Algerieinfo.com Forum
06/12/2019 - 09:42:42 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue sur le forum d'Algerieinfo.com qui respecte la liberté d'opinion et d'expression pour discuter librement, civilement, intelligemment et cordialement et merci d'avance de respecter le règlement du forum : respect des convenances, pas d'insultes, pas de dénigrement, pas de propos racistes, xénophobes ou calomnieux. Tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non pas des administrateurs, ou modérateurs, ou webmasters (excepté les messages postés par eux-même) et par conséquent ne peuvent pas être tenus pour responsables. Les administrateurs et modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensibles aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Les opinions exprimées dans le forum sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: 1 2 3 [4] 5 6 7 ... 19 |   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le pétrole est le principal enjeu en Algérie et non pas la religion ou l'arabi..  (Lu 1155941 fois)
Dey
Newbie
*
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 47



« Répondre #45 le: 26/02/2007 - 11:40:18 »


Incroyable!

Il vient d'y avoir une tentative de coup d'état militaire aux USA !!!

Des sources Russes du FSB (Federal'naya Sloujba Biezopasnosti = Service Fédéral de sécurité "Russe" ex-KGB) rapportent qu'une tentative, par des unités des troupes des forces spéciales de l'armée des Etats-Unis, d'arrêter le vice-président américain Cheney peu de temps après être monter à bord de son avion officiel en Australie a eu comme conséquence au moins 3 morts et un nombre inconnu de blessé.


Voila la source pour analyse :

http://www.whatdoesitmean.com/index986.htm

February 25, 2007

US Military Attempt Arrest of Vice President Cheney, 3 Reported Dead

By: Sorcha Faal, and as reported to her Western Subscribers

Russian FSB sources are reporting today that an attempt by Special Forces Troops of the United States Military to arrest the American Vice President Cheney shortly after boarding his official plane in Australia has resulted in at least 3 dead and an unknown number of wounded.

These reports state that the United States Air Force, which is in control of the American Vice Presidents plane, sent an ‘urgent’ flash message shortly after takeoff from Sydney, Australia alerting their US Pacific Command Forces through the United States Worldwide Military Command and Control System (WWMCCS) network, and which is monitored by Russian Military Forces, of the deaths aboard the plane and requesting ‘orders’.

At the sealed off Sydney airport where the attempt by US Military Forces to arrest the American Vice President occurred the Australian media is reporting:

"Mr Cheney's Boeing 757 was delayed temporarily at Sydney Airport this morning for an unknown reason. As it stood still, revving its engines to make its initial advance towards the runway, it suddenly powered down.

The main door opened and the mobile stairwell then immediately returned to the plane, but it was waved off by security personnel.

The plane then proceeded to the runway and took off, en route to the United States."

US media reports are stating that there was a generator problem on the Vice President’s plane and that it was making a planned fueling stop in Singapore, but which the American White House is denying was diverted.

The concern of the American Military Generals regarding their Vice President stems from his plans to attack Iran, and which in an unprecedented move many of these Top United States Generals have threatened a mass resignation, and as we can read as reported by Britain’s Sunday Times News Service in their article titled "US generals ‘will quit’ if Bush orders Iran attack", and which says:

"Some of America’s most senior military commanders are prepared to resign if the White House orders a military strike against Iran, according to highly placed defence and intelligence sources.

Tension in the Gulf region has raised fears that an attack on Iran is becoming increasingly likely before President George Bush leaves office. The Sunday Times has learnt that up to five generals and admirals are willing to resign rather than approve what they consider would be a reckless attack.

“There are four or five generals and admirals we know of who would resign if Bush ordered an attack on Iran,” a source with close ties to British intelligence said. “There is simply no stomach for it in the Pentagon, and a lot of people question whether such an attack would be effective or even possible.”

A British defence source confirmed that there were deep misgivings inside the Pentagon about a military strike. “All the generals are perfectly clear that they don’t have the military capacity to take Iran on in any meaningful fashion. Nobody wants to do it and it would be a matter of conscience for them.

“There are enough people who feel this would be an error of judgment too far for there to be resignations.”

A generals’ revolt on such a scale would be unprecedented."

This revolt by the American Generals against their War Leaders is eerily reminiscent of the General’s Revolt against the German Nazi Leader Hitler in 1944, and which, likewise, included an attempt by the German Generals to kill their War Leaders.  

These disturbing reports coming from America are also coming on the day that Israel has been reported to be seeking the permission of the United States War Leaders to utilize Iraqi airspace for their planned Air Force attack upon Iran’s nuclear facilities, but which the Israeli government is denying.

FSB reports further note the apparent complicity of the American President in the attempt to have the US Military arrest his own Vice President by citing American media reports detailing the official planes controlled by the United States Military, and which say:

"But the Bush administration has a plane problem. One of President Bush's two 747 jets is going through a major maintenance overhaul, and two of the four 757 jets are also in maintenance. The president always needs a back-up plane, so he has taken one of the 757s. That just leaves one 757 for high-level officials like Vice President Cheney and Secretary of State Condoleezza Rice to share--and both had scheduled overseas trips this week."

The American Military establishment has also threatened their War Leaders by releasing to the US propaganda media organs some of the most secret, and damning, evidences of past manipulation of their citizens through terror and intimidation, to include previously unreleased CIA video of the assassination of the American President John F. Kennedy showing the alleged assassin, Lee Harvey Oswald, standing in a crowd of spectators seconds before he was supposed to have fired at the American President. (Note: Lee Harvey Oswald, the former Russian KGB and American CIA agent can be plainly seen wearing the green sweater he was later wearing when arrested.)

Also released to the American propaganda media organs, by the US Military, were the evidences that the top levels of the FBI were involved in the 1995 bombing of the Oklahoma City Federal Building, and which afterwards began the enactment of a series of brutal laws that have resulted in the United States being turned into the Police State we see evidenced today in 2007

To the final outcome of these events involving the outbreak of hostilities between America’s ruling elite and their Military establishment it is not in our knowing, other than whatever may be the final outcome of this apparent showdown between these two powerful forces it bodes ill for the unsuspecting American people themselves.

© February 25, 2007 EU and US all rights reserved.

 [Ed. Note: The United States government actively seeks to find, and silence, any and all opinions about the United States except those coming from authorized government and/or affiliated sources, of which we are not one.  No interviews are granted and very little personal information is given about our contributors to protect their safety.]
Signaler au modérateur   Journalisée
kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« Répondre #46 le: 08/03/2007 - 12:35:23 »

Les boat people Algériens, http://fr.wikipedia.org/wiki/Boat_people , débarquent en masse sur les côtes Européennes et revoila une version Algérienne de "LA GRANDE EVASION"

Arrestation de 47 immigrés clandestins algériens à Sardaigne
Inquiétude des autorités italiennes

El Khabar - Par Atef Kedadra - 08 mars 2007

Les forces de sécurité Italiennes ont révélé que l’île de la Sardaigne avait reçu depuis Décembre dernier plus de 150 immigrés clandestins, pour leur majorité Algériens. La sécurité Italienne a arrêté hier 32 Algériens qui sont arrivés en Sardaigne de manière illégale. 15 autres Algériens ont été arrêtés mardi pour la même raison, quatre d’entre eux ont pu s’échapper.

Le ministère de l’Intérieur Italien a exprimé de sérieuses craintes concernant l’augmentation du nombre de clandestins qui affluent sur la rive sud du pays, en provenance d’Algérie, de « El Kala » et de « Annaba » (est de l’Algérie). Le ministère Italien de l’Intérieur estime que ce nombre va augmenter vu les chiffres enregistrés ces quatre derniers mois. Depuis le mois de décembre 2006 jusqu’à aujourd’hui plus de 150 immigrés clandestins ont été arrêtés, alors que durant les 11 premiers mois de 2006, 91 clandestins ont été arrêtés. Selon l’AFP, Agence France Presse, les forces de sécurité en Sardaigne auraient arrêtés 32 candidats Algériens à l’immigration près de l’endroit appelé « Porto Pino », tous des hommes, la sécurité Italienne a rapporté des Algériens qu’ils étaient en mer pendant plus de 30 heures, ils ont entamé leur périple de la ville de Annaba. La même source a indiqué que les immigrés étaient à bord de bateaux en bois équipés de moteurs à haute capacité, cinq immigrés ont été identifiés, et selon la sécurité Italienne ils avaient une importante quantité d’argent.

Le ministère de l’Intérieur Italien a indiqué que 15 autres Algériens ont été découverts mardi passé dans la même île, précisant que quatre d’entre eux ont réussi à échapper aux gardes côtes, profitant du couloir maritime entre El Kala et les plages de Sardaigne en Italie.
Signaler au modérateur   Journalisée

Dey
Newbie
*
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 47



« Répondre #47 le: 09/03/2007 - 13:22:58 »


On est mal et l'Algérie joue avec le feu.

Les occidentaux vont "balkaniser" l'Afrique et la faire plonger dans d'innombrables guerres civiles (comme en Irak) pour la spolier tranquillement de ces richesses.

On est mal !

http://www.alterinfo.net/Afrique-L-Oncle-Sam-pret-a-broyer-du-Noir-_a7279.html

L'or noir, toujours l'or noir. L'empire américain, incluant l'OTAN, écume les continents, écrasant au passage les populations, ruinant l'écosystème de leur région pour s'emparer de leurs ressources au bénéfice de multinationales prédatrices et destructrices.
 
Ici, c'est le Continent africain tout entier (excusez du peu) qui est dans le collimateur.

Va-t-on continuer encore longtemps à accepter ces invasions systématiques en se laissant doucement bercer par les paroles lénifiantes des néo-cons qui, cyniques, nous prennent pour des imbéciles en évoquant la "démocratie" et "la liberté" pour justifier leurs forfaitures?


Traduction de "Africa: "Where the Next US Oil Wars Will Be"
par Bruce Dixon
www.dissidentvoice.org
1 mars, 2007

Les dégâts du pétrole

L'Afrique: c'est là qu'auront lieu les prochaines guerres du pétrole


Le 7 février dernier, George Bush a annoncé la création d'AFRICOM, un nouveau commandement du Pentagone qui, sous prétexte de "Guerre mondiale contre le terrorisme" va organiser et mettre à exécution ses guerres du pétrole et des ressources naturelles sur le continent africain. Qu'est-ce que cela implique-t-il pour la population noire en Amérique? Et pour les Africains?

Le Pentagone refuse de reconnaître qu'une série de bases militaires américaines ont été installées ou sont en passe de l'être dans toute l'Afrique. Mais, nul doute, le processus de formation d'une force militaire américaine sur le continent africain est bien enclenché. Depuis le Nord de l'Angola, riche en pétrole, jusqu'au Nigeria, depuis le Golfe de Guinée jusqu'au Maroc et en Algérie, depuis la Corne de l'Afrique jusqu'au Kenya et en Ouganda, et le long des circuits des oléoducs depuis le Tchad jusqu'au Cameroun à l'ouest, et du Soudan à la Mer Rouge à l'est, les amiraux et les généraux américains ont atterri partout, à la rencontre des responsables locaux. Ils ont effectué des études de faisabilité, conclu des accords secrets et dépensé des millions de dollars sur leurs budgets occultes.

Leurs nouvelles bases ne sont pas du tout des bases, d'après les dires des autorités militaires. Ce sont plutôt des "avant-zones de transit" et des "étapes maritimes pour les camions" pour le transport du matériel dont ont besoin les forces terrestres américaines sur le continent africain. Ce sont des lieux d'ancrage protégés, des "feuilles de nénuphar" (NDLT: dans le texte: "lily pads", sortes de bases virtuelles), depuis lesquels ils comptent mener leur prochaine série de guerres du pétrole et des autres ressources naturelles pour les cent prochaines années.

Prexy Nesbitt, de Chicago, l'un des architectes du mouvement anti-apartheid aux Etats-Unis dans les années 70 et 80, explique l'importance pour les Noirs américains de cette annonce, faite par Bush le 7 février, de la création d'AFRICOM, le nouveau commandement du Pentagone pour le continent africain.

"Cela a une importance énorme pour les Africains parce que tous les Africains, depuis les modestes travailleurs jusqu'aux élites universitaires, suivent avec beaucoup d'intérêt ce que font les Etats-Unis, partout où ils sont dans le monde. De plus en plus de Noirs américains s'intéressent de près aux agissements des Etats-Unis en Afrique, mais pas assez encore … Ce que nous constatons (c'est) … l’implantation militaire des Américains sur le continent africain et que cette implantation est motivée par la quête de nouvelles sources de pétrole et d'autres minéraux".

En d'autres termes, c'est une affaire de pétrole. Et de diamants, d'uranium et de *coltan (*NDLT: minerai utilisé en électronique et en aéronautique). Mais essentiellement de pétrole. L'Afrique Occidentale possède à elle seule 15% des réserves mondiales, et est censée fournir, d'ici 2015, plus d'un quart de la consommation domestique en Amérique. La plus grande partie du pétrole d'Arabie Saoudite et du Moyen Orient échoue en Europe, au Japon, en Chine et en Inde. C'est le pétrole africain qui, de plus en plus, permet aux Etats-Unis de fonctionner.

Pollution des sols dans le Delta du Niger

Pour avoir une idée des projets des Américains pour les cent prochaines années à l'égard des populations et des ressources en Afrique, il suffit de voir ce qui se passe au Nigeria Oriental. Les compagnies pétrolières américaines et les multinationales comme Shell, BP et Chevron (qui avait appelé un de ses pétroliers du nom d'un des membres de son conseil d'administration, Condoleezza Rice) ont pillé impitoyablement le delta du Niger pendant toute une génération. Là où il y avait des populations pauvres mais autonomes économiquement avec des terres agricoles et des pêcheries prospères, se développe aujourd'hui un désastre écologique aux proportions épouvantables. La terre, l'air et l'eau sont de plus en plus pollués, mais la population de la région n'a pas d'autre endroit où aller.

D'après les chiffres de la Banque Mondiale, 20% des enfants meurent avant l'âge de 5 ans. Et selon un rapport en 2005 d'Amnesty International, l'extraction du pétrole a permis d'encaisser des centaines de milliards de dollars.

"(Mais ses habitants) sont les plus déshérités des régions pétrolières du monde (70% d'entre eux vivent de moins d'un dollar US par jour). Et malgré cette manne, le prix du pétrole ayant plus que doublé ces deux dernières années, le gouvernement a été incapable de créer les services, les infrastructures et les emplois nécessaires à la région".

Preuve de leur mépris à l'égard de la vie des populations locales africaines et de leurs moyens de subsistance, le gaz naturel qui se trouve dans les réservoirs de pétrole, dont les coûts d'exploitation sont plus élevés que pour le pétrole, est tout bonnement brûlé sur des sites en Afrique.

On estime à près de 900000 mètres cubes par jour la quantité de gaz naturel ainsi brûlé pendant les années 90. De nombreux sites de brûlage de gaz, d'après la population locale du Delta du Niger, brûlent sans discontinuer depuis plus de 20 ans, engendrant des brouillards et des pluies acides, des dépôts de suie et de produits chimiques qui anémient ou tuent les poissons de l'océan et des cours d'eau et le bétail, et polluant le peu qui reste de production agricole.

Pour cette raison, aux Etats-Unis, il est interdit depuis longtemps de brûler le gaz sur les sites pétroliers. Mais de nombreux villages sur le delta d'un des plus grands fleuves du monde dépendent totalement aujourd'hui de l'eau qui est acheminée par camion.

Selon le professeur Nesbitt: "Il y a des années de cela, des membres de l'"American Committee on Africa" ont ramené une série de diapositives qui montraient la vie de populations sur des terrains recouverts de boues visqueuses de pétrole et qui buvaient de l'eau contenant de la boue de pétrole. C'était épouvantable de voir ça … Pour autant qu'on sache, il n'y a pas eu de changement notable (en 15 ans environ) sauf que maintenant, un mouvement pour la justice est en train de se créer.
Mais le commandement militaire américain a indiqué … s'est associé, en réalité, avec le gouvernement d'Obasanjo … pour contrôler ce mouvement pour la justice. Certains propos très explicites ont été tenus par les responsables militaires américains; ils seront préparés militairement à entrer dans l'arène … afin d'assurer la protection de cette source de pétrole pour les Américains".

Les populations africaines locales veulent être respectées et avoir leur part de ce qui après tout est leur propre pétrole. Elles sont actuellement souvent violemment réprimées au Nigeria oriental, en Guinée Equatoriale et ailleurs, par des troupes africaines entraînées et équipées grâce à l'argent du contribuable américain. Si la résistance se poursuit, et cela sera probablement le cas, l'Amérique est prête à investir dans du matériel supplémentaire, avec les conseillers militaires et civils qui vont avec, et puis des bombes, des balles et s'il le faut, des victimes américaines. C'est ça AFRICOM, et c'est ce à quoi il va s'occuper au cours des cent prochaines années.

L'empire en Afrique: des opportunités pour les Noirs américains?

Doug Lyons, chroniqueur noir américain au "Sun Sentinel" d'Orlando est un de ces Noirs américains abominables qui voient dans ces investissements destinés à l'exploitation sans merci du berceau de l'humanité de grandes opportunités professionnelles et commerciales pour quelques hommes (et femmes) de main noirs.

"AFRICOM ne devrait pas être rejeté comme étant un nouvel élément du complexe industriel militaire de notre pays. Il offre également une chance exceptionnelle à l'Amérique noire…

Il donne la possibilité à ceux qui s'intéressent à l'héritage africain et afro-américain d'en apprendre davantage sur l'Afrique et sur ses liens avec l'Amérique…

Ces connaissances devraient permettre une meilleure appréhension des cultures et donner de plus grandes possibilités d'échanges commerciaux des deux côtés de l'Atlantique, et par ailleurs d'élargir les possibilités pour les Afro-américains de s'investir dans le commerce mondial et dans le corps diplomatique…

(imaginez) les possibilités. Ce système est sur le point d'être mis en place et quelques privilégiés triés sur le volet vont avoir la chance d'écrire un nouveau chapitre de l'histoire des Noirs"…

AFRICOM, c'est certain, va ouvrir de nouveaux horizons dans les hautes sphères de l'entreprise, de l'armée et des services secrets à une poignée de Noirs américains hautement qualifiés.

Ceux qui ont un peu d'imagination n'ont pas besoin d'aller voir plus loin que "GoodWorks international", la compagnie de conseillers en management créée par Andrew Young, l'ancien maire d'Atlanta, ambassadeur de l'ONU et collègue de Martin Luther King.

