogateur. [L’agent] a affirmé que le détenu avait des haut-le-coeur et crachait de l’eau. Il a dit que le détenu semblait incommodé, et il pensait qu’il avait de la difficulté à respirer. »

Et selon une description de l’interrogation de Mohamedou Ould Slahi, un Mauritanien arrêté par son propre gouvernement, remis aux forces américaines et déporté à Guantanamo en 2002 :

« Il fut laissé seul dans une chambre froide connue sous le nom du "congélateur", où des gardes l’empêchaient de dormir en appliquant de la glace ou de l’eau froide sur lui… »

« Il fut privé de sommeil pour une période de 70 jours à l’aide d’interrogatoires prolongés, de lumières stroboscopiques, de musiques menaçantes, de consommation forcée d’eau et d’obligation de demeurer en position debout. »

« Une interrogatrice féminine l’empêcha de mettre des vêtements; »

« Deux interrogatrices féminines lui ont fait des attouchements sexuels et ont fait des commentaires à caractère sexuel sur lui ; »

« Avant et pendant l’incident du bateau, il fut sévèrement battu. »

De plus, écrit le document, il fut « amené à penser qu’il serait exécuté et il s’est uriné dessus » et il s’est fait dire que sa mère et d’autres membres de sa famille seraient détenus et qu’il leur serait fait du mal.

Des centaines d’agents du FBI ont été témoins de torture

Des épisodes similaires ont été décrits, selon le rapport de l’inspecteur général, par littéralement des centaines d’agents du FBI, qui ont vu des interrogateurs de la CIA, de l’armée et de sous-traitants privés réaliser des actes illégaux de torture et d’abus contre des détenus.

De plus, le rapport cite : plusieurs agents du FBI qui ont rapporté des cas de raclées ; 30 agents qui ont rapporté avoir vu des détenus enchaînés dans des positions de stress sur de longues périodes ; 70 agents qui ont rapporté des cas de détenus privés de sommeil ; 29 agents qui avaient de l’information sur l’utilisation de températures extrêmes dans le but de « briser la détermination des détenus de résister à la coopération » ; et 50 agents qui ont rapporté l’utilisation d’un isolement prolongé pour « saper la résistance d’un détenu ».

De plus, quatre agents ont rapporté le cas de deux détenus en Afghanistan battus à mort après avoir été enchaînés debout pour une longue période.

Les histoires de tortures détaillées dans ce rapport ne sont que la pointe de l’iceberg.

Elles n’incluent pas le traitement de Murat Kurnaz, un citoyen turc né en Allemagne, qui fut arrêté pendant un voyage au Pakistan à l’automne 2001 et qui fut remis aux responsables américains pour une récompense de 3000 dollars. Tout d’abord amené à la base américaine à Kandahar en Afghanistan, il fut ensuite transféré à Guantanamo. Même si en 2002, les autorités américaines avaient conclu que Kurnaz n’avait rien à voir avec le terrorisme, il fut emprisonné jusqu’au milieu de 2006 et relâché seulement à cause de la pression du gouvernement allemand.

Empêché d’entrer aux Etats-Unis, il a témoigné par un lien vidéo devant une audience peu nombreuse du comité des Affaires étrangères du Sénat cette semaine.

« Je n’ai rien fait de mal et j’ai été traité comme un monstre », a-t-il dit. Il a dit comment il avait été assujetti à des chocs électriques, suspendu par les poignets pendant des heures et soumis à un « traitement par l’eau », dans lequel sa tête était enfoncée dans un sceau d’eau alors qu’on le frappait à l’abdomen pour le forcer à inhaler le liquide. (Il vaut la peine de mentionner que le rapport de l’Inspecteur général du département de la Justice a affirmé que cette dernière forme de torture ne constitue pas une « simulation de noyade », mais représente « une tentative d’intimider les détenus et d’augmenter leurs sentiments d’impuissance ».

« Je sais que d’autres sont morts de ce genre de traitement, a dit Kurnaz. J’ai souffert de privation de sommeil, du confinement, d’humiliations sexuelles et religieuses. J’ai été battu à de multiples reprises.»

« Il n’y avait pas de lois à Guantanamo, a conclu Kurnaz.  Je ne pensais pas que ça pouvait arriver au 21e siècle… Je n’aurais jamais pu imaginer que cet endroit avait été créé par les Etats-Unis. »

Les détenus de Guantanamo ne représentent qu’un pour cent de ceux détenus dans des camps de détention américains et des prisons secrètes opérées par les militaires et la CIA en Irak, Afghanistan et d’autres points du globe.  Il est estimé que près de 27.000 personnes sont détenues sans accusation, sans parler de procès, plusieurs d’entre eux ayant simplement disparu dans le goulag global de Washington.  Certains sont détenus dans des navires de détention, d’autres dans des donjons secrets opérés conjointement par la CIA et des régimes vers lesquels elle « transfère » les détenus, comme l’Égypte, la Jordanie et le Maroc, où d’autres formes plus cruelles de torture (être enterré vivant, l’électrocution ou la lacération avec un scalpel) sont employées.

Le rapport confirme également que les scènes révoltantes saisies dans les photographies prises à la prison d’Abou Ghraib en Irak et rendues publiques il y a quatre ans montrant des hommes nus cagoulés, soumis à la torture et à l’humiliation sexuelle par des gardes américains, n’étaient pas des aberrations. Les méthodes décrites dans le rapport — la nudité forcée, l’utilisation des chiens d’attaque lors d’interrogatoires, l’enchaînement des détenus dans des positions de « stress », les promenades en laisse — étaient identiques à celles officiellement mises sur le compte de quelques « pommes pourries » à Abou Ghraib.

