Algerieinfo.com Forum
24/01/2020 - 05:49:12 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue sur le forum d'Algerieinfo.com qui respecte la liberté d'opinion et d'expression pour discuter librement, civilement, intelligemment et cordialement et merci d'avance de respecter le règlement du forum : respect des convenances, pas d'insultes, pas de dénigrement, pas de propos racistes, xénophobes ou calomnieux. Tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non pas des administrateurs, ou modérateurs, ou webmasters (excepté les messages postés par eux-même) et par conséquent ne peuvent pas être tenus pour responsables. Les administrateurs et modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensibles aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Les opinions exprimées dans le forum sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1] |   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Un ex-dirigeant dénonce un système de corruption chez Thales  (Lu 17327 fois)
radar
Jr. Member
**
Hors ligne

Messages: 88



« le: 11/12/2007 - 00:22:08 »

Un ex-dirigeant dénonce un système de corruption chez Thales
LE MONDE | 26.09.05
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3224,50-692860,0.html

Corruption, ententes illicites, menaces physiques, représailles judiciaires... Telles seraient les pratiques en vigueur chez Thales, le géant français de l'électronique et de la défense ­ 10,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires et plus de 55 000 employés dans le monde.

Ces graves accusations émanent d'un ancien haut dirigeant du groupe, Michel Josserand, et sont jugées "crédibles" par les policiers et les magistrats qui en ont eu connaissance. Les enquêteurs s'attachent maintenant à vérifier la réalité des faits dénoncés. Dans l'entretien qu'il a accordé au Monde, M. Josserand, ancien PDG de Thales Engineering and Consulting (THEC), licencié par Thales en janvier 2004 ­ et passé depuis à "l'ennemi", EADS ­, reprend l'essentiel des déclarations qu'il a faites à la justice et à la police.

L'affaire commence à la fin du mois de mai, à Nice. Michel Josserand est alors incarcéré depuis plus d'un mois et demi. Il est mis en examen pour "corruption" et "abus de biens sociaux" en sa qualité d'ancien PDG de THEC, une filiale du groupe Thales à la tête de laquelle il avait été nommé quatre ans auparavant. Le juge niçois Christian Guéry, saisi d'une plainte déposée par le groupe lui-même, enquête sur le trucage du marché du tramway de Nice, dont THEC a obtenu la maîtrise d'ouvrage en juillet 2002. L'enquête, qui a provoqué la mise en examen d'une dizaine de personnes ­ dont un conseiller municipal ­, est accablante pour les dirigeants de THEC, soupçonnés d'avoir "acheté" le marché.

Lorsqu'il apprend, courant mai, que les policiers ont saisi des documents compromettants qu'il avait mis à l'abri dans un coffre, Michel Josserand décide de parler. Selon lui, l'affaire du tramway de Nice n'est qu'un petit exemple des pratiques en vigueur chez le géant de l'électronique de défense. Le juge Guéry n'étant saisi que des faits relatifs au tramway, c'est le procureur adjoint de Nice, Gilles Accomando, qui va recueillir ses confidences, au cours de quatre auditions marathon.

Les révélations de M. Josserand ont provoqué l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris, qui a confié le dossier à la division nationale des investigations financières (Le Monde du 15 septembre). Ces dernières semaines, M. Josserand a précisé, devant les policiers, au cours de plusieurs auditions, ses accusations. Il a évoqué une centaine de marchés, en France et à l'étranger, qui auraient été obtenus dans l'illégalité. M. Josserand a évoqué, pêle-mêle, les marchés des tramways de Bordeaux et de Saint-Denis de la Réunion, ceux des hôpitaux de Tours et de Papeete, des contrats en Grèce, en Argentine et en Asie. Tous auraient donné lieu au versement de pots de vin.