La firme GoodWorks ajoute en effet un chapitre à l'histoire des Noirs, en même temps qu'elle récolte des caisses de dollars grâce à des clients comme Barrick Gold, une entreprise en liaison avec Bush et dont les mines au Congo servent à alimenter une guerre civile sanglante qui a fait à ce jour 5 millions de morts. La compagnie de Young bénéficie de relations étroites et lucratives avec le mystérieux Maurice Templesman, qui joue un rôle important depuis des dizaines d'années dans le commerce sanglant des diamants. Lobbyiste attitré du gouvernement nigérian à Washington, il est impliqué dans au moins une affaire de blanchiment d'argent pour le compte d'Obasanjo, le président nigérian, et sert par ailleurs de façade à diverses multinationales de pétrole et de ressources minérales sur le continent africain.

"Il y a un nombre croissant d'une certaine catégorie de Noirs américains qui … n'ont aucun sens de leurs responsabilités vis-à-vis du continent africain, qui n'éprouvent aucune honte, qui sont sans attaches, et qui sont incapables de jouer un quelconque rôle. Je pense que nous voyons cela avec Condoleezza Rice. Nous voyons cela de façon encore plus évidente avec certaines autres nominations récentes, comme par exemple, la nouvelle secrétaire d'état aux Affaires Africaines. Elle semble se soucier énormément, étant donné son passé et son expérience en matière militaire, du genre de rôle qu'elle va jouer dans le système. Donc, nous voyons souvent émerger des Noirs américains au service du système, les gendarmes, si vous voulez, de ce système qui vise à recoloniser l'Afrique, à la fois militairement et commercialement".

Nesbitt semble être d'accord avec Doug Lyons, à sa façon. AFRICOM va en effet ouvrir de nouveaux horizons à une poignée de Noirs américains diplômés dans les domaines de l'entreprise, de l'armée et des services secrets. Andy et Condi ont été les premiers mais peut-être pas les derniers. Il y a encore plein de mines d'or en Afrique, de pétroliers et de charniers auxquels les Noirs américains pourront donner leur nom.

Nous avons demandé au Professeur Nesbitt ce que le "Congressional Black Caucus" (NDLT: comité regroupant les membres noirs – démocrates, du moins - du congrès américain) et le Noir américain ordinaire devraient faire ici pour stopper l'intervention militaire américaine imminente sur le continent africain:

"Il faut que du Congressional Black Caucus s'élève une voix plus forte. Il faudrait que le Comité milite activement contre ces projets et contribue à sensibiliser et à éduquer les masses de Noirs américains dans tout le pays afin d'empêcher que ne s'écrivent les mêmes pages d'histoire des Etats-Unis en leur laissant croire qu'ils n'ont pas à se soucier de répercussions éventuelles sur la population la plus concernée … c'est-à-dire, nous, qui faisons partie de la diaspora africaine. Je pense que nous sommes à un tournant important des relations entre les Noirs américains en général et le continent africain.
L'Afrique est une partie du monde qui possède d'immenses richesses et d'énormes ressources. Mais au cours de l'histoire, elle n'a connu que le système capitaliste qui s'est employé à la dépouiller de ses richesses. Je pense que le défi qu'ont à relever les Américains (les Américains qui se soucient des autres, ceux qui se soucient de la planète) c'est: quelles actions mener pour aider les Africains à faire cesser ce viol et ce pillage perpétuels du continent africain".

George Bush, les grosses compagnies pétrolières, Andy Young et le Pentagone mettent déjà en œuvre leur dessein pour l'Afrique. Il ressemble au Nigeria, cas classique d'un pays riche peuplé de pauvres. Il ressemble beaucoup à cette décharge stérile, polluée et purulente du Delta du Niger, où ils ont eu les mains libres pendant des dizaines d'années.

Et quand les Africains chercheront à résister, comme ils vont certainement le faire, ils utiliseront le plan B, c'est-à-dire qu'ils traiteront de "terroristes" les Africains qui veulent avoir la maîtrise de leurs propres ressources, et grâce à AFRICOM, ils déploieront les forces militaires américaines pour dompter les Africains et mettre leurs ressources sous clé. Il est temps que l'Amérique noire et que le Comité suivent les conseils du Dr Nesbitt: il nous faut élaborer nos propres plans pour faire cesser plus de 500 ans de pillage de l'Afrique par les Occidentaux et empêcher l'armée américaine et AFRICOM de pénétrer sur le continent africain.
Signaler au modérateur   Journalisée
kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« Répondre #48 le: 16/03/2007 - 10:30:21 »


LEAP/E2020: Le dollar US plongera en avril. Guerre commerciale Chine-USA. La bourse...

Le Laboratoire Européen d'Anticipation Politique ( http://www.europe2020.org/ )  confirme l'entrée des États-Unis dans une Très Grande Dépression.

GEAB N°13 est disponible ! Crise systémique globale / Immobilier, institutions financières, marchés boursiers, consommation, devises : La contagion s'étend !

Comme l'a annoncé l'équipe LEAP/E2020 ces derniers mois, les Etats-Unis sont bien en train de s'enfoncer dans la « Très Grande Dépression » de 2007, et, comme indiqué dans le GEAB N°12, le point d'inflexion de la crise systémique globale se confirme pour le mois d'Avril. Les semaines à venir vont être caractérisées par une extension de la contagion de la crise immobilière à l'ensemble de la sphère financière et à la consommation des ménages américains, entraînant de sévères conséquences sur les résultats de nombreux secteurs économiques aux Etats-Unis et sur le Dollar US. Parallèlement ces tendances vont considérablement accélérer la montée en puissance de la guerre commerciale trans-pacifique dont, dès Décembre 2006, LEAP/E2020 annonçait qu'elle allait être l'une des dominantes de 2007.

Les quatre directions de la contagion :

1. Les bourses mondiales : Premières victimes du début de la guerre commerciale Chine-USA

2. Crises immobilières : Au-delà des « prêts-à-risques », l'ensemble des opérateurs financiers impliqués dans le marché américain entraînés dans une spirale infernale

3. Dollar (et monnaies associées) : Le nouveau plongeon d'Avril 2007

4. Consommation US : L'exode des grandes entreprises hors du marché US


Dans ce communiqué public, l'équipe de LEAP/E2020 a décidé de présenter la première des quatre grandes directions de la contagion en cours.

Les bourses mondiales : Premières victimes du début de la guerre commerciale Chine-USA
Pour les chercheurs de LEAP/E2020, il est significatif que l'actuelle crise boursière mondiale ait été initiée en Chine par la baisse brutale (près de 10%) de la bourse de Shanghai suite à des déclarations des autorités chinoises visant à limiter la spéculation boursière. Outre le fait que la chute des bourses mondiales consécutives à celle de Shanghai illustre l'importance désormais centrale de la Chine dans l'économie globale, il serait très surprenant que les autorités chinoises aient commis un « faux pas involontaire » en déclenchant cette crise, comme par hasard à la veille de l'arrivée du Secrétaire d'Etat américain au Trésor, Hank Paulson, en Asie. On a pu constater combien le contenu de sa tournée asiatique s'est trouvé profondément modifié par la crise boursière mondiale : venu sermonner les partenaires économiques des Etats-Unis dans la région et en particulier donner des leçons de bonne gestion monétaire et financière à la Chine, il a essentiellement passé sa semaine à rassurer l'Asie sur la solidité de l'économie US et l'absence de risques monétaires et financiers générés par cette baisse de Wall Street et la crise des prêts immobiliers à risque.

Rappelons-nous que c'est une déclaration du gouverneur de la Banque centrale chinoise sur la diversification des réserves de devises du pays hors du Dollar US qui avait en Novembre 2006 déclenché la baisse brutale du Dollar US vis-à-vis de toutes les grandes devises (avec notamment le passage de la barre des 1,30 du taux EURUSD) avec déjà en perspective, comme par hasard, une tournée de Hank Paulson et autres responsables américains en Chine. La Chine persiste d'ailleurs dans cette direction puisque les autorités de Pékin viennent de créer un fond d'investissement pour mieux gérer leurs réserves en devises (1).

Les responsables chinois espèrent ainsi envoyer à Washington des messages clairs destinés à faire réfléchir à deux fois les responsables politiques des Etats-Unis avant qu'ils n'engagent leur pays dans une série de mesures protectionnistes qui affecteront directement les exportations chinoises (et également japonaises) (2). C'est en effet dans les toutes prochaines semaines que le Congrès américain, emmené par les Démocrates, avec le soutien d'une partie des Républicains (et le soutien quasi-explicite du président de la Réserve Fédérale Ben Bernanke), s'apprête à voter une panoplie protectionniste spécialement élaborée pour bloquer une partie des exportations chinoises, comme celles, qui deviennent emblématiques, pour la protection des fabricants de papiers américains (3). En agissant ainsi, Pékin envoie un message très clair qui pourtant ne fera que contribuer à la spirale « action/réaction » qui renforce l'affrontement commercial trans-pacifique.

Comme le souligne le US-China Business Council, les limitations commerciales qu'envisagent de prendre les Etats-Unis peuvent mettre en danger l'ensemble des relations commerciales des deux pays (4). En effet, LEAP/E2020 a largement expliqué dans ses précédents numéros du GEAB (notamment les numéros 8 et 9) pourquoi les élites washingtoniennes étaient fondamentalement incapables de changer le cours d'une telle évolution, du fait d'une part d'un mélange de contraintes électorales (protéger l'emploi aux Etats-Unis est devenu le seul moyen pour les Démocrates d'espérer conserver leur majorité au Congrès, sans même parler des chances de leur candidat aux présidentielles de 2008) ; et d'autre part, l'aveuglement des principaux responsables démocrates et républicains qui ne parviennent pas à mesurer l'ampleur de la dépendance et de la fragilité de leur pays et de son économie par rapport au reste du monde et à l'Asie en particulier.

En résumé, la classe dirigeante US s'apprête à agir pour « donner une leçon » à la Chine (et dans une moindre mesure aux fabricants automobiles nippons), sans se rendre compte, malgré les coups de semonce de Pékin (dont la crise boursière actuelle est une conséquence), que non seulement ils ne sont plus en position de « donner la moindre leçon » à la Chine, mais qu'en plus, ce faisant, ils vont déclencher une guerre commerciale qui va par contagion s'étendre aux sphères financières et monétaires, car c'est à Pékin désormais que se déterminent les valeurs du Dollar et des Bons du Trésor US (sans même parler de la valeur des actions de Fannie Mae et Freddy Mac, que les investisseurs asiatiques ont accumulé ces derniers mois, sur les conseils de leurs banquiers d'affaires US, alors que Ben Bernanke lui-même reconnaît désormais que l'ampleur de leurs engagements fait peser un « risque systémique » sur l'économie US).

Pour prendre une image d'actualité, les Etats-Unis sont devenus un immense « hedge-fund » dont les responsables vont entreprendre d'ici la fin Avril 2007 d'affronter la principale banque (à savoir la Chine) qui leur prête l'argent dont ils ont besoin pour réaliser toutes leurs affaires plus risquées les unes que les autres. L'idée derrière est bien entendu que le « banquier » est en fait condamné à continuer à jouer le jeu faute de tout perdre. C'est une idée très simpliste à ce niveau de jeu (impliquant au total des milliards d'individus et des milliers de milliards de Dollars US), surtout face à un banquier qui est en train de se rendre compte que pratiquement toutes les « garanties » qu'on lui a fournies ces dernières années sont en fait des bouts de papiers sans valeur. Car, c'est bien ce que la contagion de la crise immobilière vers le secteur financier US est en train de démontrer à toute la planète.

Les 200 milliards USD d'excédent commercial chinois avec les Etats-Unis doivent être rapportés à ce que représente une baisse de 10% de la valeur du Dollar US sur un an en terme de réserves en devises de la Chine, soit 100 milliards USD. Penser que Pékin va gentiment accepter de perdre sur tous les tableaux sans déclencher une riposte brutale est vraiment de la plus grande naïveté intellectuelle, comparable à celle qui prévalait à Washington il y a quatre ans seulement quant tout le monde était persuadé que les Irakiens allaient accueillir les soldats américains avec des fleurs.

GEAB N°13 (sur abonnement)


-------
Notes :

(1) « China forming fund to invest reserves”, Yahoo News, 09/03/2007

(2) A ce sujet, LEAP/E2020 réitère son anticipation de la fin 2006 (GEAB N°10) dans laquelle nos équipes expliquaient pourquoi à leur avis le Japon sera conduit à se solidariser avec la Chine dans cette guerre commerciale avec les Etats-Unis.

(3) La bataille des “Paper Mills” (usine à papier) risque en effet d'être le déclencheur d'une série de mesures et contre-mesures commerciales des deux côtés du Pacifique. Contrairement à d'autres thèmes (comme les importations de voiture par exemple), ce « combat » est populaire car mettant en scène des petites unités dispersées dans l'Amérique profonde. « US threatening tariffs on paper from China », International Herald Tribune, 28/02/2007.

(4) « US-China Trade Relations », US-China Business Council, 02/2007

Vendredi 16 Mars 2007
danyquirion@videotron.ca
Signaler au modérateur   Journalisée

Benbadis.net
Newbie
*
Hors ligne

Messages: 3


« Répondre #49 le: 17/03/2007 - 22:45:02 »

" إن الله لا يغير ما بقوم حتى يغيروا ما بأنفسهم "

 بوابة الصفوة للتربية والتعليمhttp://www.benbadis.net/educations/index.htm

الجانب الفلسفي في تفكير ابن باديس 
 
و من هنا يمكننا القول إن الفلسفة التي نستطيع أن ننسبها إلى ابن باديس ليست الفلسفة التي يجنح فيها العقل إلى التصورات المجردة، والتأملات الحاملة، والمسائل النظرية البحتة، التي لا تتصل بواقع مجتمعه ولا تسهم في حل مشكلا ت واقع هدا المجتمع، وإنما الفلفسة التيس نستطيع أن ننسبها إليه، ونجعلها جانبا من تفكيره هي الفلسفة العملية، التي يستطيع أن يترجمها الإنسان إلى واقع الحياة، و يعيش حقائقه؛ الفلفسة التي يتطابق فيها القول مع الفعل،و الاعتقاد مع السلوك ،و يتكامل فيها التصور النظري مع الممارسات العملية، الفلسفة التي تبحث في الحقائق التي يعيشها الإنسان، ويكون منطلقها واقع المجتمع، وأساسها روح الإسلام وأصوله، وغايتها تحرير المجتمع من كل أشكال الظلم والتخلف والتسيب، والتي تستهدف في مناهجها إعادة تشكيل الشخصية الجزائرية، التي أصبها الوهم، نتيجة ظروف الانحطاط، وسياسة الاستعمار .

إن الفلسفة التي تطبع تفكير ابن باديس فلسفة واقعية تنبع من تفكير إنسان واع، مرتبط بوطنه، وملتزم بحقائق دينه، مستوعب أسباب معناة بلاده، متطلع إلى معايشة عصره، فلسفة تلح على تمتين الصلة بين الفكر والعمل، والمزواجة بين النظرية والتطبيق، هده بعض سمات التفكير الباديسي، إن سمات تمتزج فيها الجوانب الدينية والسياسية، والأخلاقية والعلمية والوجدانية والعقلية، ولكن السمة البارزة في هدا التفكير هي السمة الدينية المطعمة بالنزعة العقلية ، باعتبار العقل " ميزة الإنسان و أداة عمله " كما يقول ابن باديس، والعقل من ناحية أخرى هو القوى الروحية التي بها يكون التفكير والنظر

وتجدر الإشارة إىل الطابع المميز لتفكير ابن باديس تجسده آراؤه وأفكاره ومواقفه، التي صار عليها في حياته ،و بنى على أساسها مشاريعه الاصلاحية،و شكل منها منهجا اعتمده في معالجة أوضاع مجتمعه و برنامجه التعليمي، و هي كما نرى فلسفة عملية أكثر منها نظرية، لأنها لا تنظر إلى السماء بقدر ما تنظر إلى الأرض و تعالج الأمور التي استحودت على تفكير الإنسان بمنطق الواقعية ،لأنها فلسفة تستمد روحها من روح الإسلام وأصوله ،و تجعل هدفها تجسيد هذه الأصول و تقريبها من الناس، و الاستفادة منها، وتصحيح المفاهيم، والاعتقادات، وتهديب السلوك الفردي والاجتماعي، ودفع الناس إلى الإسهام في تغيير واقعهم، وتحسين ظروفهم، ليكونوا أهلا للاستخلاف الذي استخلفه الله في أرضه.

السمات المميزة لتفكير ابن باديس
   
إن المتتبع لأراء ابن باديس في الدين و السياسة و الأخلاق و العلم و التربية، وفي القضايا الوطنية والثقافية التي ترك لنا فيها آثار مكتوبة يجد أنها آراء نابعة من فكر إنسان ملتزم بحقائق دينه و تاريخ أمته، ونهج سلفه، ومتفاعل مع واقع مجتمعه وحقائق عصره، ومتفتح على أفكار غيره ، حريص على بعث يقظة فكرية و سياسية في نفوس الأجيال ، تعيد للأمة عزتها و للعروبة والإسلام مجدهما، وللوطن كرامته وحريته، و تبعث في الشباب روح العزم على التغيير وإرادة البناء لتخليص الوطن من المحن التي أصابته.

إن القراءة المتمعنة في هذه الآراء تقودنا إلى استخلاص السمات المميزة للتفكير الباديسي، تلك السمات التي تبين لنا أن تفكير ابن باديس تفكير عقلاني متفتح من جهة، و سلفي ملتزم من جهة ثانية، والسلفية عنده لا تعني تقليدا أعمى للأوائل ولا تقديسا للماضي من حيث هو ماض، وإنما تعني اتباعا للنهج الذي رسمه الإسلام، وسار عليه رسول الإسلام صلى الله عليه وسلم وصحابته رضوان الله عليهم النهج الذي اتبعه الأئمة المجتهدون الذين فهموا حقائق الإسلام، واستلهموها في اجتهاداتهم وأحكامهم، وفي معالجة الأمور التي طرأت على مجتمعاتهم.