La torture sadique « orchestrée » à partir de la Maison-Blanche.

L’uniformité des abus dans ces endroits si éloignés l’un de l’autre démontre que ce sadisme psychopathique et criminel infligé à ces détenus par les forces américaines était planifié et orchestré à partir du sommet.

En fait, comme le révélait ABC News le mois dernier, les représentants officiels  du soi-disant comité de principe (le vice-président Dick Cheney, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, le secrétaire d'État Colin Powell, le directeur de la CIA George Tenet, le procureur général John Ashcroft et la conseillère à la sécurité nationale Condoleezza Rice) ont eu des discussions détaillées sur les « techniques renforcées d’interrogatoire » qui, selon ABC, « étaient quasiment chorégraphiées – allant jusqu’à préciser le nombre de fois où les agents de la CIA pouvaient utiliser une tactique particulière. »

Bush a affirmé par la suite sur ABC qu’il « savait que notre équipe sur la sécurité nationale avait des rencontres sur cette question. Et je les ai approuvées ».

Le rapport établit que les représentants du FBI et du département de la justice ont avisé le conseil national sur la sécurité de la Maison-Blanche de leurs préoccupations que les pratiques observées par les agents « minaient sérieusement… l’autorité de la loi » à Guantanamo.

À la fin, cependant, on leur a dit de reculer, et ils se sont soumis, devenant ainsi complices de ces crimes et de leur camouflage.

Les révélations du rapport du FBI n’ont pas suscité de réactions importantes ou de demandes d’agir sur cette question par les démocrates élus au Congrès ou encore par les prétendants à la candidature présidentielle du Parti démocrate, le sénateur Barack Obama et la sénatrice Hillary Clinton, qui n’ont pas fait de la torture une question essentielle de leur campagne.

Le New York Times a publié un éditorial mardi intitulé « Ce que les agents du FBI ont vu » qui détaillait le rapport et déclarait qu’il « montrait ce qui arrive lorsque qu’un président américain, son secrétaire à la Défense, son département de la Justice et d’autres hauts responsables corrompent la loi américaine pour justifier et autoriser l’abus, l’humiliation et la torture de prisonniers ».

Le quotidien concluait son éditorial en écrivant : « Les démocrates doivent faire toute la lumière » sur cette affaire au moyen d’audiences portant sur « l’ampleur du manquement à la loi et aux conventions de Genève par le président Bush ». Cela, écrivait le New York Times, « est l’unique façon d’amener le pays du côté des défenseurs, et non des violateurs, des droits de l’Homme ».

On voit bien là l’impuissance de ce qui fut l’élite du libéralisme américain. L’ampleur de la criminalité de l’administration Bush a été largement mise à nu au cours des dernières années.

La violation délibérée et en bloc des conventions de Genève et des traités contre la torture sont, en vertu du droit international, des crimes de guerre, exactement comme le FBI l’a reconnu. Ce qu’il faut, ce n’est pas une autre audience sans conséquence d’un comité du Congrès, mais plutôt la constitution d’un tribunal pour crimes de guerre. Ceux qui ont commis ces crimes doivent en être reconnus coupables.

Bush, Cheney, Rice, Rumsfeld, Powell, Tenet et Ashcroft doivent subir un procès. Les individus tels que l’ancien conseiller de la Maison-Blanche et procureur général, Alberto Gonzales, le chef du bureau de Cheney, David Addington, et le conseiller au département de Justice, John Yoo (qui ont élaboré les arguments pseudo-légaux pour légitimer la torture), doivent aussi être poursuivis ainsi que les responsables de l’armée et des services d’espionnage qui ont présidé aux pratiques criminelles ayant eu cours à Guantanamo, Abou Ghraib, Bagram et les autres camps et prisons de la CIA et de l’armée.

Les dirigeants du Parti démocrate n’ont ni le désir ni l’intention de lutter pour un tel règlement de comptes. La speaker de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi et d’autres dirigeants du parti ont insisté à plusieurs reprises que la destitution du président et du vice-président « n’était pas sur la table ». Ils n’ont aucun intérêt à poursuivre l’administration sur la question de la torture parce qu’ils en sont eux-mêmes les complices. Pelosi et d’autres démocrates en vue au Congrès ont été informés en détail sur les méthodes criminelles utilisées à Guantanamo, ils les ont approuvées et les ont cachées au peuple américain.

A un niveau plus essentiel, les démocrates ont été complices de la politique du militarisme et de l’agression partout dans le monde, politique menée au nom de la soi-disant guerre globale contre le terrorisme et impliquant la pleine utilisation de la force armée pour défendre les intérêts de l’oligarchie qui dirige les Etats-Unis. C’est cette stratégie criminelle (qui est responsable de la mort de plus d’un million d’Irakiens) qui a créé les conditions pour le crime même de la torture.

Néanmoins, l’approfondissement de la crise du capitalisme américain crée les conditions pour de profonds chocs et changements dans les rapports politiques et sociaux qui pourraient bien résulter en la comparution devant un tribunal de Bush, Cheney et compagnie et leur jugement pour crimes de guerre.
Signaler au modérateur   Journalisée
Pages: [1] |   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2011, Simple Machines
SMFAds for Free Forums
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.064 secondes avec 21 requêtes.