M. Josserand, qui a aussi dénoncé une fraude aux fonds européens, un contrat suspect passé avec la direction générale de l'armement (DGA) et des malversations dans le cadre de programmes d'aide au développement au Cambodge et au Togo, affirme également que Thales a contourné l'embargo onusien pour livrer du matériel militaire à Saddam Hussein. Le groupe, via sa filiale THEC, aurait permis au régime irakien de s'approvisionner en armes chimiques à la fin des années 1990.

"UNE MANIPULATION"

M. Josserand, qui dit aujourd'hui craindre pour sa vie, affirme aussi avoir eu à connaître des dossiers encore plus sensibles. Il a notamment évoqué, devant la police judiciaire, le marché "Miksa" de surveillance des frontières de l'Arabie saoudite.

Thales s'active depuis près de quinze ans pour décrocher ce faramineux contrat évalué à 7 milliards d'euros. De fortes tensions politiques sont apparues en arrière-plan des négociations menées afin de faire aboutir le projet. L'Elysée était ainsi intervenu brutalement, en décembre 2003, pour écarter le ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, et ses conseillers des pourparlers en cours avec son homologue de Riyad. L'entourage de M. Chirac avait soupçonné, derrière le contrat saoudien, l'existence d'un réseau destiné à recueillir d'importantes commissions (Le Monde du 15 avril 2004).

Pour l'avocat de M. Josserand, Me François Lastelle, son client "savait beaucoup trop de choses" . "C'est pour cela que l'on a voulu l'écarter de Thales . On a sorti un dossier contre lui, celui du tramway, pour le faire tomber. Je suis aujourd'hui convaincu qu'il s'agit d'une manipulation, et l'enquête le prouvera" , estime l'avocat.

La plupart des faits dénoncés par M. Josserand auraient été commis en violation d'une loi entrée en vigueur en juillet 2000, qui transpose en droit français deux conventions, l'une européenne, signée à Bruxelles le 26 mai 1997, l'autre signée par les Etats membres de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), à Paris, le 17 décembre de la même année. Ces deux textes visent à sanctionner la corruption de fonctionnaires de l'Union européenne ou d'Etats membres de l'UE, dans le premier cas ; celle d'"agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales", dans le second cas.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme
Thales annonce qu'il va porter plainte contre "Le Monde"

"Après avoir pris connaissance de l'intégralité des accusations de corruption française et internationale proférées à son égard par Michel Josserand (...) publiées dans Le Monde paru le 26 septembre 2005, le groupe Thales a décidé immédiatement de porter plainte pour diffamation contre le quotidien Le Monde et Michel Josserand", indique un communiqué publié dans la soirée. Contacté dans la matinée par Le Monde, Christophe Robin, porte-parole du groupe, avait déclaré que Thales "engagerait toute action pour mise en cause diffamatoire" , dès qu'il prendrait connaissance des propos de M. Josserand.

Le groupe avait déjà opposé "un démenti formel aux accusations de corruption française et internationale proférées à son égard par un ancien responsable de THEC (Thales Engineering & Consulting), filiale de Thales" , dans une déclaration rendue publique vendredi 23 septembre, après que Le Figaro eut publié, le même jour, un article consacré à l'affaire. La direction de la communication de Thales avait "souligné que ces accusations étaient le fait d'un ancien responsable de cette filiale, licencié du groupe pour avoir commis des irrégularités dans le cadre d'un contrat pour la réalisation du tramway de Nice". "Le groupe a de lui-même porté plainte pour corruption dans cette affaire", avait-elle ajouté.

****************
http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=916681&clef=ARC-TRK-D_01

MICHEL JOSSERAND, ancien président de Thales Engineering and Consulting (THEC) « J'estime que Thales doit verser en commissions illégales entre 1 % et 2 % de son chiffre d'affaires »

Article publié le 27 Septembre 2005
Par Propos recueillis Gérard Davet et Fabrice Lhomme
Source : LE MONDE
Taille de l'article : 1550 mots

Extrait : Quelles pratiques avez-vous découvertes chez Thales ? Pour bien comprendre, il faut remonter à mai 2001, lorsque j'ai été nommé PDG de Thales Engineering and Consulting (THEC). Il y avait un problème lié au fait que cette filiale versait beaucoup de commissions occultes. Elle fonctionnait de manière autonome et ne prenait pas assez de précautions, notamment à l'export, pour verser des fonds. Donc le groupe m'a demandé de remettre de l'ordre afin que THEC rentre dans le rang et applique ce qu'on appelle chez Thales le « code d'éthique ». C'est-à-dire ? C'est l'hypocrisie poussée à son maximum. Quand on lit ce « code », on a l'impression que Thales est propre.