السلفية عنده لا ترفض معايشة العصر، والتفتح على علومه، والاستفادة من كل ما يمكن المجتمع من مسايرة الركب الحضاري كما لا ترفض الرجوع إلى العقل في معالجة الأمور دون أن يكون في ذلك ما يمس جوهر العقيدة و يتضارب مع حقائق الإسلام، وفي هذا الصدد يذكر ابن باديس أنه كان في فترة الدراسة متبرما بأساليب المفسرين وإدخالهم التأويلات الجدلية في كلام الله... ضيق الصدر من اختلافهم فيما لا اختلاف فيه من القرآن، و كانت على ذهنه بقية غشاوة من التقاليد ...ثم يقول: و ذكرت يوما الشيخ النخلي فيما أجده في نفسي من التبرم والقلق، فقال لي : أجعل ذهنك مصفاة لهذه الأساليب المعقدة، وهذه الأحوال المختلفة، و هذه الآراء المضطربة يسقط الساقط ويبقى الصحيح وتستريح .يقول ابن باديس بعد ذلك : فوالله لقد فتح بخذخ الكلمة القليلة عن ذهني آفاقا واسعة لا عهد له بها، هكذا زالت الحيرة التي كان فيها ابن باديس بعد أن اهتدى إلى طريق اليقين الذي فتح عينيه على الطريق الذي ينبغي أن يتبعه المفكر، وهو أن يعتمد عقله دليله في الاهتداء إلى التمييز بين الآراء الصحيحة والآراء السقيمة.

هذا التزاوج في تفكير ابن باديس بين التفتح العقلي على الحياة المعاصرة  والالتزام بالأصول الدينية الصحيحة هو  تزاوج مستمد من تفكير إسلامي كما أسلفنا.

لأن التفكير الإسلامي الأصيل يقوم على التوازن والتكامل بين الجوانب العقلية التي وظيفتها التدبر والتأمل والاستدلال, وبين الجوانب الروحية الوجدانية التي وظيفتها الإيمان والامتثال والالتزام, إذ البحث العقلي واجب الإنسان المسلم, وقد شرح ابن رشد هذا التواؤم بين العقل والدين, أو بين الحكمة والشريعة في كتابه "فصل المقال فيما بين الحكمة والشريعة من اتصال" وأوضح أن ما يؤدي إليه البحث العقلي لا يخالف ما قرره الشرع يقول : "غذا كانت الشريعة حقا, وداعية إلى النظر المؤدي إلى معرفة الحق, فإن الحق لا يضاد الحق, بل يوافقه ويشهد له" وكل ما في الأمر أنه يجب على المفكر الذي يتصدى إلى البحث في العقائد وأمور الدين... أن يستوفي شروط البحث من ذكاء الفطرة, والعدالة الشرعية... وأن يكون فيما يتعلق بظاهرة الدين الذي يحتاج إلى تأويل من أهل التأويل وصياغة البرهان.

وفي هذا الصدد يقول ابن تيمية : "المعقول الصريح لا يخالف المنقول الصحيح".

هذا هو النهج الذي استلهمه ابن باديس في بناء اتجاهه الفلسفي, ومن هنا نتبين أن تفكير ابن باديس كما يصفه محمد الميلي كان تفكيرا أصيلا, يجمع إلى العقلانية المتحررة الإيمان بالقيم الإسلامية.

وقد يبدو هذا الاتجاه غريبا بالنظر إلى ثقافته التقليدية وقراءاته الدينية, والبيئة العائلية المحافظة التي نشأ فيها, لولا أن هناك عوامل أسهمت في بروز هذا الاتجاه, وقد أشار الأستاذ محمد الميلي إلى بعضها وهي كما يلي :

1- معايشة ابن باديس الأوساط المحتكة بالتيار الثقافي الغربي, مما جعله يلاحظ عن كثب العوامل التي كانت سببا في تفرق الغرب وتقدمه, ولعل هذا هو الذي جعله لا يتردد في الدعوة إلى الأخذ بأسباب التقدم وطلب المعرفة بأية لغة, ومن أي مصدر.

2- التأثير المزدوج في ثقافته والذي يرجع إلى دراسته في تونس : تأثير التيار العصري التاريخي ممثلا في (الشيخ البشير صفر), أحد مشايخه, وتأثير التيار الإسلامي التقليدي الإصلاحي ممثلا في (الشيخ محمد النخلي), الذي كان له الفضل في توجيه عقله فيما يقرأ, وزوال الغشاوة التي كانت على ذهنه من التقليد.

3- الآثار التي تركتها أفكار الأفغاني وشكيب أرسلان والكواكبي, وغيرهم ممن كان لهم فضل في بعث اليقظة الفكرية في الشرق العربي, التي انتقلت آثارها بشكل غير مباشر إلى المغرب العربي, وأثرت في علمائه, وفي اتجاهات الغصلاح عندنا.

نظرة ابن باديس للإنسان

الإنسان الذي جعله ابن باديس محور خطته التربوية وغايتها, ليس الإنسان المطلق الذي اهتمت به الفلسفة القديمة, الإنسان المجرد عن الزمان والمكان, الذي لا نستطيع أن نجد نماذج منه في حياتنا, ولا الإنسان الذي اعتمت به بعض التيارات الفكرية الحديثة التي تقول بحرية المطلقة وبأنه سيد نفسه وتنكر وجود قيم ثابتة تحرك سلوك الإنسان, وليس الإنسان الذي طمست حقيقته المذاهب الفلسفية المادية التي تنكر أهمية الجانب الوجداني في الإنسان, والقيم الروحية التي تحركه, إنما الإنسان الذي اهتم به ابن باديس وجعله أساس نشاطه هو الإنسان الذي يعيش في واقعنا, ويتفاعل مع أحداث عصرنا, الإنسان الذي استخلفه الله في هذه الارض ومكنه من استثمار قدراته, لتحقيق الإزدهار العمراني, والتقدم الحضاري, الذي يعود عليه وعلى أمته بالخير والسعادة.

فنظرة ابن باديس إلى الإنسان نظرة واقعية لا تجزئ حقيقة الإنسان, ولا تختصرها في بعد واحد من الأبعاد المكونة لهذه الحقيقة, بل تشمل جميع ما يكون به الإنسان إنسانا مثل الفكر والروح والدوافع (الغرائز) والاعتقادات التي تحصل عن طريق العلم وأعمال الفكر, وكذلك الأعمال التي هي عنوان معبر عن حقيقة الإنسان, والتي تترجم ما عنده من أفكار وعقائد ومشاعر, والتي بها يتشكل وجوده الإنساني وتتحقق إنسانيته, لأن الإنسان - في نظر ابن باديس - كل متكامل فكر وغريزة وعقيدة وعمل, ويوضح هذا المعنى فيقول : "إن الإنسان إنما هو إنسان بفكره وغرائزه وعقائده وأعماله المودعة كلها في جزئة المحسوس الفاني (وهو الجسد) وفي جزئه المعقول الباقي (وهو الروح) وبهذه الأصول الأربعة ينهض الإنسان أو يسقط".
 
المعرفة والعلم في نظر ابن باديس
 
المعرفة التي اهتم بها ابن باديس ودعا إلى تلقينها للناس باعتبارها مادة التربية واداة التثقيف والتهذيب هي المعرفة التي ترسخ الإيمان وتعصم الاعتقادات من الانحراف, والأخلاق من الفساد, والفكر من الضلال, وتفيد الإنسان في حياته الدينية والدنيية.

وقد يتصور البعض أن المعرفة التي انشغل بها ابن باديس واعتبر تعليمها واجبا دينيا, وضرورة اجتماعية هي المعرفة المتعلقة بالعلوم الشرعية, وما يخدم هذه العلوم وبعين على فهمها, وما عدا ذلك فلا يندرج ضمن اهتماماته, شأنه في ذلك شأن الفقهاء التقليديين الذين يحصرون المعارف الواجب تعليمها في الفقه والعقائد والأصول, والحقيقة غير ذلك, فهو يعتبر إهمال العلوم المتعلقة بالحياة سببا من أسباب تأخرنا وانحطاطنا, لذلك كان يعيب على العلماء الذين أهملوا هذه العلوم التي أوصلت أوربا إلى ما هي عليه.
 
ابن باديس وتعليم المرأة

الاتجاه الذي كان سائدا في عصر ابن باديس لم يكن يشجع تعليم البنت ولم يكن يتيح لها فرص التثقيف التي تؤهلها لوظيفتها الاجتماعية التي تنتظرها, بل كثيرا ما كانت الفرص التعليمية المتاحة خاصة بالبنين, ومقصورة عليهم في أغلب الحالات.

وهذا الأمر كان يقلق ابن باديس, لذلك أبدى اهتمامه بموضوع تعليم المرأة, لأنها شقيقة الرجل وتشكل نصف المجتمع, وهي الركن الركين الذي يقوم عليه بناء الأسرة, فاهمال تربيتها, وتركها جاهلة هو هدم لهذا الركن, وتفكيك لبنية الاسرة, واضعاف لقدرتها على الاضطلاع بسؤولتها التربوية والاجتماعية.

وكان موقف ابن باديس أن وجه جهوده الاصلاحية والتربوية المتطرفة التي حاولت سلخ المراة المسلمة من مقوماتها وتجريدها من خصوصياتها.

وهاجم بشدة الآراء الجامدة التي حاولت إبقاء المرأة متاعا مهملا, وكذلك الآراء المتطرفة التي حاولت سلخ المرأة المسلمة من مقوماتها وتجريدها من خصوصياتها.

ونبه العلماء وأولياء أمور البنات إلى أهمية تعليم البنت, ضمن الإطار الحضاري الإسلامي, لأن البنت المتعلمة تستطيع أن تبني اسرة منسجمة ومتماسكة, كما تستطيع أن تصور نفسها, وتحفظ كرامتها, وتضطلع بوظيفتها التربوية داخل الأسرة, وفي المجتمع اضطلاعا كاملا.

وقد بين في رده على دعاة تحرير المرأة أن التحرير الحقيقي الذي يجب أن نسعى إليه هو تحريرها من الجهل, فقال : "  وإذا أرتم إصلاحها الحقيق فأرفعوا حجاب الجهل عن عقلها قبل أن ترفعوا حجاب الستر عن وجهها, فإن حجاب الجهل هو الذي أخرها, وأما حجاب الستر فإنه ما ضرها في زمان تقدمها, فقد بلغت بنات بغداد وبنات قرطبة وبنات بجاية مكانة عالية ما ضرّها في العلم وهنّ متحجبات" الشهاب, ج : 10, م 5 نوفمبر 1929.

العمل الجماعي في نظر ابن بادي

إن ما وصلت إليه أوضاع الأمة الجزائرية من تدهور وتردي في ظل الاستعمار الفرنسي الغاشم، لم يترك للإمام ابن باديس من خيار سوى الانطلاق في دعوته، ولو بصفة فردية.

فقد اتخذ من الجامع الأخضر معهدًا لنشاطه العلمي والتعليمي والتربوي، معتقدًا بأن العلم هو وحده الإمام المتبع في الحياة، في الأقوال والأفعال والمعتقدات، ورغم الجهود الفردية المتواصلة التي كان يقوم بها ابن باديس في تلك الفترة، إلا أنه كان يؤمن بوجوب العمل الجماعي، وإنشاء حركة منظمة تتولى انتشال هذه الأمة من وهدة الجهل والتنصير والفرنسة.
وقد انسابت أشعة الفجر الجديد من تلك اللقاءات المباركة، التي جمعته بالأستاذ محمد البشير الإبراهيمي في المدينة المنورة، في موسم الحج سنة 1913م، حين وضعا البذور الأولى للنهضة، التي ما لبثت أن أيقظت الأصوات بعد سكوتها.. وحرّكت الهمم بعد سكونها، يصف لنــا الشيــخ الإبراهيمـــي تلك اللقــاءات المباركــة التي جمعتــه بالشيــخ ابن باديس، فيقول: (وكانت تلك الأسمار المتواصلة كلها، تدابير للوسائل التي تنهض بها الجزائر، ووضع البرامج المفصلة لتلك النهضات الشاملة، التي كانت كلها صورًا ذهنية تتراءى في مخيلتنا، وصحبها من حسن النية وتوفيق الله ما حققها في الخارج بعد بضع عشرة سنة.

وأشهد الله على أن تلك الليالي من عام 1913 ميلادية، هي التي وضعت فيها الأسس الأولى لجمعية العلماء المسلمين الجزائريين، التي لم تبرز للوجود إلا في عام 1931م). فتطابقت أفكار الرجلين على وجوب إنشاء حركة إصلاحية في الجزائر، فرسما لها منهاجًا بحكمة ومهارة. وعلى الرغم من الحصار الذي فرضه المستعمر على معاهد التعليم الإسلامي والكتاتيب القرآنية، إلا أن هذه الروح الجديدة والنفثات الهادئة، جعلتها تستمر في أداء رسالتها ومواصلة عطائها.

يصف لنا الأستاذ مالك بن نبي رحمه الله، تلك اليقظة فيقول: (لقد بدأت معجزة البعث تتدفق من كلمات ابن باديس، فكانت ساعة اليقظة، وبدأ الشعب الجزائري المخدّر يتحرك، ويالها من يقظة جميلة مباركة).

ولم تنقطع نداءات ابن باديس لجمع الطاقات وتوحيد الصفوف، وتكاتف الجهود، معتمدًا في ذلك على كتاب الله وسنة رسوله صلى الله عليه و سلم اللذين هما الأساس لكل نهضة تتطلع لها الأمة، وفي هذا يقول: (إنما ينهض المسلمون بمقتضيات إيمانهم بالله ورسوله إذا كانت لهم قوّة، وإنما تكون لهم قوة إذا كانت لهم جماعة منظمة، تفكّر وتدبّر، وتتشاور وتتآزر، وتنهض لجلب المصلحة ولدفع المضرّة، متساندة في العمل عن فكرة وعزيمة).
ورغم ما للأعمال الفردية من منافع ومزايا، إلا أنه لا ينهض بالأمم والشعوب من العمل إلا ما كان منه منظمًا، تتضافر فيه الجهود وتتآزر. وبعد عشر سنوات من شروعه في التعليم وظهور نتائج ذلك في النشء العلمي الذي كوّنه، حاول ابن باديس أن يعلن الدعوة العامة إلى الإسلام الخالص والعلم الصحيح.

ففي سنة 1924م، تدارس مع الأستاذ البشير الإبراهيمي فكرة تأسيس جمعية تكون نواة للعمل الجماعي، تحت اسم: (الإخاء العلمي) تجمع شمل العلماء والطلبة، وتوجّه جهودهم، وتقارب بين مناحيهم في التعليم والتفكير، وتكون صلة تعارف بينهم، ومزيلة لأسباب التناكر والجفاء...). ثم حدثت حوادث عطّلت المشروع الذي كان لابد له من زمن أوسع، حتى يتخمّر وتأنس إليه النفوس التي ألفت التفرقة.. بعدها انصرف ابن باديس إلى تأسيس الصحافة الإصلاحية، فكانت (المنتقد) ثم (الشهاب (التي كان لها في سنتها الثانية والثالثة دعوة إلى مثل تلك الجمعية، وكان كُتّاب ) الشهاب( إذ ذاك قد كتبوا في ذلك الموضوع، وكانت تلك الأفكار والأقوال تمهيدًا للعمل.

وتمهيدًا لجمع شمل العلماء في الجزائر تحت لواء التنظيم المنشود، بادر ابن باديس إلى تأسيس: جمعية التربية والتعليم الإسلامية بقسنطينة.
Signaler au modérateur   Journalisée
Benbadis.net
Newbie
*
Hors ligne

Messages: 3


« Répondre #50 le: 18/03/2007 - 01:02:37 »

C'est juste une question qui m'est venu à l'esprit "Qu'allons nous dire a nos enfants en 2020" concernant l'Algerie que nous somme entrain de construire pour eux..?

Somme-nous entrain de discuter, réfléchir, rediscuter planifier et construire ?
Somme-nous entrain d’investir dans leur développement technique, culturel « est surtout spiritual » ce qui fait deux des êtres humains avec une mission et un sens à leurs vie avec plain d’idées et « idéo » et non pas des animaux qui pensent juste à «  la sécurité + nourriture+ sex.…. ».

Quel projet de société nous somme entrain de leur préparer ? !

1.   Seront-ils des M4A cad "Me for All" = un citoyen model qui vie pour le développement de sa communauté ?.
2.   Seront-ils des M4A cad " Musulmans+Algeriens+Amazigh+Arabes+Africains » ? Ou des nomades perdus entrain de chercher l’heur identité sur TFun TFSex ou partou sauf cher leurs ancêtres «« www.benbadis.net»»   
3.   Seront-ils des….. Homosexuelles ……lesbiennes ………ou des nudistes couverts par les slogans de la liberté individuelle … !?
4.   Seront-ils des pervers et prostituées certifier « en marketing » de chaire fraîche et services personnalisée au manger des multinationales qui achèteront l’heur honneur après leur dignité pour les bouts de pains nécessaire à leur survie.
5.   Seront-ils des bacheliers ignorants dans un monde ou la communication faite la différence sur la balance de la justice
6.   Seront-ils des bacheliers ignorants dans un monde ou la technologie est un simple outils  et n’est plus un objectifs ?



" إن الله لا يغير ما بقوم حتى يغيروا ما بأنفسهم " <= www.benbadis.net <= " إن الله لا يغير ما بقوم حتى يغيروا ما بأنفسهم " <= www.benbadis.net <=

Franchement, n’est ils pas temps de réfléchir et planifier l’éducation de nos enfants au lieu de critiquer les générations précédentes dans la plupart sont déjà au paradis ?

N’est-ils pas temps de planter un arbres dans notre cartier au lieu de critiquer la pollution qui ne pourra qu’augmenter bien sure ?

N’est-ils pas temps d’aller porter plaintes contres les voleurs au lieu de raconter les exploits des lâches  petits voyous voleurs ?

N’est-ils pas temps de ce donner la peine de participer activement et positivement aux associations des parents d’élèves et estudiantines au lieu de critiquer les NOBLES instituteur et professeurs qui porte le fardeau de notre avenir en plus de leur impitoyable quotidien … ?
 
N’est-ils pas temps pour nous décider qui va décider pour nous au lieu de nous plaindre contre certains mauvais décideurs et gerant qui ne sont que le LE RESULTAT DE NOTRE POLIQUE DU VIDE «ma nvotiche … !!  za3ama …za3ma ga333 kif ya ouldiya» …qui se résume à une décision de ne participer à rien …et à juste observé la vie politique sociale et culturelle de loin..… puis se plaindre contre le system comme si que le system était une mauvaise constante éternelle… ?



est-ils pas temps d’allumer une bougie … «même toute petite» …..au lieu de nous plaindre contre l’obscurités ....?!!

www.benbadis.net
www.bennabi.net
www.chihab.net


Signaler au modérateur   Journalisée
taghit
Newbie
*
Hors ligne

Messages: 5


« Répondre #51 le: 21/03/2007 - 13:52:30 »

Sommes-nous un Grand peuple courageux??
il ne reste plus rien dans ce pays,même les  oiseaux n'ont plus l'envie  de chanter comme autre fois,les gouvernants ont reussi à détruire ce pays en passant par l'agriculture et en finissant par l'école.Je me doute fort de l'algerianité des nos gouverants,car je n'ai jamais vu un cas pareil dans tous les pays du globe.Les peuples de l'est ont boulversé les régimes totalitaires,mais en Algérie rien n'est changé d'un iota,donc je me suis arrivé à une conclusion que nous somme un peuple lâche,incappable et impuissant de chasser les dinosaures du pouvoir.
Signaler au modérateur   Journalisée
taghit
Newbie
*
Hors ligne

Messages: 5


« Répondre #52 le: 23/03/2007 - 16:28:40 »

Les jeunes n'ont qu'une obession c'est de fuir ce pays ravagé par la misère,la hogra,chômage,le terrorisme et le détournement à outrance des deniers publics,quand est'ce sera la sera la fin tragique de nos gouvernants.Au moment ou les milliards de dollars du pétrole s'engoufrent les caisses de l'Etat ou plutôt dans les poches de "poigné de generaux et politiciens",le peuple mahgour creve de faim et de misère.Il ne faut s'allier avec le diable même avec les juifs pour renverser la dictature
Signaler au modérateur   Journalisée
baba
Newbie
*
Hors ligne

Messages: 31


« Répondre #53 le: 07/04/2007 - 11:46:30 »

BONJOUR
lorsque la folir me prand je ne refelichi meme pas a ce que je dit mais lorsque la folie cesse je ne regrate pas ce que j'ai dit au moument de la folie alors ma folie est une bonne chose me laisse dire des chose que ma conscience ne me permet pas de dire laissez votre folie s'exprime liberez vous des consciences moroses qui tu par l'enuit votre serveau là vous trouverais la reponse a vous questionnement là vous dirais merde a vous partant et grand parant et que sont pas entierment raison car eux aussi n'ont pas penser a vous et que c'est pas a moi de regle les probleme qui ont  cree mais que moi j'ai tout le droit de profite de cette vie court et je m'en fous du petrol si il est a 80$ ou 19$ et que apres ma mort la terre peut s'arrete de tourné je m'en fou c'est ca ce qu'il faut repondre au emmerdeur de la republique qui se pretenda se soucier de notre avenir et celle de nous enfants il faut pas aller aux urnes il faut pas payer ces contravention il faut pas regarde la tele ni lire les journeaux just reflichir de ce qu tu vois cotidiennement il faut pas acheter chez carrefour surtout il faut savoir dire merde a boutef lorsque il le merite ce qui il fait souvent il faut montre son cul a khalida bronde le doigt a belkhadem et surtout n'hesitez pas a gratez ces couille (pour les hommes) ou faire le bras d'honneur pour ouyahia arrete de polimique s'il vous plais le bateau coule c'est pas le moument de discute sur ce qui il faut faire remplire ses poche d'or sauve quelque bouteil de rhum/vin/biere/ou juts mecca cola et sauve ta tete merci d'essyer de me sauve moi et mes enfants j'aprécie le jest mais sache bien que je ne suis ni handicape mental ni moteur je peux faire ce que je veux de ma vie reste sur le bateau n'est pas la meilleur alors je prefere predre la biere pour ne pas mourir de soif  mais un lache en mere et te laisse couler avec l'or alors si tiu pens que je suis fou et lache  t'a raison moi je suis fou et lache et toi t'es quoi ah le commendant du bateau plein d'or qui va coule avec bon chance cabronazo sache que si tu reussi a sauve le bateau je vais pas reclame ma part d'or je l'ai deja pris son equivalent en biere ou mecca cola adios
Signaler au modérateur   Journalisée
Dey
Newbie
*
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 47



« Répondre #54 le: 18/04/2007 - 12:21:53 »

« Le terrorisme international n’existe pas »
Par le Général Leonid Ivashov


http://www.les-secrets-de-notre-monde.info
http://www.globalterroralert.com/

Le général Leonid Ivashov était le chef d’état-major des armées russes au moment des attentats du 11 septembre 2001. Ayant vécu les événements de l’intérieur, il nous en donne une analyse très différente de celle de ses homologues états-uniens.

Comme lors de son intervention devant la conférence Axis for Peace 2005, il explique ici que le terrorisme international n’existe pas et que les attentats du 11 septembre sont une mise en scène.

Ce que nous voyons n’est qu’un terrorisme instrumentalisé par les grandes puissances et qui n’existerait pas sans elles. Plutôt que de feindre une « guerre mondiale au terrorisme », il avance que la meilleure manière de réduire les attentats se situe dans le rétablissement du droit international et la coopération pacifique entre les États aussi bien qu’entre leurs citoyens.

Comme le montre la situation mondiale, le terrorisme apparaît partout où s’exacerbent les contradictions, où intervient un changement de relations sociales ou de régime, où apparaît une instabilité politique, économique ou sociale, où se libèrent des potentialités agressives, où intervient la déchéance morale, où triomphent le cynisme et le nihilisme, où le vice se légalise et la criminalité explose.

C’est la globalisation qui crée les conditions pour ces phénomènes extrêmement dangereux. C’est dans son cadre qu’intervient le nouveau découpage de la carte géostratégique mondiale, que les ressources planétaires sont redistribuées, que les frontières des États sont défaites, que le système de droit international est mis en pièces, que les particularités culturelles sont effacées, que la vie spirituelle s’appauvrit…

L’analyse de l’essence du processus de globalisation, ainsi que des doctrines politiques et militaires des États-Unis et de certains autres pays, prouve que le terrorisme contribue à la réalisation d’une domination mondiale et à la soumission des États à une oligarchie mondialisée. Cela signifie que le terrorisme n’est pas un sujet indépendant de la politique mondiale mais simplement un instrument, un moyen d’instaurer un monde unipolaire ayant un seul centre de direction globale, un expédient pour effacer les frontières nationales des États et instaurer la domination d’une nouvelle élite mondiale. C’est justement cette nouvelle élite qui est le sujet clef du terrorisme international, son idéologue et son « parrain ». L’objet principal de la nouvelle élite mondiale est la réalité naturelle, traditionnelle, culturelle et historique, le système existant des relations entre les États, l’ordre mondial national et étatique de la civilisation humaine, l’identité nationale.

Le terrorisme international actuel est un phénomène qui combine l’emploi de la terreur par des structures politiques étatiques et non étatiques comme moyen d’atteindre ses objectifs politiques par la voie de l’intimidation, par la déstabilisation sociale et psychologique de la population, par l’écrasement de la volonté de résister des organes du pouvoir et la création des conditions propices à la manipulation de la politique de l’État et de la conduite de ses citoyens.

Le terrorisme est l’instrument d’une guerre d’un nouveau type. Simultanément, le terrorisme international, en accord avec les médias, devient le système de gestion des processus globaux. C’est précisément la symbiose des médias et de la terreur qui crée les conditions permettant des tournants dans la politique internationale et des modifications de la réalité existante.

Si l’on analyse dans ce contexte les événements du 11 septembre 2001 aux États-Unis, on peut en tirer les conclusions suivantes :

1. Les commanditaires de ces attentats sont les cercles politiques et les milieux d’affaires qui avaient intérêt à déstabiliser l’ordre mondial et qui avaient les moyens de financer cette opération. La conception politique de cet acte a mûri là où sont apparues des tensions dans la gestion des ressources – financières et autres. Les raisons de ces attentats doivent être recherchées dans la collision des intérêts du grand capital au niveau transnational et global, dans les cercles qui ne sont pas satisfaits par les cadences du processus de globalisation ou par la direction que ce processus prend. À la différence des guerres traditionnelles dont la conception est déterminée par des politiciens et des généraux, les initiateurs en furent des oligarques et des politiciens qui leur sont soumis.

2. Seuls les services secrets et leurs chefs actuels ou retraités – mais ayant conservé de l’influence à l’intérieur des structures étatiques – sont capables de planifier, organiser et gérer une opération de telle ampleur. D’une manière générale, ce sont les services secrets qui créent, financent et contrôlent les organisations extrémistes. Sans leur soutien, de telles structures ne peuvent pas exister – et encore moins effectuer des actions d’une telle ampleur à l’intérieur de pays particulièrement bien protégés. Planifier et réaliser une opération de cette échelle est extrêmement compliqué.

3. Oussama ben Laden et « al Qaïda » ne peuvent être ni les organisateurs ni les exécutants des attentats du 11 septembre. Ils ne possèdent ni l’organisation requise pour cela, ni les ressources intellectuelles, ni les cadres nécessaires. Par conséquent, une équipe de professionnels a dû être formée et les kamikazes arabes jouent le rôle de figurants pour masquer l’opération.


L’opération du 11 septembre a changé la marche des événements dans le monde, dans la direction qu’avaient choisie les oligarques internationaux et la mafia transnationale, c’est-à-dire ceux qui aspirent au contrôle des ressources naturelles de la planète, à celui du réseau d’information globale et des flux financiers. Cette opération a aussi joué le jeu de l’élite politique et économique des États-Unis qui aspire également à la domination globale.

L’usage du terme « terrorisme international » vise à remplir les objectifs suivants :

la dissimulation des buts réels des forces réparties à travers le monde, luttant pour la domination et le contrôle global ;

le détournement des revendications des populations dans une lutte aux buts incertains contre un ennemi invisible ;

la destruction des normes internationales fondamentales, l’altération conceptuelle des termes tels que : agression, terreur étatique, dictature ou mouvement de libération nationale ;

la privation des peuples de leur droit légitime à la résistance armée contre l’agression et à l’action contre l’activité de sape de services spéciaux étrangers ;

la renonciation à la défense prioritaire des intérêts nationaux, la transformation des objectifs dans le domaine militaire par un glissement vers la lutte contre le terrorisme, la violation de la logique des alliances militaires au détriment d’une défense conjointe et au profit de la coalition antiterroriste ;

la résolution des problèmes économiques par voie d’une contrainte militaire forte sous prétexte de la lutte contre le terrorisme.

Pour combattre efficacement le terrorisme international, il faut prendre les mesures suivantes :

confirmer devant l’assemblée générale de l’ONU les principes de la Charte des Nations-Unies et du droit international comme devant être respectés par tous les États ;

former une union géostratégique de civilisation (peut-être sur la base de l’Organisation de coopération de Shanghai, qui regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, la Kirghizie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.), avec une autre échelle de valeurs que celle des Atlantistes ; élaborer une stratégie de développement des États, un système de sécurité internationale, un autre modèle économico-financier (ce qui signifierait remettre le monde sur deux pieds) ;

associer (sous l’égide de l’ONU) les élites scientifiques à l’élaboration et la promotion des conceptions philosophiques de l’Être humain du 21e siècle organiser l’interaction de toutes les confessions religieuses du monde, au nom de la stabilité du développement de l’humanité, de la sécurité et du soutien mutuel.

Général Leonid Ivashov

Le général Leonid Ivashov est vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques. Il fut chef du département des Affaires générales du ministère de la Défense de l’Union soviétique, secrétaire du Conseil des ministres de la Défense de la Communauté des États indépendants (CEI), chef du Département de coopération militaire du ministère de la Défense de la Fédération de Russie. Il était chef d’état-major des armées russes, le 11 septembre 2001.
Signaler au modérateur   Journalisée
kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« Répondre #55 le: 19/04/2007 - 10:51:16 »

Voila un interview de Werner Ruf sur les attentats d'Alger du 11 avril 2007 :

Les attentats d'Alger : « En un mot comme en cent, c'est de pétrole qu'il s'agit»
- Interview de Werner Ruf

http://www.reopen911.info/forums/viewtopic.php?id=4908&action=new

Manuela Honsig-Erlenburg, 12 avril 2007

Traduit par Michèle Mialane et révisé par Fausto Giudice
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2454&lg=fr


derStandard.at a interviewé Werner Ruf, spécialiste de l’ Algérie, au sujet des coulisses des attentats du 11 avril 2007 et des intérêts des USA.

Ruf est convaincu que la date des attentats algériens ne doit rien au hasard.

« Derrière tout ça il y a la fondation imminente de l’AFRICOM, le commandement militaire US pour l’Afrique, auquel les USA travaillent depuis 2002 » dit-il à Manuela Honsig-Erlenburg. Et là nous retrouvons nos bonnes vieilles habitudes : en un mot comme en cent, c’est de pétrole qu’il s’agit.


derStandard.at : La branche d’Al Qaïda pour le  Maghreb : qui se cache - ou qu’est-ce qui se cache - derrière cette organisation ?

Ruf : C’est une histoire embrouillée. Depuis l’annulation des élections en Algérie et le putsch de 1992 elle est devenue  pratiquement impossible à suivre.
À l’époque il y avait sûrement l’armée du Salut islamique. Avant on avait  eu l’Organisation de la jeunesse algérienne libre (OLAL), qui a ensuite totalement disparu. C’est alors qu’ont fait surface les Groupes islamiques armés (GIA), qui initialement  combattaient l’armée du Salut islamique. Cette dernière a négocié  en 1997 une paix séparée - dont on ignore jusqu’à présent les circonstances. À partir de ce moment, le GIA n’a plus fait parler de lui.
Et ensuite on a vu brusquement arriver ces fameux GSPC (Groupes Salafistes pour la Prédication et le Combat.) Ce sont eux qui seraient à l’origine en 2003 de prise d’otages - de mauvais augure et opaque -, des otages principalement autrichiens et allemands. La branche d’Al Qaïda pour le Maghreb n’a été fondée qu’en janvier dernier. On pouvait donc s’attendre à un attentat.

derStandard.at : Que dites-vous des rumeurs selon lesquelles les services secrets algériens étaient au courant ?

Ruf : Tout ce qui se touche au terrorisme en Algérie est à ce point complexe et opaque que l’on peut toujours supposer que ce sont les services secrets qui tirent les ficelles. Pour moi, il y a derrière tout ça la fondation imminente de l’AFRICOM, le commandement militaire US élaboré tout exprès pour l’Afrique, auquel les USA travaillent depuis 2002. En un mot comme en cent, c’est de pétrole qu’il s’agit. Quand on sait que les USA importent déjà d’Afrique 16% de leur pétrole et qu’ils visent 25% en 2015, il est clair qu’il s’agit d’une sécurisation globale des sources d’approvisionnement. Et bien sûr cela provoque des rivalités avec l’Europe.

derStandard.at : Est-ce à votre avis une des raisons qui empêchent, malgré les demandes répétées d’ONG algériennes, la création  d’un tribunal extraordinaire des Nations Unies chargé d’enquêter sur les évènements de la guerre civile ?

Ruf : Bien sûr. La prétendue loi d’amnistie pour les membres d’organisations terroristes est une gigantesque opération de poudre aux yeux. Il s’agit, au moins en partie, de réintégrer dans la vie civile des ex-agents  infiltrés dans le GIA. Et les bonnes raisons ne manquent pas. En Algérie tout est entre les mains des services de l’État. Et cet attentat, en ce moment, ne s’explique pour moi que par la nécessité de justifier le stationnement, avec le soutien des USA, d’énormes troupes dans la région du Sahel. Je doute aussi que les attentats actuels au Maroc et en Tunisie soient le fruit  du hasard. En Tunisie, pas une mouche n’éternue sans que les services secrets en soient informés. Dans ces conditions, je ne peux imaginer que des cellules terroristes à même d’effectuer des actions armées aient la possibilité de se créer.

derStandard.at : Le facteur  « guerre civile » ne joue donc aucun rôle ?

Ruf : Il est évident que la grande pauvreté, l’absence de perspectives, le chômage qui touche 70% de la jeunesse algérienne favorisent la montée du terrorisme. En devenant membre de ce genre d’organisations, on peut enfin se conduire en homme et combattre ceux qui vous ont plongés dans la misère.

derStandard.at : Attendez-vous une réaction de la communauté internationale ?

Ruf :  Non. Au mieux, la communauté internationale va dire : « C’est affreux. Nous devons combattre le terrorisme. » Et cet argument vous permet de  saper un peu plus l’État de droit chez vous. Si l’on voulait combattre le terrorisme, il faudrait s’y prendre autrement. L’UE devrait faire ce qu’elle prétend toujours faire chez elle : établir la démocratie et l’État de droit dans tous les pays. Mais cela mettrait en péril les dictatures et avec les dictatures, on sait au moins à qui l’on a affaire.

Original : http://derstandard.at/?url=/?id=2840382
Traduit de l’allemand par Michèle Mialane et révisé par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.
URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2454&lg=fr

ATTENTATS D'ALGER
Louisa Hanoune accuse les Etats-Unis
Le Soir d'Algérie -  Mercredi 18 Avril 2007

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2007/04/18/article.php?sid=52386&cid=2
Par T.H.

Les responsables de partis politiques proches du pouvoir, le mouvement associatif et la Centrale syndicale ont participé, hier, au meeting de la Coupole pour dénoncer le terrorisme et soutenir la réconciliation nationale de Abdelaziz Bouteflika. La secrétaire générale du Parti des travailleurs a, pour sa part, accusé ouvertement les Etats-Unis d’Amérique d’être les instigateurs des attentats du 11 avril 2007.

Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - «Ils veulent en finir avec notre peuple et notre nation. L’Algérie a le droit de vivre en tant que peuple et nation. Celui qui a financé ces opérations (les attentats du mercredi 11 avril) a ciblé l’Etat algérien à partir de l’extérieur. Ils n’ont pas accepté le fait que l’Algérie ait opté pour la paix, qu’elle ait décidé de re-nationaliser les hydrocarbures, et se soit opposée à l’installation de bases militaires étrangères. L’Algérie n’a opprimé aucun peuple ni même colonisé un autre pays», a-t- elle déclaré, hier, à partir de la Coupole. Louisa Hanoune n’a certes pas cité nommément les USA mais ses allusions sont claires et précises : «Le planificateur est connu. Les kamikazes ont été importés de l’étranger. Leurs moyens sont ceux d’une véritable armée et non d’un groupe qui se terre dans une casemate», a ajouté la secrétaire générale du Parti des travailleurs sous un tonnerre d’applaudissements. Elle affiche ouvertement son anti-américanisme devant une salle comble qui réagit positivement à toutes ses déclarations. Louisa Hanoune semblait profiter pleinement de la tribune qui lui est offerte. Une véritable aubaine en ces temps de pré-campagne électorale. Une situation qui fera réagir Salah Djenouhat, en sa qualité de modérateur de ce meeting. Le secrétaire national de l’UGTA a été obligé de la rappeler à l’ordre après qu’elle eut largement dépassé son temps de parole. Mais la secrétaire générale du PT poursuivra son intervention pour s’en prendre à ceux qui s’opposent à la réconciliation nationale. «Celui qui dit que la réconciliation est un échec couvre les criminels et appelle à l’ingérence étrangère.» Louisa Hanoune ne mettra fin à son discours qu’après s’être rendu compte que la sonorisation avait été coupée. Abdelaziz Belkhadem, Aboudjerra Soltani, Sedik Chiheb (qui représentait Ahmed Ouyahia), Abdelmadjid Sidi Saïd et Tayeb Houari ont tour à tour «condamné le terrorisme» et réitéré leur «soutien à la réconciliation nationale».


Rassemblement à la coupole mohamed-boudiaf
Les Algériens disent non au terrorisme
LIBERTE - Mercredi 18 Avril 2007 -  www.liberte-algerie.com

Par : Souhila Hammadi

Le rassemblement de la coupole du 5-Juillet a été placé par ses initiateurs, des partis politiques, des organisations de masse et des associations, sous le slogan “sécurité, paix et réconciliation nationale”.

Il était difficile de se frayer, hier matin, un chemin jusqu’à l’entrée de la coupole du complexe sportif du 5-Juillet. Des milliers de personnes, déposées légèrement en contrebas de l’édifice par des bus, principalement ceux du transporteur public Etusa, tentaient tant bien que mal de s’engouffrer dans la salle. Il leur fallait d’abord se soumettre, bon gré mal gré, aux fouilles au corps (à quatre points successifs) opérées par des éléments de la Sûreté nationale. Aux environs de 10h30, les gradins de l’imposante salle omnisports sont pleins.

Des citoyens, notamment des femmes, ont commencé à investir le milieu du terrain. Le Chef du gouvernement, plusieurs ministres (Tayeb Louh, Saïd Barkat, Djamel Ould Abbès, Abdelkader Ziari, Amar Ghoul…), le président du MSP Abou Djerra Soltani, la porte-parole du Parti des travailleurs Louisa Hanoune, des cadres du RND (Chihab Seddik et Abdeslem Bouchouareb), le secrétaire général de l’UGTA Abdelmajid Sidi-Saïd et des membres de son secrétariat national, ainsi que des représentants de nombreuses associations, dont celles des victimes du terrorisme, occupent la tribune d’honneur.
Des chansons patriotiques sont diffusées par des haut-parleurs. Deux écrans géants montrent les images émises en direct par l’ENTV sur les marches populaires en cours dans différentes villes du pays. Des banderoles, sur lesquelles s’entrecroisent dans un curieux paradoxe le rejet du terrorisme et un soutien à la réconciliation nationale, drapent les murs de la salle.

Vers 11h15, le secrétaire national de l’UGTA et candidat à la députation sur la liste d’Alger du RND, M. Djenouhat, en hôte de cérémonie, a demandé à l’assistance de se lever pour écouter l’hymne national puis observer une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats de mercredi dernier contre le Palais du gouvernement et deux sièges de la sûreté nationale à Bab-Ezzouar. Il a donné, ensuite, la parole à Abdelaziz Belkhadem, en qualité de secrétaire général du FLN. Très concis, le numéro 2 du FLN et aussi Chef du gouvernement a estimé que “la meilleure réponse au terrorisme lâche, qui a frappé Alger mercredi dernier, est cette réaction du peuple”. Il a affirmé que le terrorisme a échoué en Algérie, dans les années 90, quand les caisses de l’État étaient vides. “Il en sera pareil aujourd’hui que les institutions du pays sont fortes et l’économie nationale florissante”, ajoutant que les autorités du pays “ne laisseront aucune chance au terrorisme ou à l’ingérence étrangère d’entraver le processus de la réconciliation nationale”. Lui succédant à la tribune, Abou Djerra Soltani a assuré que les attentats terroristes “n’ont plus de couverture politique, ni de légitimité, ni de causes”.

S’exprimant au nom du RND, à la place du secrétaire général du parti Ahmed Ouyahia, bloqué toute la nuit précédente à l’aéroport de Tamanrasset – selon l’explication d’un membre de la direction du parti — Chihab Seddik (candidat aux élections législatives sur la liste d’Alger) s’est adressé carrément aux jeunes (l’âge des trois kamikazes qui ne dépassait pas les 28 ans), en les mettant en garde contre les manœuvres des recruteurs des groupes armés. “N’acceptez le terrorisme sous aucun prétexte, qu’il soit basé sur la misère ou la religion.” Il a averti aussi contre “la passivité complice et les discours mous”, qui favoriseraient une redynamisation des réseaux terroristes.

Louisa Hanoune, fortement acclamée par l’assistance, a considéré que les derniers attentats menacent “notre existence en tant que nation et en tant que peuple”. Elle a expliqué que ces attaques ne relèvent pas “d’un terrorisme aveugle. C’est l’État algérien qui est visé”. Sans détour, elle a accusé les États-Unis d’entretenir sciemment un climat de psychose dans le pays. “Ça ne leur plaît pas qu’on nationalise notre pétrole (référence à la révision de la loi sur les hydrocarbures, ndlr), qu’on refuse leurs bases militaires sur notre territoire…” Tour à tour, Sidi-Saïd puis Tayeb Houari, secrétaire général de l’Organisation nationale des enfants de chouhada (Onec), ont fait part de leur dénonciation du terrorisme.

À la fin du rassemblement, un communiqué est lu au nom de tous les partis et les parties ayant appelé à la mobilisation populaire. Sans déroger à la règle du jour, cette motion se résume en deux orientations : condamnation du terrorisme et caution inconditionnelle à la démarche conçue sur le principe de réconciliation nationale.

Afrique: L'Oncle Sam prêt à broyer du Noir?

http://www.alterinfo.net/Afrique-L-Oncle-Sam-pret-a-broyer-du-Noir-_a7279.html

Par emcee le lundi 5 mars 2007

L'or noir, toujours l'or noir. L'empire américain écume les continents, écrasant au passage les populations, ruinant l'écosystème de leur région pour s'emparer de leurs ressources au bénéfice de multinationales prédatrices et destructrices.

Ici, c'est le Continent africain tout entier (excusez du peu) qui est dans le collimateur.

Va-t-on continuer encore longtemps à accepter ces invasions systématiques en se laissant doucement bercer par les paroles lénifiantes des néo-cons qui, cyniques, nous prennent pour des imbéciles en évoquant la "démocratie" et "la liberté" pour justifier leurs forfaitures?

Traduction de "Africa: "Where the Next US Oil Wars Will Be"

par Bruce Dixon

www.dissidentvoice.org
1 mars, 2007

Les dégâts du pétrole

L'Afrique: c'est là qu'auront lieu les prochaines guerres du pétrole

Le 7 février dernier, George Bush a annoncé la création d'AFRICOM, un nouveau commandement du Pentagone qui, sous prétexte de "Guerre mondiale contre le terrorisme" va organiser et mettre à exécution ses guerres du pétrole et des ressources naturelles sur le continent africain. Qu'est-ce que cela implique-t-il pour la population noire en Amérique? Et pour les Africains?

Le Pentagone refuse de reconnaître qu'une série de bases militaires américaines ont été installées ou sont en passe de l'être dans toute l'Afrique. Mais, nul doute, le processus de formation d'une force militaire américaine sur le continent africain est bien enclenché. Depuis le Nord de l'Angola, riche en pétrole, jusqu'au Nigeria, depuis le Golfe de Guinée jusqu'au Maroc et en Algérie, depuis la Corne de l'Afrique jusqu'au Kenya et en Ouganda, et le long des circuits des oléoducs depuis le Tchad jusqu'au Cameroun à l'ouest, et du Soudan à la Mer Rouge à l'est, les amiraux et les généraux américains ont atterri partout, à la rencontre des responsables locaux. Ils ont effectué des études de faisabilité, conclu des accords secrets et dépensé des millions de dollars sur leurs budgets occultes.

Leurs nouvelles bases ne sont pas du tout des bases, d'après les dires des autorités militaires. Ce sont plutôt des "avant-zones de transit" et des "étapes maritimes pour les camions" pour le transport du matériel dont ont besoin les forces terrestres américaines sur le continent africain. Ce sont des lieux d'ancrage protégés, des "feuilles de nénuphar" (NDLT: dans le texte: "lily pads", sortes de bases virtuelles), depuis lesquels ils comptent mener leur prochaine série de guerres du pétrole et des autres ressources naturelles pour les cent prochaines années.

Prexy Nesbitt, de Chicago, l'un des architectes du mouvement anti-apartheid aux Etats-Unis dans les années 70 et 80, explique l'importance pour les Noirs américains de cette annonce, faite par Bush le 7 février, de la création d'AFRICOM, le nouveau commandement du Pentagone pour le continent africain.

"Cela a une importance énorme pour les Africains parce que tous les Africains, depuis les modestes travailleurs jusqu'aux élites universitaires, suivent avec beaucoup d'intérêt ce que font les Etats-Unis, partout où ils sont dans le monde. De plus en plus de Noirs américains s'intéressent de près aux agissements des Etats-Unis en Afrique, mais pas assez encore … Ce que nous constatons (c'est) … l'implantation militaire des Américains sur le continent africain et que cette implantation est motivée par la quête de nouvelles sources de pétrole et d'autres minéraux".

En d'autres termes, c'est une affaire de pétrole. Et de diamants, d'uranium et de *coltan (*NDLT: minerai utilisé en électronique et en aéronautique). Mais essentiellement de pétrole. L'Afrique Occidentale possède à elle seule 15% des réserves mondiales, et est censée fournir, d'ici 2015, plus d'un quart de la consommation domestique en Amérique. La plus grande partie du pétrole d'Arabie Saoudite et du Moyen Orient échoue en Europe, au Japon, en Chine et en Inde. C'est le pétrole africain qui, de plus en plus, permet aux Etats-Unis de fonctionner.

Pollution des sols dans le Delta du Niger

Pour avoir une idée des projets des Américains pour les cent prochaines années à l'égard des populations et des ressources en Afrique, il suffit de voir ce qui se passe au Nigeria Oriental. Les compagnies pétrolières américaines et les multinationales comme Shell, BP et Chevron (qui avait appelé un de ses pétroliers du nom d'un des membres de son conseil d'administration, Condoleezza Rice) ont pillé impitoyablement le delta du Niger pendant toute une génération. Là où il y avait des populations pauvres mais autonomes économiquement avec des terres agricoles et des pêcheries prospères, se développe aujourd'hui un désastre écologique aux proportions épouvantables. La terre, l'air et l'eau sont de plus en plus pollués, mais la population de la région n'a pas d'autre endroit où aller.

D'après les chiffres de la Banque Mondiale, 20% des enfants meurent avant l'âge de 5 ans. Et selon un rapport en 2005 d'Amnesty International, l'extraction du pétrole a permis d'encaisser des centaines de milliards de dollars.

"(Mais ses habitants) sont les plus déshérités des régions pétrolières du monde (70% d'entre eux vivent de moins d'un dollar US par jour). Et malgré cette manne, le prix du pétrole ayant plus que doublé ces deux dernières années, le gouvernement a été incapable de créer les services, les infrastructures et les emplois nécessaires à la région".

Preuve de leur mépris à l'égard de la vie des populations locales africaines et de leurs moyens de subsistance, le gaz naturel qui se trouve dans les réservoirs de pétrole, dont les coûts d'exploitation sont plus élevés que pour le pétrole, est tout bonnement brûlé sur des sites en Afrique.

On estime à près de 900000 mètres cubes par jour la quantité de gaz naturel ainsi brûlé pendant les années 90. De nombreux sites de brûlage de gaz, d'après la population locale du Delta du Niger, brûlent sans discontinuer depuis plus de 20 ans, engendrant des brouillards et des pluies acides, des dépôts de suie et de produits chimiques qui anémient ou tuent les poissons de l'océan et des cours d'eau et le bétail, et polluant le peu qui reste de production agricole.

Pour cette raison, aux Etats-Unis, il est interdit depuis longtemps de brûler le gaz sur les sites pétroliers. Mais de nombreux villages sur le delta d'un des plus grands fleuves du monde dépendent totalement aujourd'hui de l'eau qui est acheminée par camion.

Selon le professeur Nesbitt: "Il y a des années de cela, des membres de l'"American Committee on Africa" ont ramené une série de diapositives qui montraient la vie de populations sur des terrains recouverts de boues visqueuses de pétrole et qui buvaient de l'eau contenant de la boue de pétrole. C'était épouvantable de voir ça … Pour autant qu'on sache, il n'y a pas eu de changement notable (en 15 ans environ) sauf que maintenant, un mouvement pour la justice est en train de se créer.
Mais le commandement militaire américain a indiqué … s'est associé, en réalité, avec le gouvernement d'Obasanjo … pour contrôler ce mouvement pour la justice. Certains propos très explicites ont été tenus par les responsables militaires américains; ils seront préparés militairement à entrer dans l'arène … afin d'assurer la protection de cette source de pétrole pour les Américains".

Les populations africaines locales veulent être respectées et avoir leur part de ce qui après tout est leur propre pétrole. Elles sont actuellement souvent violemment réprimées au Nigeria oriental, en Guinée Equatoriale et ailleurs, par des troupes africaines entraînées et équipées grâce à l'argent du contribuable américain. Si la résistance se poursuit, et cela sera probablement le cas, l'Amérique est prête à investir dans du matériel supplémentaire, avec les conseillers militaires et civils qui vont avec, et puis des bombes, des balles et s'il le faut, des victimes américaines. C'est ça AFRICOM, et c'est ce à quoi il va s'occuper au cours des cent prochaines années.

L'empire en Afrique: des opportunités pour les Noirs américains?

Doug Lyons, chroniqueur noir américain au "Sun Sentinel" d'Orlando est un de ces Noirs américains abominables qui voient dans ces investissements destinés à l'exploitation sans merci du berceau de l'humanité de grandes opportunités professionnelles et commerciales pour quelques hommes (et femmes) de main noirs.

"AFRICOM ne devrait pas être rejeté comme étant un nouvel élément du complexe industriel militaire de notre pays. Il offre également une chance exceptionnelle à l'Amérique noire…

Il donne la possibilité à ceux qui s'intéressent à l'héritage africain et afro-américain d'en apprendre davantage sur l'Afrique et sur ses liens avec l'Amérique…

Ces connaissances devraient permettre une meilleure appréhension des cultures et donner de plus grandes possibilités d'échanges commerciaux des deux côtés de l'Atlantique, et par ailleurs d'élargir les possibilités pour les Afro-américains de s'investir dans le commerce mondial et dans le corps diplomatique…

(imaginez) les possibilités. Ce système est sur le point d'être mis en place et quelques privilégiés triés sur le volet vont avoir la chance d'écrire un nouveau chapitre de l'histoire des Noirs"…

AFRICOM, c'est certain, va ouvrir de nouveaux horizons dans les hautes sphères de l'entreprise, de l'armée et des services secrets à une poignée de Noirs américains hautement qualifiés.

Ceux qui ont un peu d'imagination n'ont pas besoin d'aller voir plus loin que "GoodWorks international", la compagnie de conseillers en management créée par Andrew Young, l'ancien maire d'Atlanta, ambassadeur de l'ONU et collègue de Martin Luther King.

La firme GoodWorks ajoute en effet un chapitre à l'histoire des Noirs, en même temps qu'elle récolte des caisses de dollars grâce à des clients comme Barrick Gold, une entreprise en liaison avec Bush et dont les mines au Congo servent à alimenter une guerre civile sanglante qui a fait à ce jour 5 millions de morts. La compagnie de Young bénéficie de relations étroites et lucratives avec le mystérieux Maurice Templesman, qui joue un rôle important depuis des dizaines d'années dans le commerce sanglant des diamants. Lobbyiste attitré du gouvernement nigérian à Washington, il est impliqué dans au moins une affaire de blanchiment d'argent pour le compte d'Obasanjo, le président nigérian, et sert par ailleurs de façade à diverses multinationales de pétrole et de ressources minérales sur le continent africain.

"Il y a un nombre croissant d'une certaine catégorie de Noirs américains qui … n'ont aucun sens de leurs responsabilités vis-à-vis du continent africain, qui n'éprouvent aucune honte, qui sont sans attaches, et qui sont incapables de jouer un quelconque rôle. Je pense que nous voyons cela avec Condoleezza Rice. Nous voyons cela de façon encore plus évidente avec certaines autres nominations récentes, comme par exemple, la nouvelle secrétaire d'état aux Affaires Africaines. Elle semble se soucier énormément, étant donné son passé et son expérience en matière militaire, du genre de rôle qu'elle va jouer dans le système. Donc, nous voyons souvent émerger des Noirs américains au service du système, les gendarmes, si vous voulez, de ce système qui vise à recoloniser l'Afrique, à la fois militairement et commercialement".

Nesbitt semble être d'accord avec Doug Lyons, à sa façon. AFRICOM va en effet ouvrir de nouveaux horizons à une poignée de Noirs américains diplômés dans les domaines de l'entreprise, de l'armée et des services secrets. Andy et Condi ont été les premiers mais peut-être pas les derniers. Il y a encore plein de mines d'or en Afrique, de pétroliers et de charniers auxquels les Noirs américains pourront donner leur nom.