****************

Affaire groupe Thalès - journal "Le Monde" - Michel Josserand : démenti catégorique et plainte en diffamation de Thalès  
septembre 2005
http://www.mag-securs.com/spip.php?article3161

L’affaire dénoncée ce jour, le 26 septembre 2005, par le journal "Le Monde", dans son édition datée du 27, qui met en cause le groupe Thalès ne relève pas directement du domaine de la sécurité des systèmes d’information. Il s’agit de corruption présumée et de marchés publics, notamment à Nice .

Dans le cadre des questions d’intelligence économique, de gestion de l’information et de préservation des intérêts économiques, il nous paraît néanmoins intéressant de publier les communiqués du groupe Thalès, en l’état (sans ajout, ni supression d’information) pour permettre au lecteur de disposer de toutes les informations.


Communiqué du 26 septembre - 13h50 du groupe Thalès

Démenti du groupe Thales

A la suite d’informations publiées dans le Monde le 26 septembre 2005, le groupe Thales oppose un démenti formel aux accusations de corruption française et internationale proférées à son égard par un ancien responsable de THEC (Thales Engineering & Consulting), filiale de Thales.

Le Groupe souligne que ces accusations sont le fait d’un ancien responsable de cette filiale, licencié du groupe Thales pour avoir commis des irrégularités dans le cadre d’un contrat pour la réalisation du tramway de Nice. Le Groupe a de lui-même porté plainte pour corruption dans cette affaire.

Le groupe Thales, devant la gravité du préjudice, examine avec ses conseils les modalités d’une action en justice pour diffamation.

Communiqué du groupe Thalès - daté du 26 septembre 19h50

Thales porte plainte pour diffamation contre Le Monde

Après avoir pris connaissance de l’intégralité des accusations de corruption française et internationale proférées à son égard par Michel Josserand, un ancien responsable de THEC (Thales Engineering & Consulting), publiées dans Le Monde paru le 26 septembre 2005, le groupe Thales a décidé immédiatement de porter plainte pour diffamation contre le quotidien Le Monde et Michel Josserand.

Thales réitère son démenti formel à des accusations aussi mensongères que calomnieuses.

De telles allégations portent un préjudice considérable au groupe Thales qui a mis en place les structures, les procédures et les contrôles indispensables au strict respect des règles du commerce international, et notamment, depuis 2000, de la convention OCDE sur la lutte contre la corruption.

*************

Thales porte plainte pour diffamation contre Le Monde
AFP, via Ixarm.com
mardi 27 septembre 2005 par Spyworld
http://www.spyworld-actu.com/spip.php?article814

Thales a décidé de porter plainte pour diffamation contre le quotidien Le Monde et Michel Josserand, après les accusation de corruption de cet ancien cadre du groupe publiées en une lundi, a-t-il annoncé lundi."Après avoir pris connaissance de l’intégralité des accusations de corruption française et internationale proférées à son égard par Michel Josserand, un ancien responsable de THEC (Thales Engineering & Consulting), publiées dans Le Monde paru le 26 septembre 2005, le groupe Thales a décidé immédiatement de porter plainte pour diffamation contre le quotidien Le Monde et Michel Josserand", a-t-il indiqué dans un communiqué.Michel Josserand, ex-PDG d’une filiale de Thales a dénoncé dans Le Monde daté de mardi un vaste système organisé de corruption dans le groupe (ex-Thomson-CSF) qui, selon lui, représenterait en commissions illégales 1% à 2% de son chiffre d’affaires (10,5 milliards d’euros en 2004).Thales a opposé un "démenti formel" à ces accusations, les qualifiant d’"aussi mensongères que calomnieuses"."De telles allégations portent un préjudice considérable au groupe Thales qui a mis en place les structures, les procédures et les contrôles indispensables au strict respect des règles du commerce international, et notamment, depuis 2000, de la convention OCDE sur la lutte contre la corruption", a estimé Thales.