Nous avons demandé au Professeur Nesbitt ce que le "Congressional Black Caucus" (NDLT: comité regroupant les membres noirs – démocrates, du moins - du congrès américain) et le Noir américain ordinaire devraient faire ici pour stopper l'intervention militaire américaine imminente sur le continent africain:

"Il faut que du Congressional Black Caucus s'élève une voix plus forte. Il faudrait que le Comité milite activement contre ces projets et contribue à sensibiliser et à éduquer les masses de Noirs américains dans tout le pays afin d'empêcher que ne s'écrivent les mêmes pages d'histoire des Etats-Unis en leur laissant croire qu'ils n'ont pas à se soucier de répercussions éventuelles sur la population la plus concernée … c'est-à-dire, nous, qui faisons partie de la diaspora africaine. Je pense que nous sommes à un tournant important des relations entre les Noirs américains en général et le continent africain.
L'Afrique est une partie du monde qui possède d'immenses richesses et d'énormes ressources. Mais au cours de l'histoire, elle n'a connu que le système capitaliste qui s'est employé à la dépouiller de ses richesses. Je pense que le défi qu'ont à relever les Américains (les Américains qui se soucient des autres, ceux qui se soucient de la planète) c'est: quelles actions mener pour aider les Africains à faire cesser ce viol et ce pillage perpétuels du continent africain".

George Bush, les grosses compagnies pétrolières, Andy Young et le Pentagone mettent déjà en œuvre leur dessein pour l'Afrique. Il ressemble au Nigeria, cas classique d'un pays riche peuplé de pauvres. Il ressemble beaucoup à cette décharge stérile, polluée et purulente du Delta du Niger, où ils ont eu les mains libres pendant des dizaines d'années.

Et quand les Africains chercheront à résister, comme ils vont certainement le faire, ils utiliseront le plan B, c'est-à-dire qu'ils traiteront de "terroristes" les Africains qui veulent avoir la maîtrise de leurs propres ressources, et grâce à AFRICOM, ils déploieront les forces militaires américaines pour dompter les Africains et mettre leurs ressources sous clé. Il est temps que l'Amérique noire et que le Comité suivent les conseils du Dr Nesbitt: il nous faut élaborer nos propres plans pour faire cesser plus de 500 ans de pillage de l'Afrique par les Occidentaux et empêcher l'armée américaine et AFRICOM de pénétrer sur le continent africain.
Signaler au modérateur   Journalisée

Dey
Newbie
*
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 47



« Répondre #56 le: 30/04/2007 - 19:42:33 »

A lire et à méditer

Voir http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=RUI20070430&articleId=5522

Coûts, méfaits et dangers du dollar
par Rudo de Ruijter - Mondialisation.ca, Le 30 avril 2007

Ceux qui utilisent le dollar à l’extérieur des États-Unis payent en permanence une contribution aux États-Unis. Celle-ci consiste en une inflation de 1,25 millions de dollar par minute. C’est le résultat de la croissance rapide de la dette extérieure des États-Unis. La moitié de leurs importations est simplement rajoutée à la dette extérieure et est payée par les détenteurs de dollars à l’étranger par inflation.

En outre, ces détenteurs ne semblent pas conscients, que le cours du dollar qu’ils contemplent, n’est guère plus qu’une façade lésardée. S’ils ne comprennent pas ce qui la retient encore debout, ils risquent de la recevoir sur le nez par surprise.

Entretemps, bien camouflé, le dollar est au centre de divers conflits des États-Unis.

 

1. Demande mondiale de dollars


Jusqu’à 1971: dollar = or

Jusqu’à 1971 chaque US-dollar représentait un poid fixe en or. Les États-Unis disposaient d’énormes réserves d’or, qui couvraient la totalité de la quantité de dollars mis en circulation. Quand des banques étrangères avaient plus de dollars qu’elles ne voulaient, elles pouvaient les échanger contre de l’or. C’était la raison la plus importante pourquoi le dollar était accepté partout au monde.

Depuis 1971: le pétrole de l’OPEP est payé en dollars

En 1971 la valeur du dollar a été séparée du poids fixé en or. En fait, c’était une mesure de détresse du président Nixon. La guerre du Vietnam avait vidée la caisse de l’état. Les États-Unis avaient imprimé plus de dollars que n’autorisaient leurs réserves d’or. Depuis lors, la valeur du dollar est déterminée par la loi de l’offre et de demande sur les marchés de change.

A cette époque les États-Unis produisaient encore assez de pétrole pour leur propre consommation. Pour protégér leurs propres entreprises pétrolières, ils avaient instauré des limitations d’importation de pétrole. En échange de la levée des limitations, les pays de l’OPEP promettaient de ne vendre leur pétrole plus qu’en dollars. Déjà à l’époque le dollar était la monnaie la plus usitée dans le commerce mondial. Donc rien de spécial?

Tous les pays ont besoin de dollars

Depuis 1971 tous ceux qui souhaitent importer du pétrole, doivent d’abord acheter des dollars. [1] Et voici que la fête commence pour les États-Unis. Quasiment tout le monde a besoin de pétrole, donc tout le monde veut des dollars.

Les acheteurs de pétrole du monde entier donnent leurs yens, couronnes, francs et autres monnaies. En échange ils reçoivent des dollars, avec lesquels ils peuvent acheter du pétrole dans les pays de l’OPEP. Ensuite, les pays de l’OPEP vont dépenser ces dollars. Bien entendu ils pourront faire cela aux États-Unis, mais également dans tous les autres pays au monde.  En effet, tout le monde veut des dollars, car tout le monde aura de nouveau besoin de pétrole.

2. Achats gratuits pour les États-Unis
Le premier bénéfice pour les États-Unis
 
...Suite sur http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=RUI20070430&articleId=5522
Signaler au modérateur   Journalisée
kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« Répondre #57 le: 18/05/2007 - 18:04:38 »

Saha Dey,

Il y a effectivement un problème avec le dollar us qui impact négativement et directement les autres devises majeures du système financier mondiale (euro, livre britannique, etc...).

Ce système financier est continuellement stabilisé par la coopération des proprietaires des devises majeures.

Chaque fois que ce système financier mondiale commence à ce sentir en danger d'être destabilisé, il devient très brutale et "barbare" et cela uniquement pour maintenir sa stabilité et n'hésite pas à provoquer et engager des guerres à l'échelle mondiale pour atteindre ce but.

Actuellement, on voit des exemples concrets de cette brutalité pour la stabilité (Afghanistan, Irak et bientôt l'Iran, la Syrie et peut être l'Algérie et la Libye).

Ce système financier a toujours eu le pouvoir de réunir les puissances politico-militaro-financieres clés pour mener à bien ces opérations de stabilisation du système financiers mondiale et il est d'une efficacité redoutable capable d'effacer entierement de la surface de cette terre des nations, des populations et des pouvoirs civiles ou militaires en places depuis des dizaines d'annèes ou même des siècles.

voir les vidéos suivantes :

FINANCE DES GUERRES PASSEES ET FUTURES version courte

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=2019054727
http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoID=2018793674
http://video.google.fr/videoplay?docid=-466210540567002553&q=FEDERAL+RESERVE

Le Groupe de Bilderberg
http://www.syti.net/Organisations/Illuminati.html

http://www.syti.net/Organisations.html


* Organisations-des-maitres-du-monde.gif (44.27 Ko, 918x648 - vu 802 fois.)
Signaler au modérateur   Journalisée

kader
Full Member
***
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 216



« Répondre #58 le: 29/05/2007 - 16:43:43 »

La réponse est pour Dey et Narjassa

Voila comment des gouvernants et emirs "musulmans" du Golfe Persique ivres de petrodollars et d'hydrocarbures, qui ont bâti leurs dictatures "religieuses" ou autres et "sanguinaires" sur le dos de leurs populations, protègent leurs personnes, leurs "butins" et peut être s'ils leurs restent assez de petrodollars leurs descendances, contre les présentent et futures vindictes et révoltes populaires de leurs populations "musulmans" respectives.
( lire bien l'article ci-dessous) http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=5790

Ces gouvernants  et emirs " musulmans" du Golfe Persique achètent leurs protections et leurs sécurités à des sociétés militaire privée composées en partie de mercenaires étrangers aguerris et non musulmans pour la plupart avec les pétrodollars soustraient ou volaient à leurs populations "musulmanes" respectives.

Ces gouvernants  et emirs " musulmans" ne sont ils pas de gros hypocrites car ils sont supposés donner l'exemple et "acheter" leurs protections et leurs sécurités d'Allah et non pas de sociétés militaires privées composées en partie de mercenaires étrangers non musulmans pour la plupart.

Les signent ne trompent pas. Les différents équipages Algériens belliqueux et fourbes qui controlent et spolient l'Algérie ne vont pas tarder à suivre l'exemple de ces gros hypocrytes de gouvernants  et emirs " musulmans" du Golfe Persique ivres de petrodollars qui n'ont pas hésités à substituer, discrètement et avec fourberie, à leurs "armée nationales" différentes armées privées composées en partie de mercenaires étrangers non musulmans pour la plupart pour ce protéger des futures vindictes populaires.

La réalité est dure à voir et le future sera pire à accepter.


Rapporteur spécial sur l'utilisation de mercenaires comme moyen de violer les droits de l'homme et d'empêcher l'exercice du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes : http://www.ohchr.org/french/issues/mercenaries/

http://www.frstrategie.org/barreCompetences/conflits/guerres.php

http://www.frstrategie.org/barreCompetences/conflits/privatiser_forces_armes.pdf


http://www.ludovicmonnerat.com/archives/2007/02/des_armees_sur.html

http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=5790

http://intelligence.ifrance.com/mercenaires.htm

http://www.armees.com/


Le mercenariat en Afrique au sud du Sahara : approche endoscopique et perspectives
http://www.memoireonline.com/02/06/114/mercenariat-afrique-sud-du-sahara-approche-endoscopique-perspectives.html


LA FIN DE L’ORDRE MILITAIRE ET LE RETOUR DES MERCENAIRES 1991-2001
http://www.sandline.com/pdfs/Chateau%20IPS-2001.pdf


Le Mercenariat moderne et la privatisation de la guerre
http://www.strategicsinternational.com/9_Tekfa.pdf


Mercenaires
http://strategique.free.fr/archives/textes/div/archives_div_03.htm



Irak, le plus important champ de mercenariat du monde
par René Naba
Mondialisation.ca, Le 27 mai 2007
http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=5790

Les mercenaires occidentaux constituent le plus gros contingent après le contingent américain. 6.000 dollars pour la protection rapprochée d’un entrepreneur, 8.000 dollars pour une personnalité.

Des mercenaires de DynCorp en Irak

Les Etats-Unis et l’Iran se retrouvent le 28 mai à Bagdad pour tenter de convenir d’un mode opératoire visant à la stabilisation de l’Irak, avec en toile de fond un agenda diplomatique soutenu par un important déploiement naval américain dans le Golfe.

En prévision de ce calendrier diplomatique, marqué en outre par les débats du Conseil de Sécurité de l’Onu en vue de l’adoption d’une résolution contraignante sur la création d’un tribunal international chargé de définir les responsabilités dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri (14 février 2005) et par la réunion jeudi 1er juin à Madrid entre l’Iran et l’Agence atomique de Vienne, les Etats-Unis ont dépêché cette semaine neuf bâtiments de la flotte en appui aux deux porte-avions déjà présents aux larges des côtes iraniennes.

Trois jours avant la réunion de Bagdad, les Etats-Unis ont envoyé, en urgence, vendredi 25 mai, au Liban huit avions cargos chargés de renforts militaires en soutien à l’armée libanaise en confrontation contre les combattants du « Fatah Al-Islam », groupe radical se réclamant d’AL-Qaïda dans le nord du Liban, et débloqué 80 millions de dollars au président palestinien Mahmoud Abbas pour équiper sa garde rapprochée et la renforcer face à ses rivaux du Hamas, dont las combattants, à Gaza, sont pourchassés par les hélicoptères israéliens.

Les Etats-Unis paraissent avoir voulu mettre une pression maximale pour tenter de sortir du guêpier irakien dans lequel ils se sont placés au prétexte de « la guerre contre le terrorisme ». Signe indiscutable de la détermination américaine, la décision de la majorité démocrate du congrès américain de renoncer à conditionner le financement de l’effort de guerre américain à la fixation d’une date de retrait des troupes américaines d’Irak. Au total, les Etats-UInis comptent 120.000 soldats américains soutenus par la flotte du Golfe, deux portes-avions, neuf bâtiments d’escorte, soit 16.000 marins et 140 avions de combats.

Toutefois, l’Iran, pour l’Irak, la Syrie, pour le Liban, sont régulièrement pointés du doigt, mais cette accusation quand bien même est fondée occulte toutefois la responsabilité des pays occidentaux dans la déstabilisation régionale, notamment à travers leurs mercenaires.

A intervalles réguliers, en effet, les médias occidentaux pointent du doigt les infiltrations transfrontalières, en provenance tant de Syrie que d’Iran, pour expliquer les difficultés militaires occidentales en Irak, imputant la recrudescence des opérations anti-américaines, tantôt à la jonction entre les partisans du mouvement « Al-Qaîda » d’Oussam Ben Laden et les résistants irakiens, tantôt à la guerilla chiite, occultant le phénomène majeur de la guerre d’Irak, le mercenariat à vaste échelle de type occidental.

En 48 mois de guerre (quatre ans), l’Irak, le plus important champ de tir de l’époque contemporaine, est devenu le plus important champ de mercenariat du monde. Près de cent mille gardes privés (100.000), le terme pudique employé pour désigner les mercenaires des temps modernes, sont en mission dans ce pays, au point de constituer le deuxième contingent par ordre d’importance opérant en Irak, derrière les Etats-Unis, surpassant de loin l’ensemble des autres forces de la coalition (britanniques, polonais, australiens etc), selon les estimations occidentales (1).

Le recours au mercenariat se justifie pour de multiples raisons
:

une commodité comptable d’abord, car en cas de décès, les mercenaires ne figurent pas sur la liste des bilans officiels américains ou anglais,

une commodité opérationnelle ensuite car les mercenaires ne sont pas soumis aux astreintes militaires et disposent d’une plus grande marge de manoeuvre. En cas de scandale, comme c’est le cas avec les tortures de la prison d’Abou Ghraieb, l’honneur d’un pays n’est pas entaché dans la mesure où la responsabilité de la forfaiture en incombe aux sous-traitants.

Le maître d’oeuvre de l’opération mercenariat en Irak est la firme américaine Blackwater, une firme de "prestataires de service", créée en 1997, par Erik Prince, héritier d’une riche famille de chrétiens ultraconservateurs du Michigan et ancien membre des commandos de marine les « Navy Seal ».

Blackwater, -étymologiquement l’eau noire qui signifie en langage imagée les eaux d’égouts transportant les matières fécales des toilettes non recyclables-, connaîtra un développement fulgurant avec "la guerre contre le terrorisme" lancé par le président George Bush en riposte aux attentats anti-américains du 11 septembre 2001.

En 2002, dans la foulée de l’invasion de l’Afghanistan, Erik Prince fait des offres de service au Pentagone. Donald Rumsfeld, soucieux de restructurer la machine de guerre américaine. développe la sous traitance de certaines opérations à des forces spéciales dotées d’ armes de haute technologie. Blackwater obtient, sans appel d’offres, son premier contrat, en avril 2002, d’une valeur de cinq millions de dollars pour la protection du siège de l’agence à Kaboul.

Un an plus tard, la société décroche le gros avec le contrat de protection du proconsul américain en Irak, Paul Bremer, un contrat emporté toujours sans mise en concurrence. A partir de ce moment, Blackwater recrute sa propre armée privée sur le Tigre et l’Euphrate, et les commandes pleuvent.

L’entreprise ouvre des bureaux à Bagdad, mais aussi à Amman, Koweït City et McLean, en Virginie, à équidistance du Pentagone, de la Maison Blanche et de la CIA. 450 experts répartis dans deux succursales de la firme à Bagdad et à Kuwait City, sont affectés au recrutement, à la centralisation des candidatures, les contrats de mission et les lieux d’affectation, ainsi qu’au ravitaillement.

Blackwater connaîtra la notoriété à Falloujah (Irak) où elle s’est tristement illustrée avec la capture de quatre de ses membres révélant aux Etats-Unis et au reste du Monde ses méthodes expéditives. La capture de ses "prestataires de service" , le 31 Mars 2004, -quatre jeunes gens d’une trentaine d’années, en tenue civile, sans grade ni uniformes-, ainsi que le démembrement de leur dépouille à coups d’armes contondants après leur décès dans les combats, puis leur exposition sur le pont de l’Euphrate, va déclencher l’un des combats les plus meurtriers de la guerre d’Irak, la bataille de Falloujah qui réduira cette ville sunnite en cité fantôme.

En ce mois d’avril 2004, qui passe pour avoir été l’un des points le plus chaud de la confrontation américano-irakienne, 80 mercenaires seront tués dans les batailles de Falloujah, de Bagdad et de Nadjaf, dont 14 dans la première quinzaine d’avril. C’est d’ailleurs la capture et la mutilation de quatre mercenaires à proximité de Falloujah, dans le secteur sunnite de l’Irak, qui a déclenché les batailles d’avril.

Récidiviste, Blackwater s’illustrera trois mois plus tard dans la deuxième grande bataille d’Irak, la bataille de Najaf, dans le sud de l’Irak, lieu saint chiite et fief du chef radical Moqtada Sadr.

La firme avait assuré la protection du quartier général de la coalition provisoire irakienne à Najaf. Le Washington Post avait affirmé à l’époque que la défense du bâtiment avait été assurée par des hommes de Blackwater et qu’au plus fort de la bataille, les mercenaires s’étaient fait ravitailler en munitions par trois de leurs propres hélicoptères, s’attirant les félicitations publiques du général en charge des opérations de sécurité en Irak, alors que les mercenaires ne font traditionnellement pas partie de la chaîne de commandement de l’armée américaine.

Depuis lors Blackwater est devenu le supplétif indispensable de l’armée américaine, Armée fantôme, Blackwater est une multinationale prospère, fonctionnant en toute opacité.

En quelques années, la firme passe d’une poignée d’employés à 2 300 personnes déployées dans neuf pays, et développe une base de donnée de 21 000 candidats : anciens militaires américains et soldats étrangers, tous alléchés par l’idée d’empocher quatre à dix fois leur solde, avec moins de contraintes. Les revenus bondissent de quelques millions de dollars à plus d’un milliard ¬ uniquement grâce à des contrats avec le gouvernement des Etats-Unis.

En tête du hit parade des "PMC (private military contractors), Blackwater ne rend en effet aucun compte au public. Ses contrats sont classés secret défense et ses opérations sur le terrain se déroulent dans une discrétion absolue.

Les hommes de terrain sont fournis par diverses agences privées notamment DSL (Defense Systeme Limited). Fondée par Allistair Morisson, un ancien de la SAS (special air services), les troupes d’élite de l’armée de l’air britannique, DSL dispose d’une armée privée de vingt mille hommes et se présente comme l’une des plus grandes compagnies militaires privées.

Rachetée en 1997 par Armor Holding Inc, DSL assure la fourniture de la gamme de service allant de la répression des émeutes (gaz lacrymogènes, matraques, véhicules blindés, gilet pare-balles) à la protection à distance des personnalités (système d’alerte, limousines blindées). En France, Armor-DSL est propriétaire de la société Labbé, spécialiste de la construction des fourgons blindés utilisés par le convoyeur de fond « Brinks ».

Armor-DSL s’est rendue célèbre dans ses interventions en Angola aux côtés du chef sécessionniste Jonas Savimbi, président de l’UNITA, ainsi q’uen Colombie contre les narco-trafiquants. Elle dispose de dix centres régionaux d’opération à Londres, Washington, Bogota, Johannesbourg, Moscou, Hong Kong ainsi qu’à Harare (Zimbabwe) et au Bahreïn.

Le recrutement se fait aussi par Internet, au su et au vu de tout le monde. Le tarif est variable selon l’importance de la cible potentielle : Six mille dollars par mois pour un garde de corps chargé de la protection rapprochée des hommes d’affaires, entrepreneurs, en quête de richesse et de gloire (BG/CP body guard close protection), huit mille dollars pour la protection d’une personnalité importante.

Les recrues proviennent des pays réputés pour la rudesse de leur formation militaire : Afrique du sud, Ukraine, Russie, Anglais, Américains, les ressortissants d’Amérique latine, notamment des chiliens ainsi que, des népalais pour leur teint davantage en harmonie avec les caractéristiques du type arabe, ainsi que naturellement, les ressortissants du Moyen-Orient et de l’ensemble arabe pour des taches d’interprétariat et de décryptage d’informations.

Une répartition des tâches semble s’être opérée entre les firmes américaines et britanniques. Si les Anglais sont présents dans leur ancienne zone d’influence, notamment les émirats pétroliers du golfe, l’Amérique a la haute main sur l’Arabie Saoudite et le reste du Moyen-Orient.

Outre Defense Systeme Ltd, la Grande Bretagne dispose d une deuxième compagnie privée de mercenariat « Watchguard », dont le siège est à Guernessey, îles britanniques. Fondée en 1967 par David Sterling, un ancien des commandos de l’air britannique (Special Air Services), Watchguard passe pour être un instrument d’influence de la diplomatie britannique.

A son palmarès figurent la protection de Cheikh Zayed Ben Sultan Al-Nahyane, Cheikh dAbou Dhabi et président de la Fédération des Emirats du Golfe, ainsi que l’encadrement des troupes omanaises dans la répression de la guerilla marxiste du Dhoffar, dans les années 1965-1970.

Outre Blackwater, les Etats-Unis comptent, eux, deux grandes sociétés privées militaires : Vinnell corp, dont le siège est à Fairfax, en Virginie, et BDM international. Toutes deux filiales de la multinationale Carlyle " http://www.thecarlylegroup.com/eng/index.html ", elles apparaissent comme les bras armés privilégiés de la politique américaine en Arabie et dans le Golfe. Vinnell corp, dont la mission saoudienne a fait l’objet d’un attentat à Khobbar en 1995, a la haute main sur la formation de la garde nationale saoudienne, tandis que BDM gère la formation du personnel de l’armée de l’Air, de la marine et des forces terrestres saoudiennes.

L’establishment militaire américain ne se cache d’ailleurs pas des liens qu’il entretient avec le mercenariat privé : Ainsi le groupe Carlyle est dirigé par Franck Carlucci, ancien directeur adjoint de la Cia et ancien assistant du ministre américain de la défense Caspar Weinberger de l’administration républicaine du président Ronald Reagan, alors que John Deutsch, ancien directeur de la CIA, est membre du conseil d’administration de CMS Energy Corporation, firme chargée de la protection des installations énergétiques (pétrole, nucléaire, électricité).

Le lien le plus manifeste de la collaboration entre le mercenariat privé et le pentagone est l’existence de MPRI (military professionnal ressources incorporated), le plus grand groupe d’expertise militaire dans le monde. Son fichier dispose de deux mille noms d’officiers du Pentagone, utiles tant pour le lobbying que pour l’expertise.

La France a adopté un profil bas depuis la disparition de Bob Denard, le célèbre baroudeur africain et ses déboires français tant en Irak que sur le continent noir. En l’absence d’un chef charismatique capable de fédérer des soldats aussi récalcitrants à la discipline, elle a opéré une modeste percée en Irak à l’aide d’une petite structure « EARTHWIND HOLDING CORPORATION ». Première et unique société militaire privée francophone opérationnelle dans le monde, EARTHWIND Holding dispose de 30 à 40 anciens militaires et policiers français en Irak pour la sous-traitance des missions auparavant imparties aux officiers anglophones.

La France dispose en outre d’une structure paritaire la DCI (Defense Compagnie internationale), dont l’état français possède 50 pour cent du capital et le reste reparti entre les industries françaises de l’armement (Thales, Dassault etc..) avec une structure pour chaque discipline. La Cofras (compagnie française d’assistance spécialisée), pour l’armée de terre, Navco, pour la marine, Airco pour l’armée de l’air. Au capital de 21,3 millions d’euros et 1200 employés, Defense compagnie internationale (DCI) a eu en charge la formation des servants saoudiens du contrat Sawari, fourniture du matériel militaire français à l’Arabie Saoudite.

Le panorama du mercenariat international serait incomplet si l’on omettait de faire figurer l’Afrique du sud et Israël, les anciens partenaires de la période coloniale : Les anciens officiers et militaires de race blanche du temps de l’Apartheid, déçus par la tournure politique prise par leur pays gouverné désormais par la majorité noire, se sont lancés dans un rôle de super-gendarme privé du continent noir, faisant de la firme sud-afriaine « EXECUTIVE OUTCOMES » la forme la plus achevée du mercenariat moderne.

Fort d’un vivier permanent de 2.000 hommes solidement formés et encadrés, « Executive outcomes » passe contrat « guerre clefs en main » prenant en charge la formation et l’équipement des forces locales, leur ravitaillement, ainsi que la riposte militaire en cas de revers militaire de manière à assurer la victoire au cocontractant. Ses titres de gloire sont respectivement le Sierra Leone ou en coopération avec les forces britanniques elle a évincé le président Charles Taylor, ainsi qu’en Angola, où elle a contribué à la consolidation du régime Dos Santos, s’incrustant au passage dans le trafic des pierres précieuses.

Israël, enfin, dispose de LEV-DAN, filiale de Kardan Investment, firme spécialisée dans le commerce du diamant en Angola et au Zaïre, qui lui sert d’ailleurs de couverture dans ces deux pays, véritable plaque tournante de la contrebande internationale des pierres précieuses. Lev-Dav a aidé l’ancien président congolais Pascal Lissouba dans sa bataille pour le contrôle de Brazzaville contre son rival Sassou N’Guessou à la fin des années 1990. Fondée par le général Zeev Zakron, Lev DAN a mis sur pied la milice de l’officier libanais dissident Saad Haddad, à qui elle a confié le contrôle de la zone de sécurité durant la guerre civile libanaise (1975-1990).

Lev-Dan agit de concert avec le Shin Beth, les services de renseignements israéliens, et, s’agissant du Moyen-Orient, en coordination avec le bureau des « minorités périphériques », le vocable dans lequel les services israéliens désignent les ressortissants des pays arabes qu’ils croient susceptibles de collaborer avec eux, comme ce fut le cas lors de la guerre du Liban avec les Forces Libanaises (1975-2000), et comme c’est le cas dans la nouvelle guerre d’ Irak avec les supplétifs kurdes de l’armée américaine et d’anciens des « Forces Libanaises » (miliciens chrétiens libanais, jadis dirigés par l’un des chefs de la coalition pro-américaine libanaise Samir Geagea) recyclés dans des sociétés militaires privées tant américaines qu’israéliennes.

En Irak, selon des informations de la chaîne britannique BBC 2, des instructeurs israéliens formeraient des soldats kurdes en Irak. Le magazine Newsnight du 19 septembre 2006 avait présenté des images exclusives de vastes installations et de ces entraînements. Interop et Colosseum, deux sociétés israéliennes de mercenariat serviraient de couverture à cette activité de l’armée israélienne. Les officiers transiteraient par Djibouti pour masquer leur origine.

Les Israéliens auraient pris la succession de sociétés américains de mercenariat, déjà présentes au Kurdistan irakien depuis la création de la zone de non-survol, à l’issue de l’opération Tempête du désert, en 1991. La présence d’instructeurs israéliens en Irak avait été révélée, il y a plus d’un an, par la presse israélienne elle-même, mais les détails de cette opération n’étaient pas connus. Les néo-conservateurs entendent créer un Kurdistan indépendant en faisant exploser l’Irak et en amputant à la fois la Turquie et la Syrie.

Ce projet nécessite la création d’une armée kurde. Constituée par d’anciens Pesh mergas, les maquisards kurdes, l’armée du Kurdistan a dejà été sollicitée pour des opérations de maintien de l’ordre à Bagdad au cours du premier semestre de 2007 dans le cadre du plan de sécurisation de la capitale irakienne, suscitant en représailles de sanglants attentats dans le nord kurdophone de l’Irak.

La privatisation de la violence et sa marchandisation via des sociétés militaires privées est un secteur en plein essor industrie en plein essor générant un bénéfice annuel de plus de cent milliards de dollars (2). A lui seul le gouvernement américain aurait dépensé en moins d’une décennie (la période 1994-2002 quelque trois cent milliards de dollars (300) auprès de telles sociétés présentes dans une trentaine de pays principalement le Monde arabe et l’Afrique.

Recrutés souvent dans les cercles xénophobes de l’extrême droite fascisante, ces « chiens de guerre » dont l’honorabilité est recyclée dans le professionnalisme des sociétés militaires privées et dans la défense des « valeurs de l’Occident » apparaissent à bien des égards comme les gardiens de l’ordre économique, l’expression moderne de l’impérialisme, l’instrument le plus efficace de la perpétuation du joug colonial.

Fin 2007, l’Irak aura coûté aux Etats-Unis 500 milliards de dollars (378 mds d’euros) et le montant total pourrait atteindre voire dépasser les 1.000 milliards (600 mds d’euros). Ni la Corée ni le Vietnam n’avaient coûté autant, alors que la guerre du Vietnam (1960-1975) avait duré quinze ans et que le corps expéditionnaire américain s’élevait à cinq cent mille soldats (3). Si la guerre d’Irak devait se prolonger, ce qui est probable, elle aura coûté davantage que la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), la plus chère à ce jour (2.000 mds dollars en dollars constants/1.500 mds d’euros).

L’enrôlement massif de mercenaires, l’appât du gain, l’ivresse de l’aventure militaire hors norme, les sanctions économiques infligées à la Syrie pour la contraindre à freiner les infiltrations des Djihadistes , les pressions sur l’Iran, suffiront-ils pour assurer la victoire d’une armée perçue comme occupante même par l’un des meilleurs alliés des Etats-Unis dans le monde arabe, le Roi Abdallah d’Arabie ? D’un pays à la dérive de ses principes moraux ?

Notes :

1)-Blackwater de Thomas d’EVRY, journal Libération 8 mai 2007 rubriques « grands angles »

2) « La privatisation de la violence : mercenaires et sociétés militaires privées au service du marché » par Xavier Renou en collaboration avec Philippe Chapleau, Wayne Madsen et François Xavier Verschave. Eddditions Agone (collection dossiers noirs », 4me trimestre 2005

3) "The Price of Liberty : Paying for America’s Wars" ("Le Prix de la liberté : le coût des guerres de l’Amérique") par Robert Hormats, haut responsable de la banque d’affaires Goldman Sachs.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Oumma.com

René Naba :

Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information, est l’auteur notamment des ouvrages suivants : —« Aux origines de la tragédie arabe"- Editions Bachari 2006. — "Du bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français"- Harmattan 2002. « Rafic Hariri, un homme d’affaires, premier ministre » (Harmattan 2000). « Guerre des ondes, guerre de religion, la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen » (Harmattan 1998).

Articles de René Naba publiés par Mondialisation.ca
Signaler au modérateur   Journalisée

Dey
Newbie
*
Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 47



« Répondre #59 le: 02/06/2007 - 21:11:24 »


LIRE L'ARTICLE CI-DESSOUS (Chine et USA engagés dans une nouvelle guerre froide pour l’or noir africain) PUIS POSEZ-VOUS CES QUESTIONS :

1- Quelles seront les conséquences de ce très grave conflit ( voir ci-dessous) sur l'Algérie ?

2- Quelles seront les réactions des occidentaux ( incluant les USA, la France et l'OTAN) concernant l'Algérie ?

3- A cause de ce conflit majeur, Y aura t il un changement majeur et brutale de la scène militaro-politique en Algérie ?

4- Qu'elle est véritablement le montant de la dette, en Dollars US, Algérienne envers la Chine ?

5- l'Algérie, avec ces contrats de construction et BTP signés avec la Chine, n'a t-elle pas signés également et logiquement ces contrats de prêts en Dollars US ? en prenant en compte l'immoralité et l'incompétence persistantes et  malsaines de certain "décideurs" Algériens.

6- en 2005-2006-2007, L'Algérie n'a t-elle pas déjà et encore une énième fois hypothéqué l'avenir et la paix de sa population en se surendettant auprès de la Chine pour soit disant financer des projets " colossaux" qui fort propablement ne verront jamais le jour ? en prenant en compte l'immoralité et l'incompétence persistantes et  malsaines de certain "décideurs" Algériens.

7- L'Algérie ne risque t elle pas de retomber encore une fois dans le vice du surendettement précédent la guerre civile Algéro-Algérienne des annèes 90s dont le surendettement par rapport à l'Occident à provoquer cette même guerre civile sanglante et sauvage Algéro-Algérienne ?

Le risque pour l'Algérie, entre 2007 et 2010, serait le déclenchement d'un autre conflit civilo-militaire majeur encore plus sanglant et sauvage du type guerre civile Algéro-Algérienne des années 90s,  mais cette fois si avec, comme acteurs manipulateurs, instigateurs, planificateurs et financiers, en arriere plan d'un côté les occidentaux à leurs tête les USA et de l'autre côté la Chine. D'après vous qui sera le grand perdant de cet affrontement sanglant et sauvage ? Un petit indice, se ne sera ni les occidentaux, ni la Chine.

Merci de bien lire le document ci-dessous pour avoir un avant gout du conflit avenir dans lequel certain "décideurs", immoraux, incompétents et malsains, Algériens nous y ont déjà mis    :(



***********************************
Chine et USA engagés dans une nouvelle guerre froide pour l’or noir africain

Le Darfour ? C'est une affaire de pétrole idiot...

***********************************
Voir également :
Activisme militaire de Washington en Afrique http://www.monde-diplomatique.fr/2004/07/ABRAMOVICI/11376
http://www.un.org/apps/newsFr/storyFAr.asp?NewsID=8614&Cr=Soudan&Cr1=Tchad
Paris plancherait sur une force européenne pour le Darfour
http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=45598&1435

par F. William Engdahl
Mondialisation.ca, Le 31 mai 2007
SOURCE  http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=5829

*************************
Durant la campagne électorale de 1992 aux USA, un certain William Jefferson Clinton, alors inconnu, avait lancé au président d’alors George Herbert Bush : « C’est l'économie, idiot ». On pourrait paraphraser aujourd’hui ce trait d’esprit. En effet, à y regarder de plus près, les préoccupations de l’actuelle administration de Washington sur le Darfour au Soudan méridional ne relèvent pas d’une inquiétude authentique sur un génocide contre les peuples de la partie la plus pauvre d’entre les plus pauvres de cette région abandonnée de l’Afrique. Non. « C’est le pétrole, idiot. »

Ce constat a une forte dimension de cynisme, si on considère que la même administration washingtonienne n’a eu aucun scrupule face au génocide qu’elle a organisé en Irak, dans le but de s’assurer l’accès aux énormes gisements pétroliers de ce pays. Qu’est-ce qui est donc en jeu dans la bataille du Darfour ? Le contrôle du pétrole, des tas et des tas de pétrole.

Le cas de Darfour, un immense territoire desséché par le soleil au sud du Soudan, illustre la nouvelle guerre froide pour le pétrole, où l’augmentation dramatique de la demande de pétrole de la Chine pour alimenter sa croissance explosive a amené Pékin à s'embarquer dans une politique agressive fondée- ironiquement – sur une diplomatie du dollar. Avec ses réserves, principalement en dollars US, de plus de 1300 milliards de US Dollars $  ( 1,3 Billion de Dollars US ), dans principalement des réservations du dollar d'USA à la Banque nationale populaire de Chine, Pékin s'engage dans une géopolitique active du pétrole.

L'Afrique est son principal territoire de chasse, et en Afrique, la région centrale entre le Soudan et le Tchad est une priorité. Ceci définit un nouveau front important dans ce qui, depuis l'invasion par les USA de l'Irak en 2003, est une nouvelle guerre froide entre Washington et Pékin pour le contrôle des sources principales de pétrole. Jusqu'ici Pékin a joué un peu plus habilement que Washington. Le Darfour est un champ de bataille majeur dans cette compétition à forts enjeux pour le contrôle du pétrole.

La diplomatie pétrolière de la Chine

Ces derniers mois, Pékin s'est embarqué dans une série d'initiatives destinées à lui assurer sur le long terme l’accès à des sources de matières premières d'une des régions les plus fournies de la planète - le sous-continent africain. Aucune matière première n'a une priorité plus élevée pour Pékin actuellement que le pétrole dont elle veut s’assurer l’approvisionnement à long terme.

Aujourd'hui la Chine tire environ 30% de son pétrole brut d'Afrique. Cela explique une série extraordinaire d'initiatives diplomatiques qui ont rendu Washington furieux. La Chine utilise des crédits sans conditions en dollars pour accéder aux vastes richesses en matières premières de l'Afrique, ce qui met hors jeu le jeu classique du contrôle exercé par Washington via la Banque mondiale et le FMI. Qui a besoin de la médecine douloureuse du FMI quand la Chine offre des conditions avantageuses et, par-dessus le marché, construit des routes et des écoles?