****************

Corruption : un ancien de Thales accuse
Nouvelobs.com, avec AP
lundi 26 septembre 2005 par Spyworld
http://www.spyworld-actu.com/spip.php?article804

Un ancien PDG d’une filiale du groupe d’électronique de défense accuse son ancien employeur d’avoir établi un système de corruption avec versement de pots-de-vin en contrepartie de marchés en France et à l’étranger.

Un ancien PDG d’une filiale du groupe français d’électronique de défense Thales accuse, lundi 26 septembre son ancien employeur d’avoir établi un système de corruption avec versement de pots-de-vin en contrepartie de marchés en France et à l’étranger. Dans le quotidien Le Monde daté de mardi, Michel Josserand, ex-PDG de Thales Engineering & Consulting (THEC), mis en examen pour corruption dans un autre dossier, affirme que le groupe verserait en commissions occultes "entre 1% et 2% de son chiffre d’affaires global". Ce dernier était de 10,3 milliards d’euros en 2004. Thales a précisé lundi matin qu’il ferait connaître sa réaction après avoir lu l’article paraissant en début d’après-midi.

Enquête préliminaire

Le groupe fait l’objet depuis juillet d’une enquête préliminaire sur d’éventuels faits de corruption à l’occasion de marchés publics passés en France et à l’étranger. L’enquête, confiée à la Division nationale des investigations financières (DNIF), vise à vérifier de possibles délits de corruption ou de favoritisme lors de marchés conclus notamment à Tours, Bordeaux, Papeete ou Saint-Denis de La Réunion, mais aussi en Grèce, en Argentine et en Asie.

Le parquet de Paris a été saisi à la suite de perquisitions dans le cadre d’une enquête judiciaire menée à Nice (Alpes-Maritimes) sur la construction du tramway de la ville. Dans ce dossier, plusieurs responsables de THEC, dont Michel Josserand, ont été mis en examen pour corruption. Licencié de THEC en janvier 2004 et passé depuis à EADS, rival de Thales, Michel Josserand affirme au quotidien que plusieurs membres du comité de direction étaient informés des commissions occultes, versées via des sous-traitants installés à l’étranger.

"Une pratique très répandue"

"C’est une pratique très répandue. Au total, j’estime que Thales doit verser en commissions illégales entre 1% et 2% de son chiffre d’affaires global", affirme-t-il. "Il y a des endroits où c’est inévitable comme en Afrique, en Corée, en Grèce, en Italie... En France, cela dépend des intérêts politiques locaux ou nationaux". Parmi les exemples cités par Michel Josserand figureraient notamment un marché de frégates en Grèce où un membre du gouvernement a été soudoyé, des "irrégularités" pour le tramway de Bordeaux, des "ententes illicites" pour des hôpitaux comme à Tours, un marché de train-tramway à La Réunion. Disant être "l’homme qui en savait trop", l’ancien patron de THEC accuse aussi Thales d’avoir violé le programme onusien "pétrole contre nourriture" en livrant des munitions chimiques à Saddam Hussein. Michel Josserand précise que les policiers disposent de documents concernant "une centaine de marchés entachés de malversations".