En novembre 2006 Pékin a accueilli un sommet extraordinaire de 40 chefs d'État africains. Elle a littéralement déployé le tapis rouge pour les dirigeants entre autres de l'Algérie, du Nigeria, du Mali, de l’Angola, de la République centrafricaine, de la Zambie et de l’Afrique Du sud.

La Chine vient de conclure un deal pétrolier  avec deux des plus grandes nations du continent - le Nigeria et l’Afrique du sud. La CNPC (China National Petroleum Corporation - Compagnie nationale pétrolière de Chine) importera du pétrole du Nigeria, par le biais d'un consortium qui inclut également la South African Petroleum Co., ce qui permettra à la Chine d’obtenir de l’ordre de 175.000 barils par jour en 2008. C'est une affaire 2,27 milliards de Dollars US-$  qui donne à la CNPC – société d’État – 45% de la production d’un vaste champ pétrolier off shore nigérian. . Jusqu’ici, le Nigeria avait été considéré à Washington comme une chasse gardée des majors anglo-usaméricaines, ExxonMobil, Shell et Chevron.

La Chine a distribué généreusement des prêts souples, sans intérêts ni garanties, à certains des États débiteurs les plus pauvres de l'Afrique. Les prêts sont allés à des travaux d’infrastructures - routes, hôpitaux, et écoles -, contrastant fortement avec  les demandes brutales d'austérité de la Banque mondiale et du FMI.

En 2006 la Chine a fourni plus de 8 milliards de Dollars US au Nigeria, à l’Angola et au Mozambique, contre 2,3 milliards USD  pour toute l'Afrique subsaharienne de la Banque mondiale. Le Ghana est en train de négocier un prêt  chinois pour l’électrification du Chinois de 1.2 milliards de $. À la différence de la Banque mondiale, qui est de facto un bras de politique économique étrangère des USA, Chine n'attache astucieusement aucune condition à ses prêts.

Cette diplomatie chinoise liée au pétrole a conduit Washington à lancer l’accusation loufoque que Pékin essaye de « s’assurer les sources pétrolières », ce qui a été un objectif de la politique qu'étrangère de Washington depuis au moins un siècle.

Aucune source de pétrole n'a été plus au centre du conflit pétrolier Chine-USA que le Soudan, où se trouve le Darfour.  

La richesse pétrolière du Soudan

La China National Petroleum Company, est le plus grand investisseur étranger au Soudan, avec environ 5 milliards de Dollars US dans le développement des champs pétroliers. Depuis 1999 la Chine a investi au moins 15 milliards de Dollars US  au Soudan. Elle possède 50% d'une raffinerie de pétrole près de Khartoum avec le gouvernement du Soudan. Les gisements de pétrole sont concentrés dans le sud, théâtre d'une guerre civile qui mijote depuis longtemps, financée en partie secrètement par les USA, pour arracher le sud au nord islamique de Khartoum..

La CNPC a construit un pipe-line de ses blocs de concession 1, 2 et 4 au Soudan méridional, vers un nouveau terminal à Port-Soudan sur la Mer rouge où le pétrole est chargé sur des tankers pour la Chine. Huit pour cent de pétrole consommé par la Chine viennent maintenant du Soudan méridional. La Chine prélève de 65% à 80% des 500.000 barils/jour produits par le Soudan. Le Soudan était l'année la quatrième source étrangère du pétrole pour la Chine. En 2006 la Chine a pris la place du Japon comme second importateur mondial par ordre d’importance après les USA, important 6.5 millions de barils par jour d'or noir. Avec une demande de pétrole augmentant d'environ 30% par an, la Chine dépassera les USA dans la demande d'importation de pétrole dans quelques années. Cette réalité est le moteur de la politique étrangère de Pékin en Afrique.

Un regard sur les concessions pétrolières du Soudan méridional montre que la CNPC détient des droits sur le bloc 6 qui chevauche le Darfour, près de la frontière avec le Tchad et la République centrafricaine.

En avril 2005 le gouvernement soudanais annonçait avoir trouvé du pétrole au Sud-Darfour, où l’on estime que pourraient être pompés 500 0000 barils/jour. La presse mondiale a oublié ce fait vital lorsqu’elle parle du conflit au Darfour.

De l’usage du génocide pour militariser la région pétrolière du Soudan

Le thème préféré de cette presse est le génocide et Washington est le chef d'orchestre. Curieusement, alors que tous les observateurs reconnaissent que le Darfour a connu de grands déplacements humains et une misère et des dizaines humaines de milliers ou même pas moins que 300.000 morts au cours de ces dernières années, seuls Washington et les ONG qui lui sont proches utilisent le terme chargé de "génocide" pour parler du Darfour. S'ils peuvent faire endosser l’accusation de génocide par une large opinion, cela ouvre la possibilité d’une intervention musclée de l’OTAN et de fait de  Washington, dans les affaires internes du Soudan, en faveur d’un "changement de régime".

Le thème du génocide a été utilisé, avec le soutien total de Hollywood et de stars comme George Clooney, pour orchestrer l’affaire vers une occupation de fait de la région par l’OTAN. Jusqu'ici le gouvernement du Soudan a énergiquement refusé,  ce qui n’est pas surprenant.

Le gouvernement US évoque répétitivement le "génocide" à propos du Darfour. C'est le seul gouvernement à le faire. Secrétaire d'État ajointe des Ellen Sauerbrey, chef du Bureau des populations, des réfugiés et des migrations, a dit dans une interview en ligne d'USINFO le 17 novembre dernier : «  Le génocide en cours au Darfour, Soudan - 'une violation grossière ' des droits humains - est parmi les premiers sujets  internationaux de préoccupation des USA. » L'administration Bush insiste à dire qu’un génocide est en cours au Darfour depuis 2003, malgré le fait que une mission de cinq personnes de l'ONU, conduite par le juge italien Cassese, ait relaté en 2004 qu’aucun génocide n'avait été commis au Darfour, mais plutôt des violations graves des droits humains. Ils ont réclamé des procès pour crimes de guerre.  

Marchands  de mort
 
Les USA, agissant par des alliés de substitution au Tchad et dans les pays voisins ont entraîné et ont armé l'Armée de libération du Peuple du Soudan (SPLA), dirigée jusqu'à sa mort en juillet 2005, par John Garang, formé à l'École de forces spéciales US à Fort Benning, en Géorgie.

En déversant des armes au sud-Soudan, dans l’est du pays, d’abord puis, après la découverte de pétrole au Darfour, dans cette région également, Washington a alimenté le conflit qui a causé des dizaines de milliers de morts et a contrait plusieurs millions de personnes à fuir leurs foyers. L’Érythrée accueille et soutient la SPLA, la coalition d'opposition NDA ainsi que les rebelles du Front oriental et du Darfour.

Deux groupes rebelles combattent au Darfour le gouvernement central de Khartoum du président Omar Al Bashir – le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) et l'Armée de libération du Soudan (SLA), qui est plus importante.

En février 2003 la SLA a lancé des attaques contre des positions gouvernementales au Darfour. Son secrétaire général Minni Arkou Minnawi a lancé un appel à la lutte armée, accusant le gouvernement d'ignorer le Darfour. « L'objectif de la SLA est de créer un Soudan démocratique uni. » Autrement dit un changement de régime au Soudan. Le Sénat des USA a adopté une résolution en février 2006 demandant l’envoi de troupes de l’OTAN  au Darfour, ainsi qu’une force de maintien de la paix de l’Onu plus consistante, avec un mandat solide. Un mois plus tard, le Président Bush a également réclamé des troupes supplémentaires de l’OTAN au Darfour. Ho Ho… Génocide ? Ou pétrole ?

Le Pentagone s’est démené pour former des officiers africains aux USA, beaucoup comme il l’a fait pour les officiers latino-américains pendant des décennies. Son Programme militaire international d'éducation et de formation (IMET) a formé des officiers du Tchad, d'Éthiopie, d’Érythrée, du Cameroun et de République centrafricaine, tous les pays frontaliers du Soudan. Une grande partie des armes qui ont servi aux tueries au Darfour et dans le Sud ont été apportés dedans par d’obscurs "marchands privés de mort" privés et protégés, comme Victor Bout, ancien agent opérationnel du KGB de notoriété publique, qui a maintenant des bureaux aux USA. Bout a été cité à plusieurs reprises ces dernières années comme vendeur d’armes à travers l'Afrique. Les fonctionnaires de gouvernement des USA le laissent curieusement mener ses opérations au Texas et en Floride intacts en dépit du fait qu'il est sur la liste des personnes recherchées par Interpol pour blanchiment d'argent.

L'aide au développement des USA pour toute l’Afrique subsaharienne, Tchad compris, a été fortement diminuée tandis que leur aide militaire augmentait. Les raisons en sont le pétrole et la bousculade pour les matières stratégiques. La région du sud-Soudan du Haut Nil aux frontières du Tchad est riche en pétrole. Washington savait cela bien avant le gouvernement soudanais.  

Le projet pétrolier de Chevron de 1974

Les majors pétrolières US connaissaient la richesse pétrolière du Soudan depuis le début des années 1970.  En 1979, le président Jafaar Nimeiry, rompait avec les Soviétiques et invitait Chevron à venir exploiter le pétrole du Soudan. Ce fut peut-être une erreur fatale. L’Ambassadeur auprès des Nations unies George H.W. Bush avait personnellement parlé à Nimeiry des photos satellites indiquant des gisements pétroliers au Soudan. Nimeiry a mordu à l’hameçon. La conséquence en ont été les guerres pour le pétrole.

Chevron trouva de grandes réserves pétrolières au sud-Soudan. Elle dépensa 1,2 milliard de $ 1.2 milliards en forages et en essais. C’est ce pétrole qui a déclenché ce qu’on a appelé la seconde guerre civile du Soudan en 1983. Cible d’attaques répétées et de tueries, Chevron suspendit son projet en 1984. En 1992, elle vendait ses concessions de pétrole soudanaises.  En 1999, la Chine commençait à exploiter les champs abandonnés par Chevron avec des résultats remarquables.

Mais aujourd’hui Chevron n’est pas loin du Darfour.


Le pétrole du Tchad et la politique du pipeline

Chevron (pour laquelle Condoleezza Rice a travaillé) est présente au Tchad, aux côtés de l’autre géant pétrolier US, ExxonMobil. Ils viennent d’achever la construction d’un pipeline qui a coûté 3,7 milliards de Dollars US- $ pour acheminer 160 000 barils/jour de pétrole depuis Doba,  au centre du Tchad et près du Darfour, jusqu’au port camerounais de Kribi sur la côté Atlantique, destiné aux raffineries des USA.

Voir image du plan du pipeline de Doba (Tchad près du Darfour) à Kribi ( Cameroun ) http://www.algerieinfo.com/forum/index.php?action=dlattach;topic=77.0;attach=209;image

Pour ce faire, ils ont travaillé avec le « président à vie » du Tchad Idriss Déby, un despote corrompu qui a été accusé de fournir les armes livrées par les USA aux rebelles du Darfour.

Déby a rallié l’Initiative pansahélienne lancée par le Commandement européen du Pentagone, destinée à entraîner ses troupes au combat contre  le «  terrorisme islamique ». La majorité des tribus du Darfour sont musulmanes.  

AU TCHAD, LA FRANCE "PRETE" CES BASES MILITAIRES A L'OTAN et DONC AUX USA POUR CES OPERATIONS DE DESTABILISATION DE LA REGION ET D'AFFRONTEMENT CONTRE LA CHINE.
( Sur ce sujet voir les liens suivant :

Paris plancherait sur une force européenne pour le Darfour
http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=45598&1435

Reportage sur bases militaires françaises en Afrique
http://w1.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&num_notice=31&cs_page=3&cs_order=0&total_notices=50&mc=base%20militaire

http://www.tchadactuel.com/plume.php?2007/04/11/416-declaration-de-lactus-sur-les-combats-a-lest-du-tchad
http://www.africatime.com/Tchad/nouv_pana.asp?no_nouvelle=327989&no_categorie=3
http://www.afrik.com/article9877.html
Résistances africaines contre le néocolonialisme français http://alternatives-international.net/article722.html
L’éternel retour des militaires français en Afrique http://www.monde-diplomatique.fr/2002/11/LEYMARIE/17052
)


Doté d'aide militaire, de formation et d’armes des USA, Déby a lancé en 2004 la première frappe qui a déclenché le conflit du Darfour, en utilisant les membres de son Garde présidentielle d'élite originaires de cette de la province, fournissant aux hommes les véhicules tous terrains, les armes et l’artillerie anti-aérienne destinés aux rebelles combattant le gouvernement de Khartoum dans le sud-ouest Soudan. Le soutien militaire des USA  à Déby a été le déclencheur du bain de sang au Darfour. Khartoum a réagi et une débâcle s’en est suivie avec toutes ses dimensions tragiques.

Les ONG soutenues par Washington et le gouvernement US crient au génocide, qui n’est pas prouvé et cela est le prétexte invoqué pour, en dernière analyse, envoyer des troupes de l’OTAN et de l’ONU sur les champs pétroliers du Darfour et du sud-Soudan. C’est le pétrole et non la misère humaine qui motive le soudain intérêt de Washington pour le Darfour.

La campagne sur le « génocide au Soudan » a commencé en 2003, au moment même où le pipeline Tchad-Cameroun entait en fonction. Les USA ont maintenant une base au Tchad pour partir à la conquête du pétrole du Darfour et, potentiellement, pour coopter les nouvelles sources de pétrole de la Chine. Le Darfour est au carrefour stratégique entre le Tchad, la République centrafricaine, l'Égypte et la Libye.

Selon Keith Harmon Snow « les objectifs militaires US au Darfour – et plus largement dans la Corne de l’Afrique – ont été desservis par le soutien apporté par l’OTAN et l’ONU au déploiement de troupes de l’Union africaine au Darfour.   Là l’OTAN apporte un appui terrestre et aérien aux troupes de l’UA qui sont classes comme “neutres” et “forces de paix”. Le Soudan est en guerre sur trois fronts, contre trois pays – l’Ouganda, le Tchad et l’Éthiopie – où il y a une présence US significative et où des programmes militaires US sont en cours. La guerre au Soudan implique à la fois des opérations clandestines US et des factions « rebelles » entraînées par les USA et venant du sud-Soudan, du Tchad, de l’Éthiopie e de l’Ouganda. »

Déby lorgne aussi vers la Chine
 
La réalisation du pipeline US financé par la Banque mondiale, du Tchad à la côte camerounaise était conçue dans le cadre d’un plan plus vaste de contrôle des richesses pétrolières de l’Afrique centrale, depuis le Soudan jusqu’au Golfe de Guinée dans sa totalité.

Mais le pote de Washington Idriss Déby a commencé à être mécontent de la faible part qui lui revenait des profits pétroliers contrôlés par les US. Quand lui et le parlement tchadien ont décidé début 2006 de prendre une plus grande part des revenus pétroliers pour financer les opérations militaires et étoffer son armée, le nouveau président de la Banque mondiale et artisan de la guerre d’Irak Paul Wolfowitz a déclenché la suspension des prêts au Tchad. Puis en août 2006, après avoir été réélu, Déby a créé une société pétrolière tchadienne, la SHT, et a menacé d’expulser Chevron et la malaisienne Petronas pour défaut de paiement de taxes et a exigé des royalties de 60% sur le pipeline. À la fin, il a pu s’entendre avec les compagnies pétrolières, mais les vents du changement avaient commencé à souffler.
                                      
Déby doit aussi faire face à l’opposition croissante d’un groupe rebelle, le Front uni pour le changement (FUC), dont il dit qu’il est financé de manière occulte par le Soudan. Cette région est une partie vraiment complexe du monde de la guerre. Le FUC a établi ses bases au Darfour.

C’est dans cette situation instable que la Chine s’est pointée au Tchad avec une valise pleine d’aide financière. Fin janvier, le président chinois Hu Jintao a effectué une visite d’État au Soudan et au Cameroun parmi d’autres pays africains. En 2006, les dirigeants chinois ont visité pas moins de 48 pays africains. En août 2006, Pékin a accueilli le ministre des Affaires étrangères tchadien pour des discussions et une reprise des relations diplomatiques interrompues en 1997. La Chine a commencé à importer du pétrole du Tchad comme du Soudan. Pas beaucoup de pétrole, mais si Pékin obtient ce qu’il veut, cela pourrait vite changer.

En ce mois d’avril 2007, le ministre tchadien des Affaires étrangères a annoncé que les discussions avec la Chine sur une plus grande participation  de celle-ci à l’exploitation du pétrole tchadien « progressaient bien ». Évoquant les termes des propositions chinoises pour une exploitation du pétrole tchadien, il a dit qu’ils impliquaient « un partenariat beaucoup plus égalitaire que ceux auxquels nous sommes habitués. »

La présence économique de la Chine au Tchad pourrait par une ironie du sort avoir un effet plus calmant sur les combats et les déplacements de populations au Soudan que ne pourraient jamais en avoir aucune présence de troupes de l’Union africaine ou de l’ONU. Cela ne serait pas vu d’un bon oeil à Washington et au QG de Chevron, dans la mesure où ils verraient ce pétrole glisser entre leurs mains sanglantes.

Mais le Tchad et le Darfour le sont qu’une partie de l’effort chinois pour “s’assurer le pétrole à la source” à travers l’Afrique. Le pétrole est aussi le facteur premier dans la politique africaine des USA aujourd’hui. George W. Bush s’intéresse aussi à une nouvelle base US à  Sao Tome et Principe à 260 km de la côte du Golfe de Guinée, à partir de laquelle il sera possible de contrôler les champs pétroliers de l’Angola au Sud au Congo, au Gabon, à la Guinée équatoriale, au Cameroun et au Nigeria. Il se trouve justement que ce sont exactement les mêmes zones sur lesquelles les récentes activités diplomatiques et financières chinoises se sont concentrées.

«Lle pétrole d’Afrique de l’Ouest a acquis un intérêt stratégique national pour nous », déclarait déjà en 2002 Walter Kansteiner, le secrétaire d’État adjoint à l’Afrique. Le Tchad et le Darfour ne sont qu’une extension de la politique US en Irak « par d’autres moyens » -contrôle du pétrole partout. La Chine défie ce contrôle « partout », particulièrement en Afrique. Cela ressemble à une nouvelle Guerre froide pour le pétrole.
Signaler au modérateur   Journalisée
Pages: 1 2 3 [4] 5 6 7 ... 19 |   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2011, Simple Machines
SMFAds for Free Forums
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.115 secondes avec 21 requêtes.