**********

Thales risque un procès pour corruption en Afrique du Sud
04/11/2005 18:01:00  - L'Expansion.com
http://www.lexpansion.com/economie/actualite-entreprise/thales-risque-un-proces-pour-corruption-en-afrique-du-sud_111799.html

Le groupe français d'électronique de défense doit faire face à de nouvelles accusations de corruption. Deux de ses filiales sud-africaines pourraient comparaître en juillet 2006 au procès de l'ex vice-président Jacob Zuma. L'action Thales dérape.
Aller plus loin

C'est un nouveau coup dur pour l'image de Thales. Sauf succès d'un recours, les deux filiales sud-africaines du groupe français d'électronique de défense comparaîtront à partir du 31 juillet 2006 devant la justice locale dans une affaire de corruption qui fait grand bruit en Afrique du Sud. Le principal accusé n'est autre que l'ancien vice-président, le très populaire Jacob Zuma, démis de ses fonction en juin par le président Thabo Mbeki. Il est soupçonné d'avoir reçu de l'argent du groupe français en échange de sa protection dans des enquêtes sur des contrats d'armement naval remportés par Thales en 1999. L'accusation évoque même un pacte, scellé au début de l'année 2000, qui aurait prévu un versement annuel de 500.000 rands (62.500 euros). Au delà du volet Thales, elle l'accuse également d'avoir reçu 1,3 million de rands (160.000 euros) de l'homme d'affaires Schabir Shaik dans le cadre d'une relation qualifiée de « globalement corrompue ». De son côté, Jacob Zuma a toujours protesté de son innocence en suggérant qu'il s'agissait d'un complot pour l'empêcher de succéder à Thabo Mbeki en 2009.

Pour Thales, cette mise en cause, annoncée vendredi par les services du procureur national sud africain (NPA), constitue un double coup dur. D'abord parce qu'elle intervient au moment où le groupe fait l'objet d'une enquête préliminaire en France destinée à vérifier les allégations d'un de ses anciens cadres, Michel Josserand, qui affirme que Thales a mis en place un système de corruption généralisé. Ensuite, parce que l'électronicien de défense pensait s'être sorti de l'affaire sud-africaine en collaborant avec le NPA. De fait, il avait bel et bien obtenu en octobre 2004 le retrait des charges qui pesaient contre lui après avoir accepté de décoder un fax crypté censé contenir la preuve de la corruption. C'est d'ailleurs en vertu de cet accord que Pierre Moynot, le directeur général de Thint Holding, une des deux filiales de Thales mises en cause, entend bien contester la validité de ces nouvelles poursuites judiciaires : « Il n'y a pas de faits nouveaux. Je ne vois pas comment on peut nous inculper à nouveau » a-t-il déclaré à l'AFP. D'ailleurs pour lui, toute l'affaire « est purement politique. Jamais M. Zuma n'a demandé quoi que ce soit à Thales et jamais nous n'avons payé quoi que ce soit ». A la bourse de Paris, l'action Thales accusait une chute de 1,38% à la clôture.

***************


Signaler au modérateur   Journalisée
radar
Jr. Member
**
Hors ligne

Messages: 88



« Répondre #1 le: 11/12/2007 - 00:23:20 »

Thales : plusieurs contrats en vue en Algérie
http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?file=367475493&pageForum=1
03/12/2007

(Boursier.com) -- Après la Chine, Nicolas Sarkozy compte ramener une rafale de contrats de sa visite en Algérie en ce début de semaine. Pas loin de 5 Milliards d'euros pourraient ainsi être signés à l'occasion de ce déplacement du Chef de l'Etat en compagnie de nombreux dirigeants d'entreprises.
Certains sont déjà connus ou attendus de pied ferme du côté de l'énergie avec GDF ou Total. C'est le cas aussi d'un contrat de 1,3 MdsE pour la construction d'une centrale électrique par Alstom associé à d'autres groupes dans le cadre d'un consortium créé pour l'occasion.

Dans la défense, Thales pourrait réaliser plusieurs annonces contrats, dont un de 300 ME dans les équipements de signalisation et de télécommunications, un autre dans la sécurisation de sites industriels de la Sonatrach. Thales pourrait aussi faire parler de lui dans la fourniture à l'Algérie d'un système de surveillance de ses frontières...
Signaler au modérateur   Journalisée
Pages: [1] |   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2011, Simple Machines
SMFAds for Free Forums
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.066 secondes avec 22 requêtes.